80

Covid-19 : derniers chiffres.

Il y a 1 mois, je vous signalais les manipulations de chiffres du discours du Président, afin de justifier le confinement à venir. Il y a 15 jours, après avoir signalé la chose en réponse à un commentaire 3 jours plus tôt, chiffres et courbes à l’appui, je vous annonçais la fin probable de la seconde vague, qui a démarré juste avant le confinement, devenu inutile. On aurait pu l’éviter en attendant 3 jours de plus pour vérifier la tendance qui s’est accentuée dans le bon sens. On avait déjà avant confinement l’amorce de descente de la courbe en cloche, concordante dans tous les indicateurs : taux de positivité, taux d’incidence, R effectif, solde (entrées moins sorties) hospitalisations, solde entrées en réanimation. Le gouvernement dira que c’est grâce au confinement, ce n’est pas vrai, cela a commencé bien avant qu’il ne puisse faire sentir ses effets.

Plusieurs chiffres toutefois m’interpellent.

On aurait atteint 4919 patients en réanimation, soit un taux de remplissage annoncé de 96%. Petit calcul, 100% cela fait 5 124 lits. Moi qui croyais naïvement que nous disposions de 12 000 lits disponibles comme l’a annoncé plusieurs fois le ministre (après avoir promis 20 000 il y a 6 mois) ! Soit on nous ment, soit je ne sais pas calculer. Mais le pire n’est pas là, les mensonges on commence à avoir l’habitude, mais c’est que c’est un mensonge à 20 milliards d’euros ! 

Rappelez-vous la seule justification du confinement : ne pas saturer les réanimations et devoir refuser des soins. Si nous avions eu 5 000 lits de plus, cela aurait permis d’aborder la vague un peu plus sereins, pour finalement la voir passer sans confinement, avec une confortable marge en réanimation. 20 milliards de dépenses liées au confinement pour 5 000 lits d’économisés, cela fait cher le lit. 

Fallait-il avoir 5 000 lits vides en permanence au cas où ? La réponse est oui, car il faut le voir comme une assurance. Une assurance, quand on n’en a pas besoin, c’est toujours trop cher, mais quand on en a besoin, ce n’est pas cher payé pour le résultat. Cela fait des années que l’on sait que l’on pourra avoir un jour une grosse épidémie, et il n’y a pas que les épidémies : nous n’avons pas d’assurance non plus pour d’autres catastrophes : attentats, catastrophes chimiques, nucléaires, tremblements de terre. Comme pour les masques, la réserve sanitaire a failli, lourdement. Et non seulement on n’a pas prévu, mais on a supprimé des lits pour être à flux tendu. Coût : 20 milliards, plus avec la première vague. Ces 5 000 lits, de plus sont des lits que j’appellerai « mobiles » : il suffit de stoker lits (et encore, on en a assez), respirateurs, pousse-seringues, et former des soigants (grâce au 1% formation professionnelle). Les locaux on les a : chambres d’hospitalisation normales (elles ont toutes une prise d’oxygène), salles de réveil, blocs,…

Autres chiffres les Ehpad. On le sait, 95% des décès ont plus de 70 ans, et en dessous de 60 ans, le Covid-19 est 10 fois moins mortel que la grippe saisonnière. Nos dirigeants ont donc pris les mesures qui s’imposaient, dont on voit une fois de plus l’efficacité : décès en Ehpad : le 20/11 : 757, le 17/11 : 791, le 13/11, 476. 2024 décès en 8 jours ! Echec cuisant, échec mortel. Quand je pense à mes confrères qui traitent en Ehpad avec AZI sans avoir de décès, quand je vois le résultat de Raoult en Ehpad avec HCQ+AZI, et quand je vois que certains suivent les consignes du Conseil scientifique avec Doliprane et Rivotril, je n’imagine pas qu’il n’y ait pas de suites. Cerise sur le gâteau le premier ministre devant les parlementaires (5e minute) le 20/11 : « traitement précoce, je ne sais pas de quoi vous parlez », c’est inacceptable de le dire, de l’entendre, de le tolérer de la part de son employeur. Dans une entreprise privée il aurait pris la porte pour moins que cela.

