110

Vaccin Covid : entre réalité et fiction

La lutte pour sortir un vaccin contre le Covid fait rage et risque de nous attirer quelques ennuis sévères, sans pour autant mettre fin à la pandémie, contrairement à ce qu’on nous explique. J’évoquerai surtout les deux premiers vaccins à ARN, en raison de la réaction possible de nos cellules à cet ARN, et de retranscriptions tout aussi possibles dans notre ADN et nos chromosomes. Ce qui hier était science-fiction est en passe de devenir réalité.

LES VACCINS

Un vaccin (vient de l’anglais vaccine, variole de la vache) est un antigène que l’on injecte afin de stimuler notre système immunitaire et fabriquer des anticorps adaptés à la lutte contre cet antigène, fabrication qui sera gardée en mémoire pour lutter rapidement et efficacement contre une agression similaire ultérieure.

Pour fabriquer un vaccin contre un agent infectieux, il y a plusieurs méthodes. On peut injecter :

– l’agent infectieux vivant atténué (BCG, Polio, Varicelle, Rougeole,..)

– inactivé ou tué (Rage, Coqueluche, Polio, Hepatite A,..)

– un fragment de l’agent (Pneumocoque, Hepatite B, Grippe), une toxine de l’agent (Tétanos, Diphtérie)

Les premiers, comportant un agent infectieux vivant sont contre-indiqués chez les femmes enceintes et les immunodéprimés. Les seconds nécessitent un adjuvant en général à base d’aluminium, sauf pour le vaccin contre la grippe saisonnière.

Il y a plus de 200 vaccins en cours d’études contre le Covid, faisant appel à toutes ces techniques, et surtout une nouvelle technique, jamais appliquée à ce jour : les vaccins à ARN messager, utilisé dans les vaccins de Pfizer et Moderna, qui sont en tête dans les études et les commandes. Ce sont les plus dangereux, encore qu’on ne sait pas s’ils le sont ou ne le sont pas. 

Comment a-t-on fait pour développer cette technique aussi rapidement, et doubler les autres techniques qui prennent en général plusieurs années avant commercialisation ? Tout simplement parce qu’on maitrise maintenant bien les manipulations génétiques, OGM et thérapie géniques.

L’ARN MESSAGER

Qu’est-ce que cet ARN messager ? Pour faire simple, l’ARN, Acide RiboNucléique est une chaîne de nucléotides (il y en a 4). C’est une copie de fragment d’ADN, que l’on trouve chez les êtres vivants et certains virus. L’ADN qui compose nos chromosomes, Acide DésoxyriboNucléique, est une double chaîne en hélice de nucléotides. L’ARN messager, est un fragment de chaîne d’ADN, qui se détache, pour aller envoyer des informations pour fabriquer les protéines qui composent notre corps et le font fonctionner.

Ici on va donc injecter un ARN messager, fabriqué pour induire la fabrication d’une protéine, protéine qui va jouer le rôle d’un antigène qui va stimuler la production d’anticorps qui lutteront contre la protéine virale ciblée, notamment la Spike Protéine des spicules du virus qui vient se fixer contre les cellules pour permettre la pénétration dans ces cellules.

SCIENCE-FICTION

Maintenant, un peu de science-fiction. Imaginons que la séquence de l’ARNm ou la protéine synthétisée, soient très proche d’une séquence de notre ADN ou d’une protéine que nous possédons. Imaginons que ce chainon vienne se fixer de manière imprévue sur l’ADN d’un de nos chromosomes. Ce genre de croisement est possible dans la nature. C’est comme cela aussi que l’on fabrique des OGM, en modifiant une petite partie de l’ADN chromosomique. Nous devenons alors un HOGM (prononcez OGM = HOmme Génétiquement Modifié). 

Si l’ARNm s’amuse à ce petit jeu, s’il dévie un peu, s’il fabrique une protéine trop proche des nôtres, les anticorps induits par notre réaction immunitaire vont s’attaquer à nos propres cellules. Cela s’appelle une maladie auto-immune, maladie qui peut être induite par un vaccin (même non ARN, mais demain plus volontiers à ARN). Une maladie auto-immune, c’est quand nos défenses nous attaquent. Dans la polyarthrite rhumatismale, c’est la membrane des cartilages qui est attaquée, dans le lupus, ce sont des cellules de la peau, des articulations, des reins, dans le diabète type 1, ce sont des cellules du pancréas, dans la sclérose en plaques, c’est la moelle épinière,.. Le vaccin contre l’hépatite est accusé d’avoir créé des scléroses en plaques, les labos ont beau se défendre par des études qui les innocentent (on sait depuis le Covid ce que valent ces études médicales), mais ce n’est sans doute pas sans raison que les tribunaux indemnisent. 

DE LA RESPONSABILITÉ

Le vaccin Covid d’Astra Zeneca serait à l’origine d’une myélite et d’une SEP. Ce n’est pas accidentel, à 40 ans on ne se retrouve pas en fauteuil roulant spontanément, surtout si on est dans une phase test de vaccin ! On ne peut connaître en 3 mois, 6 mois ces complications qui surviennent tardivement, parfois après des années. Les laboratoires le savent tellement bien, qu’ils ont décidé de ne pas prendre le risque d’avoir à assumer les conséquences de ces accidents. Dans les contrats d’achats, il est précisé que ce sont les Etats acheteurs qui prendront en charge le risque et les indemnisations ! Cela leur permet d’aller plus vite, en prenant plus de risques dans cette course au jackpot. C’est pour cela aussi que ces vaccins ne peuvent être obligatoires : trop de risques, trop chers à indemniser en cas d’accidents.

Pour ce qui est de la prise en charge par l’Etat, les responsables se défilent. Pour le vaccin H1N1, il y a eu près de 200 cas de narcolepsie. 10 ans après plusieurs dizaines de patients ne sont toujours pas pris en charge, devant aller au tribunal, les autorités refusant les déclarations après 2 ans, alors que ces maladies peuvent apparaître plusieurs années après. Bon à savoir. Signalons qu’on ne guérit pas d’une maladie auto-immune, c’est à vie.

Il ne faudrait pas non plus que l’ARNm se comporte comme un rétrovirus. Un rétrovirus est un virus capable de faire intégrer son information génétique dans le génome de l’hôte grâce à des séquences commune sur l’ADN, l’hôte acceptant une césure et l’intégration de l’ADN viral. Un rétrovirus peut donner des cancers.

Sachez aussi qu’à ce jour on ne connaît pas la durée de protection, ni l’efficacité sur les différentes mutations du virus. Et pour finir, quelques petites combines : l’Europe nous protégeait contre la dissémination incontrôlée d’organismes génétiquement modifiés, ces vaccins entrent sous le coup de cette interdiction. En plein été, à la demande des laboratoires et des Etats, sans avis scientifique, le parlement a voté un aménagement CE 2020/1043 pour autoriser ces vaccins. Il serait interdit de nourrir du bétail avec du soja OGM de peur qu’en mangeant le dit bétail la population ne développe je ne sais quelle horrible maladie, ou que cela conduise des mutations incontrôlées dans le corps humain, mais aucun problème pour injecter un OGM directement dans le sang ?  Quant au jackpot, il a déjà été touché par le Président et la vice-présidente de Pfizer, qui ont empoché 5,5 et 2 millions de dollars en vendant des actions lors de l’annonce sur les résultats préliminaires (études non publiées à ce jour).

FIN DE L’ÉPIDÉMIE ?

Alors pour qui faire prendre ces risques connus, dont la fréquence et la gravité sont actuellement totalement inconnus par manque de recul ? Est-il logique de faire vacciner une population de moins de 65 ans, pour une maladie moins grave que la grippe saisonnière pour cette tranche d’âge ? Un des premiers critères pour accorder une AMM (et évoqué dans le refus de RTU pour HCQ), est le facteur risque/bénéfice. Ici, c’est risque inconnu, possiblement maxi, pour un résultat nul.