Dernier chiffre qui m’interpelle : les décès à l’hôpital, comparés aux sorties de réanimation. Depuis près de 20 jours, on est sur un rythme moyen de 400 décès par jour à l’hôpital (hors Ehpad), or ce chiffre est quasiment le même voire parfois supérieur aux sorties de réanimation (à part les 3 derniers jours). En toute logique, quand on est hospitalisé et que cela s’aggrave, on passe en réanimation, et c’est là que si cela se passe mal qu’on meurt. Si c’est le cas, quel est le résultat de la réanimation ? 100 % de décès ? J’étais sur un chiffre de 40 à 50% de décès en réanimation, ce qui voudrait dire que la moitié des décès à l’hôpital n’ont pas accès à la réanimation en cas d’aggravation ? Combien de sorties guéris de réanimation ? Si ce chiffre est très faible, cela explique les images que l’on a vu à la télé de personnels de réanimation qui font une haie d’honneur aux patients qui sortent ? Je n’ai aucune idée des résultats en réanimation, personne ne semble communiquer, mais ces chiffres de décès hospitaliers m’interpellent. Soit ils meurent tous en réanimation, soit ils n’y ont pas eu accès.

Enfin toujours une inconnue : on a les décès en Ehpad, à l’hôpital, mais à domicile ? Une consultation auprès de milliers de généralistes, après la première vague donnait un chiffre de près de 10 000. Où en est-on ? Si en additionnant le tout on dépasse allègrement les 60 000 morts, il y a discordance importante avec les chiffres de mortalité globale comparée avec les autres années.

Ajout du 23 novembre : admission en réanimation : 243. Solde réanimation : -55, soit 298 sorties de réanimation. Décès du jour à l’hôpital hors Ehpad : 501 !! Ils meurent où ? Combien en réa ?

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

80 commentaires

  1. Bonjour à tous,

    Je ne suis pas médecin, et encore moins épidémiologiste. Je n’ai aucune compétence particulière dans le domaine de la santé publique. C’est pourquoi je demande aux médecins qui fréquentent ce blog de m’expliquer au moyen d’arguments médicaux sérieux en quoi les mesures prises par ceux qui prétendent nous gouverner contribuent effectivement à protéger la population de notre pays des ravages terrifiants du covid19 :

    [nota bene : ce qui suit a été écrit avant les annonces du 24/11, donc certaines questions peuvent aujourd’hui se conjuguer au passé (« en quoi ces mesures ont-elles contribué » plutôt que « en quoi ces mesure contribuent-elles »), mais je n’en reste pas moins demandeur de réponses crédibles et étayées en réponse à ces questions…]