Pour les autres, avec le confinement des Ehpads et l’hécatombe actuelle (2 000 décès/semaine), entre les morts et les survivants immunisés, qui restera-t-il à vacciner ? Alors quand le gouvernement ne compte que sur les vaccins pour éradiquer l’épidémie, négligeant tous les autres traitements possibles, ne mettant qu’un seul fer au feu, je ne suis pas sûr que ce soit la bonne voie.

L’ARN messager est peut-être un des premiers éléments de la création de la vie sur terre, un des premiers maillons, espérons qu’il ne sera pas le dernier. Alors en matière de vaccin, entre le lièvre et la tortue, entre l’imprudence et la prudence, le choix devrait être vite fait. Pour ceux qui pensent qu’il n’y a pas d’autre solution que le vaccin, il y a peut-être d’autres vaccins plus classiques et éprouvés qui arrivent. A suivre.

Pour une expertise plus détaillée par un généticien : ici.

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

110 commentaires

  1. Docteur Maudrux,
    Bonjour,

    Si votre blog n’existait pas, il faudrait l’inventer ! Merci pour tout ce que vous faites et que vous écrivez. Avec vous, j’ai l’impression de comprendre un peu mieux.
    Encore un lien sur, et ici tout à fait pour, le vaccin défendu par un expert, récemment décoré de la légion d’honneur: Mr Patrice Bourdelais, un savant au ton de voix modeste, pondéré, rationnel et se tenant à l’écart de tout esprit de corps, de parti, d’équipe ou de polémique. Bref, l’objectivité dans sa suprême Scientificité Objective. (Hegel disait la Raison dans l’Histoire).
    https://www.franceculture.fr/emissions/linvitee-des-matins/politique-vaccinale-lindispensable-concertation-avec-patrice-bourdelais
    L’animateur du jour est excellent. Il laisse parler, questionne et déclare seulement préférer un vaccin rapide au confinement.
    Ce n’est pas pour me vanter, mais je déclare n’avoir strictement
    aucun lien d’intérêt à l’égard de l’un comme de l’autre, y compris concernant le vaccin.

    Bien cordialement,
    S.E.

  2. Ca y est, la 2e phase d’une campagne publicitaire bien orchestrée a commencé :
    Après la “communication” destinée à créer le besoin (“la Covid19 produit de terribles ravages” ; “il n’existe aucun remède”, notez le message à double détente), les chaînes de TV diffusent la “bonne nouvelle” : “le vaccin arrive !”

  3. Alain Fisher, monsieur vaccin du gouvernement, lors de la conférence de presse du premier ministre le 3/12 : . « Pour l’instant, nous ne disposons que de communiqués de presse de la part des industriels. Nous attendons avec impatience des publications scientifiques ». Nous avons acheté des millions de doses sur la foi de communiqués de presse, sans aucun argument scientifique.

    • Pour aborder cet épisode sereinement, il est préférable d’avoir à l’esprit que pendant 10 mois les autorités n’ont pas cessé de marteler qu’il n’existait aucun traitement pour faire face au SRAS-CoV-2, ou elles ont nié les traitements existant dans le seul but de justifier à terme la vaccination de la population, l’objectif défini des années à l’avance ou bien avant l’avènement de ce coronavirus par ceux qui se seront employés à l’instrumentaliser, quitte à faire des dizaines de milliers de morts qui auraient pu être évités.

      BFMTV – Au cours de la conférence de presse de jeudi soir, Jean Castex a précisé le rôle d’Alain Fischer, indiquant qu’un “Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, chargé d’appuyer le gouvernement” en la matière, allait être créé. J’ai demandé au professeur Alain Fischer de présider ce Conseil d’orientation et je le remercie vivement d’avoir accepté”, a ajouté le chef du gouvernement. – BFMTV 4 décembre 2020

      “Appuyer” signifie soutenir au sens abstrait ou selon les différentes définitions fournies par le Grand Robert de la langue française, monsieur Fischer a donc accepté la mission peu flatteuse de soutenir la stratégie que des conseillers ont défini et soufflé à Macron et d’en être en quelque sorte la caution morale, caution morale qui côtoie au sein du conseil de surveillance de la Fondation pour la recherche médicale un conseiller principal de la banque de gestion Rothschild, cela ne s’invente pas, en famille.

      Cette instance compte également de droit quatre membres désignés par des ministères, dont celui de l’Intérieur, à croire décidément que la menace serait présente partout, ce qui lui enlève toute légitimité ou compromet son indépendance, si on ajoute qu’elle est présidée par un membre d’une multinationale spécialisée dans l’assurance et la gestion d’actifs, le président du Conseil d’administration d’AXA.

      On a gardé le meilleur pour la fin, le président du Comité d’orientation de cette fondation et également le représentant des donateurs, est un ancien directeur du marketing de Pharma Japon et Asie du Sud-Est Sanofi-Aventis.

      Conclusion, un membre issu de cette fondation doit être compatible avec les intérêts de Big Pharma. C’est là que se situe le conflit d’intérêts, c’est plus subtile. Nous sommes en présence de capitalo-philanthropes qui jouissent de la privatisation de la santé, dont est victime une grande partie de l’humanité. Franchement, est-ce digne de confiance, recommandable ?

      Source : https://www.frm.org/fondation/notre-fonctionnement/le-conseil-de-surveillance

  4. “Ce sont les plus dangereux, encore qu’on ne sait pas s’ils le sont ou ne le sont pas. ”
    Si on ne sait pas, on ne peut rien dire. Je n’ai pas lu la suite.

    • Même si on ne sait pas, on doit dire que c’est expérimental potentiellement dangereux. Mettre des oeillères et considérer que c’est inoffensif au prétexte qu’on ne sait pas n’est pas la meilleure solution.

  5. deux points me posent problème:
    D”abord quand on cherche des anticorps chez un patient c’est qu’il est guéri. Son organisme est capable de produire des anticorps pour lutter contre les antigènes qui sont sur le virus. Même problématique d’ailleurs avec le sida.
    Ensuite, et que je sache, si le vaccin de la grippe A H1N1 a bien été responsable de narcolepsies indemnisées par la justice, les vaccins de la grippe ne sont pas des vaccins à ARN. Donc, ….

  6. Bonjour Gérard, Ton exposé bien documenté mérite d’être analysé avant de se lancer dans l’obligation vaccinale .Il serait intéressant d’avoir des avis des politiques des scientifiques et des représentants du comité d’éthique avant et après la séquence vaccination .
    Ton exposé et les références virologiques et scientifiques indiquées , justifierait que les décideurs politiques analysent bien leurs décisions entre l’approche pôlitique et les risques d’une campagne de vaccination obligatoire. Il y aura surement un pourcentage d’effets secondaires…lesquels ?

  7. « Je n’ai jamais entendu un tel non sens à propos des vaccins. On ne vaccine pas les personnes qui ne sont pas considérés à risque. De même, vous n’envisagez pas non plus de vacciner des millions de personnes en bonne santé avec un vaccin qui n’a pas été soigneusement testé sur les humains ». Ces propos sont ceux de Michael Yeadon, ancien Vice Président de Pfizzer.

    • Je serai encore plus bref : non. Pourtant je ne suis pas contre les vaccins, je continue avec le tétanos quand il faut, et surtout la grippe saisonnière. Un vaccin à ARN, non, maintenant un vaccin de fabrication très classique et éprouvée, cela se discute. Par ailleurs, il y a des traitements qui marchent et évitent le vaccin pour plus de 90% de la population.

      • Il me semble que depuis le début de l’épidémie, vous sautez comme un cabri d’un traitement miracle à l’autre en traitant d’assassins ceux qui ne veulent pas vous suivre dans cette attitude non médicale. Quand comprendrez-vous qu’il faut du temps pour prouver l’efficacité ou non d’un traitement. Suivez l’exemple de l’Institut Pasteur de Lille, qui a mis en évidence un effet in vitro d’une vieille molécule, comme Raoult, mais teste in vivo avant de communiquer sur youtube comme le premier rappeur venu, et donnera les premiers résultats (même négatifs) en mai 2021.

        • Vous ne suivez pas bien. Depuis avril j’écris que AZI est supérieure à HCQ. Je vous signale que HCQ a aussi été testé in vitro avant, quant à des résultats pour mai 2021, c’est formidable, c’est exactement ce dont on a besoin.
          Permettez moi de douter de la stratégie de Pasteur : nous avons affaire à des molécules commercialisées, avec AMM qui ont déjà passé tous les tests de toxicité et dont on connaît depuis des années les effets secondaires à court, moyen et long terme. Si c’est efficace in vitro, on peut passer de suite à la prescription, de manière infiniment plus sécurisée que les vaccins, avec résultats en 15 jours et non en 1 an. Les pompiers interviennent quand le feu brûle, pas quand il s’est éteint tout seul.

  8. Cette article est d’un imprécision qu’il est presque eclairant que certains medecins n’y connaissent rien en physiologie et en biologie moleculaire…

    La première partie de l’article est un copier coller d’un article de Nature® intitulé « SARS-CoV-2 vaccines in development »
    Et la deuxième partie est d’une naïveté biologique que je doute de vos compétences pour en parler, pour la simple et bonne raison que la cellule humaine ne possède pas d’intégrase.

    • Puisque c’est un copier-coller de Nature, Nature serait donc d’une grande imprécision. Je suis donc allé voir ce qu’était cet article que je connaissais pas, ce qui est dommage, car il est très complet et intéressant. C’est un historique et un catalogue détaillé de tous les vaccins, ce qui n’a rien à voir avec mon papier. Pour ceux qui seraient intéressés, voici la référence : https://www.nature.com/articles/s41586-020-2798-3 . Petit jeu pour les autres lecteurs : “cherchez Charlie”, je vous met au défi de trouver une seule demie phrase qui serait un copié-collé. Pour ce qui est de la seconde partie, ce sont des questions, pas des affirmations, et permettez moi, en tant que médecin responsable, d’avoir le droit de me poser ces questions avant de prescrire. Quand on n’a pas de recul, on doit savoir et se demander si le pire est possible quand la vie de nos patients est en jeu. Le vaccin pour le H1N1 a rendu de par le monde des milliers de patients atteints d’affections incurables. La défense des responsables aujourd’hui est : “on ne pouvait pas savoir”. Et bien moi, je veux savoir.

      • Merci Dr Maudrux pour cet excellent article sur les vaccins. Bien sûr qu’il faut se poser des questions. Un article de Nature publié en 2018 soulignait les potentiels risques des vaccins à ARNm, notamment auto-immunité et coagulation/thrombose ( https://www.nature.com/articles/nrd.2017.243#Sec17). On aimerait donc avoir plus de données de sécurité avec un recul suffisant dans la population âgée avant de déployer massivement ces vaccins à ARNm.

  9. Même les labos ne font pas confiance à leur propre vaccin puisqu’ils ont négocié avec les instances européennes la prise en charge financière de leur responsabilité civile en cas de dommages imprévus !

    • Votre raisonnement me semble un peu court. Analogie ne conduit pas forcément à causalité. Il manque de la complexité dans votre syllogisme.
      D’un point de vue anthropologue, je considère qu’une société qui refuse tout risque et se prive donc par là d’expériences nouvelles est condamnée à terme à dégénérer, puis à disparaître.
      A supposer que l’évolution de l’humanité puisse se prolonger de manière pérenne sans mener quelques expériences audacieuses, comme par exemple l’introduction de gènes extra-humains dans ses propres organismes, devrions-nous en inférer que l’évolution elle-même se fut au cours des temps antérieurs jamais passée d’expériences inédites ?
      Le principe de précaution institué en valeur suprême, érigeant lui-même une sorte de société politique obsédée par sa sécurité (une sécurité totale et transcendantale) plutôt que par sa liberté, ne condamne-t-il pas à une fossilisation prématurée ?
      Une partie arriérée de la science oublie trop souvent que le principe-même de la vie comporte ontologiquement la prise de risques, y compris par moments de risques maximum.
      Dommage que le docteur Maudrux n’étende pas le concept de bénéfices/risques au delà d’une réflexion strictement sanitaire et vouée par là-même à manquer d’autres strates d’interrogation !

      • Une société qui refuse tout risque est il me semble celle qui se terre chez elle. un seul exemple, j’ai un fils de 12 ans en excellente santé même pas en surpoids,. son risque de covid grave ou mortel voire même symptomatique est de zéro…je fais quoi ? je lui fais prendre un risque ? surtout pour sauver qui si les gens à risque se vaccinent ? … aura t’il le droit d’aller à l’école ?

      • Pour que les tenants du régime en place en soit arrivée au point de devoir modifier le génome de la faune et de la flore pour garantir le développement futur de la civilisation humaine, témoigne si besoin était, qu’ils avaient déjà dépassé dans leur folie le stade au-delà duquel l’avenir de l’espèce humaine était gravement compromis ou hypothéqué. Dès lors les arrêter devrait s’imposer comme une question de salut public prioritaire qui devrait concerner chaque citoyen un tant soit peu conscient de la menace qui pèse sur son existence et celle des générations futures.

        Les défenseurs de l’ordre établi, qui a pris une tournure mafieuse, criminelle, barbare, sacrifient habituellement la liberté au nom de la sécurité, alors quand ils se font les chantres de la liberté, c’est qu’elle est plus que jamais menacée ou que celle dont ils disposent au détriment du reste de la population ne leur suffit plus pour lui imposer son agenda économique et politique sous couvert de crise sanitaire qui a été entièrement fabriquée.

        Ce sont les mêmes qui sont prompts à invoquer le principe de précaution, quand il s’agit d’aller bombarder et détruire un pays ou massacrer un peuple qui ne menaçait ou n’avait déclaré la guerre à personne, qui aujourd’hui le rejettent pour finalement produire les mêmes effets ou prendre ce risque intolérable, indéfendable. Après tout, puisqu’ils sont si bien intentionnés et si sûrs d’eux, pourquoi ne se dévoueraient-ils pas pour servir de cobayes aux premiers vaccins qui seront disponibles ?

        Une partie évoluée de la science oublie trop souvent que le principe-même de la vie est démagogique, et peut s’avérer nuisible et dévastateur, quand il est agité par des apprentis sorciers ou des psychopathes influencés par une idéologie dont l’unique motivation est le profit ou l’argent ainsi que le pouvoir, à n’importe quel prix, sans qu’il soit nécessaire de le préciser car ce n’est plus à démontrer, hélas il y en a encore pour le nier ! Mais rien ne dit qu’ils y trouveront leur compte pendant encore longtemps.

        Ce sont uniquement des facteurs économiques et sociaux qui sont à l’origine du développement de la civilisation humaine, et non de vulgaires calculs d’épiciers du type bénéfices/risques, auxquels on doit justement imputer le délitement rapide de la société, et la disparition à terme de la civilisation humaine.

      • Je crains que vous ne fassiez l’impasse sur deux notions:
        1- Dans la vie on est certes amener à prendre des risques. Mais il est important de les assumer. Cela s’appelle la responsabilité !
        2- Les risques que l’on prend et à fortiori ceux qu’on fait prendre aux autres doivent être proportionnés et mesurés par rapport aux enjeux. Sinon on bascule dans la folie de la démesure. Les grecs anciens appelaient hubris cette tentation. Ils s’en méfiaient grandement et la considéraient comme le pire des crimes. Les latins avaient eux aussi cette préoccupation. Lors du défilé de triomphe d’un général romain, un esclave le suivait en lui répétant à l’oreille: <> <>. On rapprochera cette problématique de la démesure du célèbre adage de prudence médicale : <>
        <>

        • Je complète ma réponse à Stephane Chamberlin dont la fin ne s’est pas imprimée.
          A l’oreille du général romain:
          Memento mori. Rappelle toi que tu es mortel.
          Adage de prudence médicale:
          Primum non nocere. En premier ne pas nuire.

  10. Je suis en Inde et je me passe de la télé depuis 7 ans. Sur le Net, j’ai écouté dans une vidéo YouTube consacrée à Pujadas 24H, une émission de LCI datée du 25 novembre 2020, le Pr Eric Caumes s’affoler à l’annonce du démarrage de la vaccination de la population d’ici peu, alors que j’ai cru comprendre par ailleurs qu’il avait été un des adeptes les plus zélés des mesures adoptées par Macron jusqu’à présent.

    Craindrait-il en tant que membre du personnel soignant de faire partie des premiers cobayes désignés par les autorités ? Des internautes y voient un retournement de veste ou un affolement révélateur. Un cas de conscience que vont devoir partager tous les médecins, en espérant qu’ils refuseront de vacciner leurs patients, et qu’en cas de besoin ils leur prescriraient les traitements existant qui sont efficaces.

  11. Personnellement je ne comprends pas ce qui ce qui se passe en France … il n y a quasi aucune opposition politique ..tous d accord ? sur le vaccin ? Le Remdesivir ? Le Rivotril ? La négation de traitements ( IHU , invertemicin etc .. ) plus efficaces que le paracetamol ?

    • Vous l’avez remarqué aussi, bravo ! Mais chut, ce n’est pas un complot, seul la plèbe complote !

      Il a dû se passer quelque chose, disons depuis le dernier quart du XXe siècle pour ne pas remonter plus loin, que personne où presque n’a observé ou saisi… Pourquoi ? Cherchez et vous trouverez, je ne sais plus qui avait sorti cela, je ne suis pas sûr que cela provenait d’un esprit scientifique…

  12. concernant les vaccins et les maladies auto-immunes,il n’y a aucun doute.Ayant pratiqué durant 42 ans, je n’avais rencontré qu’une SEP.Dans les dernières années de mon exercice, j’ai vu ou entendu parler autour de moi de véritable épidémie de SEP.Tous avaient eu la vaccination Hépatite B dans les 5 à 15 ans avant, et uniquement postérieurement à cette campagne dans les lycées ou ailleurs.Alors, les bébés nés après le 1 janvier 2018,qui ont les 3 injections d’hépatiteb(attention à leur future sexualité!),que vont -ils présenter dans 10 ans?Et, là ,recommencer avec ce vaccin Covid?

  13. Merci vivement pour la qualité de vos rubriques. Vous faites grandement honneur à la médecine française !
    Je voudrais faire quelques remarques sur la problématique des vaccins à ARNm.
    1- Plus encore que les vaccins classiques ils paraissent nécessiter une trés grande prudence dans l’évaluation d’éventuelles complications auto immunes. Ce n’est pas une inquiétude théorique;
    on peut rappeler le triste souvenir du pandemrix (grippe H1N1) et ses narcolepsies. D’autre part ce problème des complications auto immunes est certainement sous évalué. La pharmacovigilance en matière de vaccins est loin d’être optimale !
    2- Les vaccins contre des virus à ARN exposent aussi au risque de facilitation d’infection par les Ac (ceux-ci pouvant favoriser l’entrée cellulaire du virus et parfois aussi sa réplication).Rappelons le tragique exemple d’une vaccination contre la dengue qui avait induit des dengues gravissimes chez les sujets infectés préalablement vaccinés.
    3- Vous avez raison de souligner le risque potentiel de rétro insertion dans l’ADN qui est balayé d’un revers de main un peu rapide par certains ”experts”. En effet on peut tout à fait concevoir que la présence concomitante d’un rétrovirus puisse scinder l’ADN et favoriser une rétro insertion d’ARN dans l’ADN car le rétro virus possède une transcriptase inverse. Inutile de commenter les conséquences cauchemardesques d’une telle éventualité!
    4- La question des ARN interférents avec inhibition post transcriptionnelle de gènes est encore trés mal maîtrisée.Nombre d’aspects nécessitent bien des études: effets de ces mises au silence de certains gènes, stabilisation d’effets délétères par méthylation d’ADN, effets sur les déplacements de transposons, modifications de réarrangements spatiaux d’ADN …
    Tous ces éléments doivent soigneusement être pris en compte dans l’évaluation de la balance bénéfices/risques d’une vaccination pour une maladie à la mortalité extrêmement faible et qui plus est aisément traitable dans sa phase initiale avec nombre de molécules repositionnées comme antiviraux.

    • A propos de l’article d’acetylcholine: Votre commentaire est le plus élaboré et pose les vraies questions. Il n’est ni certain , ni impossible que les modifications moléculaires citées se réalisent.

  14. Merci Dr Maudrux pour votre blog. je voulais vous demander Que pensez-vous de l’application TousAntiCovid à télécharger sur Google Play. Es-ce un moyen de se protéger?

    • En théorie cela peut être utile si utilisé par 100% des positifs, en pratique cela ne peut marcher. Même le premier ministre avait avoué ne pas avoir activé pour lui la première version.

  15. Info. Faites tomber les masques… et les têtes !

    L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) annonce la démission de son directeur général Mr Dominique Martin « à sa demande ». La publication au journal officiel fait état que Mme Ratignier-Carbonneil est chargée d’exercer cette position par intérim. Cela fait suite à une proposition de l’Elysée du 9 novembre 2020 de la nommer au poste de directeur général.

    http://www.francesoir.fr/societe-sante/demission-de-dominique-martin-directeur-general-de-lansm-scandale-de-trop-remdesivir-ou

    • Encore un qui va être récompensé de son attitude de bon petit soldat obeissant avec un poste pantouflard bien payé par nos impôts, dans notre république de copains et de coquins. Affaire à suivre de près

  16. Voir rapport du CRIGEN . Note d’expertise grand public sur les vaccins. Dr Christian Velot. Généticien . SACLAY.

  17. Puisqu’on parle de Science-Fiction, je viens de lire un roman où le directeur de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament démissionne en pleine crise sanitaire. A sa demande, paraît-il, sûrement pour aller s’occuper de sa collection d’estampes japonaises. Ne reculant devant rien, l’auteur situe ce récit dans un pays où on a débarqué en catastrophe une ministre de la santé quelques semaines avant le début, hautement prévisible, de la dite crise sanitaire. Et vous ne me croirez pas, dans la république bananière où se déroule l’histoire, on abolit la démocratie pour un taux de mortalité de 0,05% et on offre aux gens, comme nec plus ultra de la médecine, du Paracétamol et des voeux sincères de guérison…
    J’ai arrêté avant la fin, parce que la connaître ne m’intéresse pas. Il ne faut quand même pas prendre les lecteurs pour des billes.

    • J’ai presque terminé de le lire. Le Syndicat de la Magistrature, passant sur ses préventions politiques, s’allie à l’association Profession-gendarme. Police et gendarmerie nationales prennent d’assaut l’Élysée et le Palais-Bourbon, et arrêtent tous les criminels. Puis les magistrats qui ont sécurisé juridiquement l’opération s’avancent au balcon de l’Hôtel de Ville, conformément à la tradition républicaine, et annoncent l’abrogation immédiate de toutes les lois, décrets et arrêtés promulgués depuis le 16 mars et la mise en place d’un gouvernement provisoire. J’en suis là, dans ma lecture. Finalement une belle histoire.

  18. Merci encore et toujours docteur Maudrux. Donc je dirais “Fric a tout prix !!!” Quelle est la moralité enseignée a ces charlatans qui détiennent ces labos ???? Avant d accorder un diplôme il serait bon de s assurer au maximum que l on ne le donne pas a des tyrans !!!!!!!!! Et avant de leurs accorder des prêts pour leurs projets véreux il serait bon de mesurer leurs intentions réelles et de garder un oeil sur eux !!!!!! Le capitalisme intelligent et non sauvage !!! Car aujourd’hui le capitalisme est réellement devenu dangereux !!!!

  19. AU SECOURS
    Avez-vous mis au point un protocole que je pourrais recommander à mes collègues italiens? qui entre toutes les interdictions et contradictions ne savent plus où donner de la tête!
    Dans des blogs précédents vous avez cité des antibiotiques et l’ivermectine.
    Préconisez-vous l’azithromycine 500 mg le premier jour puis 250 mg les 4 jours suivants?
    ou amoxicilline 3x1g/jour pendant 7 jours, amoxi-clav 3x875mg/jour, également pendant 7 jours ?
    Dans tous les cas après deux jours de symptômes?
    Mais quels symptômes? Rhume, toux, arthralgies, fatigue intense, fièvre 37,5 – 38 – 39???
    Saturation oxygène < 95? 93?
    Et l'ivermectine en association ou seule? 200 ou 400 mcg par kg de poids corporel? pour quelle durée?

    Je vous en prie répondez-moi

    • Tiens, vous ne parlez plus de la magnifique HCQ??? Vous traitiez d’assassins il y a peu ceux qui recommandaient de ne pas suivre les élucubrations du druide…
      Vous cherchez apparemment des “recettes” pour luter contre la Covid… vous oubliez dans votre cocktail la prière, l’artemisia, l’HCQ, les Ac monoclonaux, le remsedivir et les centaines d’autres traitements encore en EVALUATION.

  20. Pandemrix a fait aussi des victimes qui ont souffert de narcolepsie en France.
    Je suis également pour l’extrême prudence vis à vis de ce vaccin. L’ennui c’est qu’il va être d’abord essayé chez les personnes âgées. Et comme les maladies auto immunes se révèlent longtemps après , il vont peut-être dire que la dégradation de l’état de santé éventuel peut être du à l’âge. Les vaccins sont fait pour réagir à un antigène de surface du virus , comme l’hémaglutinine, protéine de surface fabriquée uniquement par le virus grippal , comme un polysaccaride (sucre) de la capsule du méningocoque , ou une protéine spécifique de surface, comme le vaccin contre l’hépatite B ou de la coqueluche. A chaque fois , c’est la surface des virus (ou bactéries) faite de protéines ou de sucre spécifiques au virus ,et non l’intérieur, qui est utilisé pour faire fabriquer à notre corps des anticorps et en garder la mémoire dans les lymphocytes de nos ganglions. Parce que nos anticorps et nos cellules de l’immunité vont reconnaitre ces antigènes de surface tout de suite dans le sang ou entre les cellules,les tissus interstitiels, s’y coller puis avertir et attirer les cellules tueuses de notre immunité.
    Ces vaccins sont toujours inactivé par la chaleur ou le formol ou autre et il ne reste plus ni virus ni ARN en principe . On peut faire fabriquer un vaccin également par génie génétique en incorporant la fraction génétique dans une bactérie ou un virus pour qu’il fabrique cet antigène de surface.
    Apparemment avec le vaccin anti-covid , c’est nous qui allons fabriquer l’antigène à partir d’un ARNm c.a.d d’un virus vivant mais sans capsule mais conservé au froid… Je trouve que ça fait très apprenti sorcier.!. Evidemment c’est moins de travail pour les fabricants. Faire faire le travail par autrui, grand principe du ministère de la santé.Les médecins connaissent.
    Ne va-t-on pas s’immuniser contre nos propres ARN? Et si nous fabriquons l’ antigène du Covid, pourquoi notre corps se mettrait-il à le rejeter ? Quelqu’un pourrait-il avoir l’avis contradictoire d’un spécialiste de l’immunologie et d’un spécialiste des maladies de système et auto-immunes . J’ai lu que les immunologues n’étaient pas enthousiastes plus que ça pour ce vaccin.
    Quand on pense qu’on aurait pu utiliser l’ HC depuis longtemps… on s’enfonce.

  21. La question que l’on pourrait poser peut-être aux virologues : est ce que le coronavirus va utiliser “la transcriptage inverse ” comme les rétrovirus voire par un mécanisme un peu différent pour le VIH pour “réintégrer” l’adn et le génome ? Auquel cas le risque et danger du vaccin à ARNm serait pèserait lourd dans la balance.

  22. J’avais préparé un petit historique de l’épidémie à COVID19 et des obstacles connus à la vaccination par ARN et même par une protéine marquée par l’antigène sanguin du groupe A. Un piratage de compte bancaire m’a occupé toute cette semaine, vous m’avez devancé bravo.

    Je vous mets malgré tout ma contribution et attend toute demande de renseignements complémentaires: https://tinyurl.com/yyqu9ehn . Comme vous allez voir la question des groupes sanguins vs les Covid 1 et 2 est revenue sur le tapis par le Professeur LE PENDU de Nantes interviewé par le plus important tirage des quotidiens français, Ouest France du 2 novembre 2020.

    Bonne lecture et merci pour ce blog si intéressant et utile.

    • Je ne me suis pas penché sur les groupes sanguins, quand j’avais vu un article il y a quelques temps, la différence ne m’avais pas paru très marquée.Toutefois, j’ai toujours évoqué un facteur ethnique concernant la sensibilité au virus, expliquant le peu de cas dans les pays asiatiques. Qui dit ethnique dit chromosomes, et là on rejoint les groupes sanguins. Dans votre papier, les liens ne fonctionnent pas.

      • Dans un article UNIVADIS de Medscape “quel est le lien entre le l’ homme de Néanderthal et le Covid 19 ” par Frédéric ADNET Chef de Service Hôpital Avicenne. Nature 30sept 2020,
        il est écrit que sur le chromosome 3 et le chromosome 9 , se trouvent des régions génomiques associées à des formes graves de Covid . Elles déterminent aussi le groupes sanguins ABO. Ces régions génomiques sont des variants de gènes transmis par nos ancêtres Néandertaliens . Ces variants existent surtout en Europe, Bangladesh, Asie du sud. Les asiatiques du centre Chine, Mongolie… ont des ancêtres Dénisoviens ,un cousin de Néanderthal, pas pareil. Les Africains du centre ont des ancêtres Homosapiens purs et sans variants. Lire l’Odyssée des gênes / Evelyne Heyer ,anthropologie génétique.

    • A la lecture de la première page, très probablement bobard. Pasteur peut faire des erreurs, mais ce n’est pas le diable en personne. On lui prête bien des intentions, il a d’ailleurs porté plainte en diffamation contre Hold-up justement sur une partie de ces affirmations. Rien que le nom du vaccin, m’évoque une célèbre et ancienne BD de la télé, narrée par Claude Pieplu. Clin d’oeil volontaire ?

      • Je vous remercie pour votre réponse, qui me conforte dans mon intuition que ce “dossier” (de 84 pages!) est un bobard.

        • Chet Tara Attendez vous a voir des énormités devenir réalité !!! Le monde reconfortant que l on aime est en train de nous échapper car nous sommes devenus trop passifs pour le défendre !!!

  23. Bonjour Docteur Maudrux,

    Est-il vrai que l’on n’a jamais observé le virus du SIDA au microscope électronique ?
    Est-il vrai qu’une personne (homme ou femme) puisse être positif dans un pays et ne pas l’être ailleurs ?
    Cf Pr De Harven
    https://www.youtube.com/watch?v=-VqLf21B-SE&feature=emb_title
    En est-il de même pour le COVID ?
    Peut-il provenir d’une manipulation humaine ?

    Merci de votre retour

    • Je ne peux vous répondre. Non spécialiste, je me suis penché sur le Covid pour savoir beaucoup de choses, mais pas sur le Sida que je connais peu. Je suppose que cela dépend des tests, on le voit pour le Covid, avec peu de virus ou inactif, on peut être négatif, et être positif si on multiplie 40 fois au lieu de 25. Je ne sais pas si les tests sont sur le même principe.

  24. Je suis peut-être un peu hors sujet, mais je ne savais pas ou mettre ces interrogations pour être lu:
    les test PCR actuels se font avec un certain nombre de cycles CT. Or, il parait que l’Allemagne tetse à 25 CT et qu’en France on soit beaucoup plus haut (35, 40, 45?) sans que les labos ne doivent communique ce chiffre. Dons on trouve beaucoup de faux positis. Pourquoi cette disparité, pourquoi ne pas avoir un standard européen ? Les labos réalisant un CT supérieur facturent-ils plus ? A t on un intérêt français pour avoir beaucoup de faux positifs pour entrainer la peur dans la poplulation ? Des infectiologues ne pourraient ils réagir officiellement sur ces tests ? M. le Ministre de la Santé pourrait-il nous expliquer (voeux pieux, il n’a expliqué aucune des ses positions controversée)

    • Ces tests non normalisés en ce qui concerne la dilution, c’est effectivement un peu la pagaille, et limite les comparaison. Je crois qu’on est monté très haut pour chercher à dépister au moindre signe et ne pas passer à côté, mais on est aussi tombé dans l’excès inverse, car en multipliant trop, on détecte des fragments ou des virus morts. Le tarif est le même, et c’est à l’acte, pas au nombre de positifs.
      Si on peut demander à tous dans un pays, de standardiser, on ne peut l’imposer aux autres pays. L’Allemagne est plus raisonnable. C’est vrai que le Ministre ou le Conseil scientifique devrait s’en occuper.

  25. Près de 440 plaintes sur 702 ont fait l’objet d’une indemnisation par le Fonds d’assurance pharmaceutique. 100 millions de couronnes ont été déboursés au total, environ 10 millions d’euros.

    Anders Tegnell, l’épidémiologiste en chef et figure de la stratégie controversée de la Suède contre la Covid-19, faisait partie du groupe d’experts du conseil sanitaire qui a appelé à la vaccination de masse en 2009-2010. “Bien sûr la décision aurait été complètement différente si nous avions connu les effets secondaires. Mais ils étaient complètements inconnus, une surprise pour tout le monde”
    https://www.rtl.fr/actu/international/coronavirus-en-suede-l-ombre-d-un-fiasco-plane-sur-les-nouveaux-vaccins-7800929549

  26. Bonjour,
    Tres interessantes reflexions pour vulgariser un sujet technique et complexe. Une question reste pour moi sans reponse, comment un vaccin peut-il etre efficace? Car si j’ai bien compris un virus penetre la cellule pour l’infecter, comment, dès lors, peut-il etre detruit par des anticorps qui, eux, sont extra cellulaires ? mais peut-etre est-ce une question stupide d’un beotien .

    • Bonne question. Toujours en vulgarisant, quand vous êtes touché par une maladie infectieuse, le vaccin ne sert à rien, il ne traite pas. Il faut vacciner avant, pour que les anticorps fabriqués attaquent le virus, avant qu’il ne pénètre et se multiplie. Et s’il y en a quand même qui pénètrent (le temps que le nombre d’anticorps augmente) la multiplication est freinée car tués dès qu’ils sortent pour se multiplier ailleurs. C’est une réponse, est-ce qu’il y en a d’autres ?

  27. J’ai 2 questions par rapport à votre billet :
    1/ pourquoi n’a t’on pas utilisé cette technique d’abord contre le virus du SIDA, alors que depuis 30 ans on cherche vainement un vaccin ?
    2/ Si je comprends bien on injecte quelque chose qui ressemble à un virus mais dont l’ objectif est ciblé pour être à priori bénéfique et semble fonctionner à court terme. Alors pourquoi être plus affolé par les conséquences à long terme de ce vaccin, plutôt que par celle du virus lui-même ? En effet on pourrait sans doute développer le même chapitre de science fiction que vous développez pour le vaccin pour les conséquences à long terme du virus ? Et je rappelle que beaucoup de médecins semblait souhaiter une immunité collective par la maladie contrôlée par les traitements, plutôt que par le vaccin; il me semble que cette contradiction est illogique et ressemble à celle qui considérait que le traitement HCQ+AZI était plus dangereux que ce virus connu seulement depuis moins d’un an.

    • Pour le sida ? Apparemment ils n’ont pas trouvé la bonne protéine inoffensive servant d’antigène. Cet échec est sans doute ce qui faisait dire à Raoult au tout début, prenant l’exemple du Sida, qu’il était très sceptique quant à un vaccin contre un virus à ARN, car il n’en existe aucun à ce jour. Pour le Covid, si des vaccins sortent, c’est peut-être des vaccins contre une protéine ou un fragment du virus, pas contre pas contre le virus lui-même, et des particularités du Sida font qu’on n’a pas trouvé le talon d’Achille.
      Pour les effets à long terme des autres vaccins, c’est moins probable (mais pas 100% impossible), car on injecte un agent inerte qui est détruit par les anticorps constitués. Disparaissant, il ne peut avoir d’effets à long terme. Maintenant, effets de l’anticorp ? On l’a fabriqué nous même, on ne nous l’a pas imposé comme pour l’ARN.

  28. Bonjour
    Peut on imaginer un plateau de télévision où des intervenants neutres et compétents (il
    en existe sûrement encore ) viennent expliquer la fabrication des vaccins à ARNm avec leurs avantages et leurs risques.
    Les français pourront au moins faire le choix de se faire vacciner ou non.
    Merci dr Maudrux de vos réflexions tellement pertinentes

    • Croyez-vous que la majorité des Français seraient suffisamment développés, évolués ou conscients pour faire ce choix ? J’ai envie de dire, que le simple fait de devoir poser cette question tendrait déjà à démontrer le contraire. Par leur comportement quotidien, n’ont-ils pas suffisamment prouvé qu’ils en étaient justement incapables, y compris sur des questions autrement plus anodines ?

      Ce qu’il y a d’inquiétant, c’est qu’on en soit encore à se poser cette question. Voyez-vous, la démocratie ne se décrète pas, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle n’a jamais réellement existé, à de rares exceptions près qui ont fait long feu, justement pour cette raison, parce que les peuples n’y étaient pas préparés, notamment, c’est ainsi que de préférence ils font leur malheur au lieu de faire leur bonheur… Le seraient-ils davantage de nos jours ? Un simple regard sans concession sur la réalité prouve qu’il n’en est rien ou sinon nous n’en serions pas arrivés à cette situation.

      Plus prosaïquement, qu’on se pose la question de savoir si on peut ou non faire confiance à Macron et à sa clique de Pieds nickelés ainsi qu’aux trusts pharmaceutiques, à l’UE, à l’OMS, au gang des Gates et Rockefeller qui sont les promoteurs en chef de ce vaccin et ceux destinés à en profiter, est somme toute plutôt étrange. On a l’impression que d’un seul coup sous l’effet de la pression ambiante, on en oublie la logique la plus élémentaire.

      On a pu observer le même phénomène de tergiversations, de contradictions ou de confusions tout au long de ces 9 ou 10 derniers mois à propos de l’ensemble des mesures dites faussement sanitaires imposées par Macron, et force est de constater que cela continue. Ce serait désespérant, si on n’avait pas acquis la certitude qu’elles étaient uniquement destinées à nuire aux intérêts de la population. Dans quel but ? Vous le saurez assez rapidement, pour le moment ils n’en sont qu’aux amuses-gueules de leur “Great Reset”. Partant de là leur accorder le moindre crédit serait tout bonnement suicidaire.

      • Il faut reconnaître, sans en être, que la grille de lecture marxiste est redoutablement efficace pour comprendre bien des choses. Bizarrement, la foi catholique peut être également faire l’affaire. La bonne soeur qui nous a vus partir tout à l’heure depuis le monastère pour une longue randonnée en Chartreuse, bien entendu en totale infraction, nous a adressé un sourire de complicité d’une bienveillance infinie. Depuis la lettre de l’archevêque Vigano à Donald Trump, le clergé régulier a tout compris. Cordialement.

  29. https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/coronavirus-se-faire-vacciner-ne-sera-pas-agreable-previennent-les-medecins-7800928908
    Je remets ici un lien qui a dû passer inaperçu sous l’article précédent. Et j’ajoute une question pour le docteur Maudrux : compte tenu de tout ce que vous dites, et que j’approuve totalement, avec ces premières fuites sur les vaccins, en administreriez-vous un à une personne âgée en état de faiblesse ou à un cancéreux en phase, disons, préterminale ?

    • Je n’ai jamais fait à un patient ce que je ne ferais pas à moi-même. Et quand parfois j’avais une hésitation pour un traitement, une intervention, pour trancher, j’avais toujours la même solution : si c’était ta femme ou tes enfants, que ferais tu ? et j’avais la réponse à mon dilemme.

  30. L’épidémie due à ce variant semble se terminer, malgré le confinement….cf la belle cloche de la courbe d’incidence. On abordait le plateau avant le couvre feu…
    Les courbes montrent un pic du nombre de cas à 86 852 le 7 novembre, et un pic du nombre de patients hospitalisés à 33 466 le 16 novembre ET un pic en réa à 4906 LE MEME JOUR (données GEODES)
    Pour rappel confinement le 30 octobre et couvre feu le 17 octobre

    Questions: comment analyser le pic simultané en réa et en hospitalisation normale? Y a-t-il eu des prescriptions d’antibiotiques ou autre en ville?

    Comment les pouvoirs publics peuvent-ils raisonner sans regarder ces évolutions et déconfiner si lentement, en sachant qu’un nième variant peut redéclencher une nouvelle courbe en cloche?

    Évidemment ils sont entourés d’experts qui expertisent en fonction de leurs théories , sans regarder la réalité

    Les vaccins ont été réalisés à partir de quelle mutation? Est qu’on a des informations à ce sujet? Ils risquent fort d’être obsolète avant d’être mis au point!

    • Le gouvernement suit la feuille de route de ses commanditaires. Le but n’est pas de lutter contre un virus mais de se servir d’un prétexte sanitaire pour détruire le plus rapidement l’économie nationale. Les privations de libertés vont être allégées momentanément car la police et la gendarmerie n’obéissent plus aux ordres contraires à la Constitution et se mettent clairement du côté de la Nation et non de l’Etat devenu défaillant. C’est pourquoi on commence à mettre en scène des faits divers de heurts entre forces de l’ordre et population pour séparer les premières de la seconde. Tout ceci n’est pas de la médecine mais de l’ingénérie sociale.

  31. Le fin du fin reste le vecteur lentiviral. C’est à dire une chimère à partir du virus du SIDA. Lentivirus, i.e. virus lent donc effets pathologiques peut-être plusieurs années après l’injection. Rétrovirus, i.e. inscription dans le génome grâce à la transcriptase inverse. Et bien sûr multiplication du vecteur (jusqu’à infecter les gamètes et donc la descendance?). Mais celui-ci doit alors être conservé bien vivant. Une température de -20 degrés suffit pour conserver un liposome, mais il faut -80 degrés pour conserver un virus vivant. Conclusion, les projets sont bien plus effroyables que tout ce que des gens sains peuvent imaginer.

  32. Vrai. Mais est ce que l’ARNm présent dans le cytoplasme d’une cellule dans des “capsules” peut pénétrer le noyau? et se combiner avec l’ADN voire provoquer des modifications épigénétiques?

    • Je suppose que oui, sinon l’ARN ne sert à rien. Il sort de la cellule (et du noyau) pour transmettre des messages à d’autres cellules pour fabriquer les protéines, où il faut bien qu’il rentre. C’est très très petit, ça passe partout.

      • Il est certains que vu les sommes faramineuses investies par les labos et les états, il sera difficile de faire marche arrière sachant que quelle que soit la qualité de la recherche médicale aux US, le dollar est roi dans tous les domaines.

      • Un ARNm n’a pas besoin de retourner dans le noyau (s’il en vient comme c’est normalement le cas s’il est produit à partir de l’ADN du noyau) , il opère la fabrication de protéines dans les ribosomes qui sont dans le cytoplasme et non dans le noyau. Ce que je crains plutôt c’est que cet ARN puisse être retranscrit en ADN par transcriptase inverse et que cet ADN arrive ensuite à s’incorporer au noyau ou à des mitochondries. Et le pire serait que l’infection arrive jusqu’aux cellules germinales rendant les modifications héréditaires ! Corrigez moi si je me trompe (j’avoue mes lacunes en biologie).

        • J’avoue autant de lacunes que vous. Mes réflexions sont toujours une synthèse de plusieurs lectures et un peu de bon sens. Pour cette histoire de noyau, je ne suis pas allé chercher une info, je me suis dit que pour se détacher de la chaîne ADN (à moins qu’il s’agisse d’une “photocopie”), il faut qu’il sorte du noyau puis de la cellule, et s’il passe dans un sens, il peut passer dans l’autre ? Le nucléotide et une chaîne de nucléotides, ce doit être avec les sels minéraux, les plus petites substances circulant dans notre corps ?

        • et oui c’est exactement cela, plus les nanoparticules d’adjuvants et métaux en nombres qui créent des nanopathologies non étudiées sauf en Suisse ,of course!!

        • C’est exactement un des principes de la thérapie génique, qui pour cette capacité des rétrovirus a lancé énormément de recherches sur l’utilisation possible du virus du SIDA.

      • Courriel adressé samedi à contact@reinfocovid.fr

        Dans cet article il est affirmé, je cite “cette technologie ne risque pas de modifier l’ADN des malades”, qu’en est-il réellement ?

        Pouvez-vous poser cette question à la généticienne Alexandra Caude-Henrion et peut-on espérer une réponse rapidement ?

        Covid-19 : un vaccin à ARN, comme celui de Pfizer ou Moderna, peut-il modifier notre ADN? – 27 novembre 2020

        https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-un-vaccin-a-arn-peut-il-modifier-notre-adn_149572

  33. Merci l’ami Gérard, pour votre excellent travail de transmission. C’est vraiment du bon boulot efficace. Bravo.

  34. Je doute que les connaissances sur le cœur des mécanismes génétiques soient assez solides pour que fonder un génie génétique qui ne soit pas un pari d’apprenti sorcier. Cela viendra sans doute mais pour l’instant je ne tiens pas à essuyer les plâtres. Le simple fait qu’un ARN étranger peut être retranscrit en ADN et que cet ADN puisse s’incorporer à l’ADN du noyau est particulièrement inquiétant. Et les possibilité de recombinaison dans nos cellules entre du matériel génétique de plusieurs virus ou vaccins ne sont pas non plus pour me rassurer. Et je ne mentionne même pas les phénomènes épigénétiques auxquels on ne comprend pas grand chose.
    Heureusement, avant que les vaccins ARNm soient prêts, l’épidémie va sans doute descendre à un niveau suffisamment bas pour que le risque ne vaille pas la peine d’être couru. Il est bien évident que si j’avais 90% de chances de mourir dans les 6 mois, je serais prêt à prendre quelques risques avec un vaccin expérimental. Mais avec un virus bien plus bénin et faisant l’essentiel de ses victimes dans les organismes en bout de course, le jeu n’en vaut pas la chandelle. De toutes façons je doute que nos gouvernants soucieux de ne pas être rattrapés par la justice soient très prescriptifs en la matière.

  35. Monsieur Maudrux encore merci pour vos précieux articles, ils m’ont permis de me conforter dans mes convictions qui sont très contestées par le grand public et ne reçoivent pas de réponse auprès des médecins que j’ai interrogé ici à Rome. Ils ont peur!!!
    Maintenant j’ai grand besoin de votre aide pour orienter mes proches avec l’arsenal à disposition. Comme le dit USTELNIK nous avons quelques difficultés pour le traitement précoce à domicile en l’absence d’HCQ.
    Avez-vous mis au point un protocole que je pourrais recommander à mes collègues ici à Rome?
    Dans des blogs précédents vous avez cité des antibiotiques et l’ivermectine.
    Préconisez-vous l’azithromycine 500 mg le premier jour puis 250 mg les 4 jours suivants?
    amoxicilline 3x1g/jour pendant 7 jours, amoxi-clav 3x875mg/jour, également pendant 7 jours ?
    Dans tous les cas après deux jours de symptômes?
    Mais quels symptômes? Rhume, toux, arthralgies, fatigue, fièvre 37,5 – 38 – 39???
    Saturation oxygène < 95? 93?
    Et l'ivermectine en association ou seule? 200 ou 400 mcg par kg de poids corporel? pour quelle durée?

    La question s'adresse à tous les collègues qui voudraient réponde naturellement. Je vous remercie d'avance.

    • AZI, oui pour les doses, j’ai pris 1 semaine, 2 cars le premier jour puis 1. Amoxi, non, pas efficace du tout.
      Iver : 3mg/15 Kg en une prise.
      Symptômes ? Il y a effectivement confusion maintenant avec la grippe. Céphalées et goût en plus. Un petit coup de stétho par le MT ne fait ps de mal pour détecter les troubles pulmonaires.

  36. NEVEZ
    Merci pour votre remarque, on me l’a aussi signalé. Merci de m’indiquer les sources plus sérieuses. C’est important car je ne crois pas que les précautions puissent être excessives si on ne connait rien des risques potentiels.

  37. Merci encore docteur maudrux pour vos infos précieuses.
    Quelques questions d’un béotien de plus de 65 ans !
    Si je comprends bien après plusieurs mois de pandémie, nous n’avons toujours le choix qu’entre le doliprane ou les urgences.
    Pourquoi n’effectuer aucune recherche sur le soin de cette maladie entre ces deux options. On a éliminé l’hydroxy chloroquine, on ne parle pas de l’ivermectine et on vient seulement de mettre au rencard le remdesivir. Donc aucun médicament disponible et aucune recherche ? On avait parlé de recherches à Pasteur Lille sur la valorisation d’un médicament existant, puis plus rien, silence Il manquait 500000 euros ? Pourquoi ce refus de recherches sur le soin médicamenteux dès le début de la maladie ?
    Donc les urgences ; on veut désengorger les urgences et les réanimations mais non soigner un plus grand nombre de personnes ! parce que nous ne sommes pas équipés.pourquoi faire payer à toute une population par un confinement très onéreux les conséquences de l’affaiblissement des hôpitaux, les fermetures de lits etc. Renforcer notre système de soin pour soigner plus ne serait-il pas plus utile et moins cher ? On nous avait promis après le premier confinement un accroissement des moyens mais… rien. Débrouillez-vous pour être moins malades ou alors mourrez ! nous pourrons supprimer des médecins, des lits, des hôpitaux !!! Je ne comprends pas.
    Donc le vaccin ou plutôt les vaccins. Plus de 200 en lice ! il y en a surement un de bon ? Différentes techniques de conception, les anciennes, pleines d’aluminium, , les nouvelles (avec ARNm) mais aucune garantie ni informations sur les conséquences ou l’intérêt de telle ou telle fabrication. Seule info pour le béotien : autorisé ou non par le gouvernement ! qui vous dédommagera si vous avez des effets secondaires graves ! ou pas . C’est un peu court quand on se souvient des hésitations et des pas de côté du gouvernement. Faudra-t-il attendre pour choisir le vaccin le plus efficace et le moins à risque même s’il n’arrive que dans plusieurs mois ? et en attendant doliprane /urgence , confinement à 135 euros tout baigne.

    • bonjour

      les traitement les plus courants actuellement sont

      pour la phase virale ( jour 1 a 7 )
      1/ zinc + zithromax + hydroxichloroquine

      2/ ivermectine + doxicycline + vitamine D

      3/ quand les medicaments ne sont pas accessibles:

      quercetine + zinc / vitamine D3 + vitamine C / melatonine / CoQ10

      4/ autres medicaments

      FAMOTIDINE
      BROMHEXINE

      2/ pour la phase inflamatoire (à partir du jour 8)
      les traitements sont largement discutés partout (anti inflammatoires, anti coagulants, anti oxydants)

      remarque =il y a beaucoup plus d informations sur la prise en charge hospitaliere –
      c est contresens car la covid 19 est une maladie qu il faut traiter à la maison le plus vite possible, des qu apparaisssent les symptomes (meme si on n a pas de test ). Attendre est la pire des prises en charges.

      • Merci pour le détail de la 3ème possibilité de traitement quand on ne peut pas accéder aux médicaments
        Mais quelle posologie appliquer pour chacun des “ingrédients”
        Combien de fois par jour ?
        Merci Beaucoup Tollis

      • J’ai de l’azitromycine et de l’ivermectine

        peut-on faire ce mix au lieu de doxicycline? Cela pose-t-il un problème connu ou y-a-t-il surveillance spéciale?

        Zinc et vit D par les temps qui courent sont toujours bons.

  38. Merci pour cet article comme toujours très éclairant. J’ai quand même une réserve. On voit trop les dégâts du principe de précaution dans l’actuelle crise sanitaire pour, avec ce vaccin ARN, offrir un boulevard aux militants anti-OGM comme Christian Vélot qui, depuis des années, combattent ces technologies au nom du principe de précaution, sans qu’aucun risque ne soit scientifiquement avéré, à l’étude peu sérieuse du professeur caennais ami de Vélot près…

    • Mêmes réserves: Vélot et le CRIIGEN comme références scientifiques, on connait plus sérieux.
      Ils n’ont pas arrêté de diffuser des bobards sur les végétaux OGM avec la bienveillance de leurs bailleurs de fonds (ONG, grande distribution, bio ou pas). Résultat: alors que la France était pionnière dans ce domaine dans les années 90, elle est devenue un pays à fuir :cf la dernière prix Nobel de Chimie, Emmanuelle Charpentier avec le CRISPR Cas9, formée en France mais qui a dû quitter la France pour poursuivre ses recherches.

      • Connais pas et ne m’en suis pas inspiré pour mon papier. Je l’ai mis car il me semblait avoir toutes les infos en plus détaillé pour connaisseurs.

      • inouï de lire ça Velot ,et Seralini ,Spirou, ne sont pas de gogos ,unes meilleurs sur GMO ,comme vous le dites,cette publication du CRIIREM est excellente, on croit rêve de lire de telles sottises sur eux!

    • Tout à fait d’accord pour les excès du principe de précaution, en général et pour les aliments OGM. J’ai insisté sur le facteur bénéfice/risque et sur le fait que ce risque est totalement inconnu. Pour le connaître, ce n’est pas 6 mois, mais au moins deux ans ou plus. Il y a d’autres vaccins, plus classiques à venir, il ne faut pas jouer avec le feu.

  39. Merci beaucoup M. Maudrux pour votre effort de vulgarisation (dans le meilleur sens de ce terme). Il est bon aussi de rappeler le scandale du Pandemrix, ce vaccin de GSK qui a provoqué de nombreux cas de narcolepsie reconnus comme tels et indemnisés en Suède et en Finlande. Ce n’est pas vieux (2009) et cela devrait nous rendre prudents avant de se précipiter sur des vaccins sans aucun recul !

    • Merci, mais surtout j’ai corrigé : j’ai cru que vous n’aviez pas tout lu, mais j’avais écrit catalepsie au lieu de narcolepsie pour le H1N1. Le lien mis correspond bien à ce problème de Pandemrix.