    • les Parisiens ont le droit de s’entasser dans des métros bondés aux heures de pointe pour aller travailler mais ils n’ont pas le droit d’aller au théâtre où toutes les précautions sanitaires ont été prises ; en quoi cette mesure contribue-t-elle à la santé publique ?
    • les supermarchés sont ouverts mais l’accès aux rayons des produits non considérés comme « nécessaires » est interdit ; en quoi cette mesure contribue-t-elle à la santé publique ?
    • on sait que cette interdiction fait suite à la protestation des petits commerçants contre une concurrence jugée déloyale, ce qui amène la question suivante : en quoi la fermeture imposée aux petits commerces qui ont pris toutes les mesures nécessaires pour protéger leurs clients – organisation de la « distanciation sociale » (une expression que je trouve débile, mais ceci est un autre débat), organisation de circuits dans leur magasin, nombre limité de clients admis simultanément dans la boutique, etc. – contribue-t-elle à la santé publique alors que pendant ce temps il y a tellement de monde dans certains supermarchés que la densité de population dans les files d’attente aux caisses est bien plus élevée qu’elle ne l’était dans une épicerie ou chez un fleuriste avant le « reconfinement » (encore un mot qui ne figure dans aucun dictionnaire) ?
    • les jeunes peuvent (doivent) aller en classe où les cours sont collectifs mais les conservatoires et autres écoles de musique doivent rester fermés alors que les cours de musique sont des cours individuels et que les claviers sont désinfectés avant et après chaque cours ; pire, certains de ces enfants qui ne peuvent aller à ces cours de musique individuels où pourtant toutes les précautions sanitaires sont prises passent ce temps en périscolaire – et on sait ce que ça implique comme promiscuité ; en quoi cette mesure contribue-t-elle à la santé publique ?
    • la population d’une petite ville (en l’occurrence Rixheim, en Alsace) qui a l’habitude de prendre l’air le dimanche sur une colline boisée situé au bord de l’agglomération se retrouve confinée dehors (« en » extérieur, comme disent les politicards incultes et les journaleux imbéciles qui ne sont même pas capables de parler le français correctement !) dans un demi-cercle d’un rayon d’1 km, ce qui fait qu’elle se retrouve rassemblée en une foule dense alors que sans cette limitation d’1 km elle serait répartie sur toute la colline et dans tout le bois avec une densité nettement moins propice à une éventuelle contagion ; en quoi cette mesure contribue-t-elle à la santé publique ?
    • le port du masque protège-t-il vraiment ? Je pense que non, j’en ai utilisé un pour faire des travaux dans ma maison et ça ne m’a pas empêché d’avaler de la poussière (dont les grains ont une dimension largement supérieure à celle d’un virus), mais comme dit plus haut je n’ai pas fait la faculté de médecine, alors j’ai posé la question à mon dentiste. Il ne m’a pas répondu directement. Si la réponse était positive avec une bonne dose de certitude il m’aurait répondu par un « oui » franc et massif et l’expression non verbale assertive qui l’accompagne. Au lieu de cela il m’a dit d’un air gêné qu’avec son assistante ils ont fait un test avec un spray et que « ça passe » (il parlait du produit qui traverse la barrière).

    J’aurais encore bien des questions, notamment sur les effets secondaires délétères sur la santé de telles mesures, mais ce sera pour une autre fois.

    D’avance merci pour vos réponses éclairées.

    P.S. Une dernière pour la route :

    • aujourd’hui les petits commerces peuvent rouvrir, mais il faut 8 m² par personne alors qu’avant il n’en fallait que 4 ; à quoi cela rime-t-il ?
    Ou bien le choix de 4 m² suffit à protéger la population et il fallait maintenir cette mesure, ou bien ça ne suffit pas et alors la population est en risque depuis le mois de juin à cause d’une mauvaise décision… Ce que je pense, c’est que ce doublement ne sert à rien du tout si ce n’est à pouvoir dire « nous avons renforcé les mesures » au cas où l’épidémie repartirait, mais pas à cause de l’ouverture des petits commerces : le parapluie à large bords et à structure renforcée bien caractéristique de ceux qui prétendent nous gouverner mais qui ne veulent prendre aucune responsabilité…

    • Bonjour. Comme vous je fréquente ce blog comme étranger au milieu médical. Toutes les réponses a vos questions ont déjà été données. Lisez les divers posts du docteur Maudrux ainsi que les forums en resultants ou beaucoup de médecins s expriment. En outre la réponse est simple. Courbes dégressifs avant le confinement. Pays non confinés taux de mortalité par millions d habitants égal ou inférieur.

  2. N’étant pas médeçin je soumets à votre sagacité ce blog d’un médeçin homéopathe, plein de bon sens et de conseils pratiques sur la lutte contre le corona. Je ne soutiens pourtant pas du tout l’homéopathie en tant que médicament, un déni scientifique sur l’efficacité réelle de dilutions énormes, mais la démarche : écouter son patient, se renseigner sur la façon dont il vit, se nourrit, travaille, c’est déja un début de soin, et l’effet placebo fait le reste, associé à un conseil de vie plus saine. Ce que la médecine de ville aurait pu faire massivement avec le corona, au lieu des conseils des “autorités” de santé “doliprane et si ça s’aggrave, appelez le samu.
    https://www.docteurfondeur.fr/

  3. @Gérard Maudrux et Jean-Claude Barescut
    J’entends bien vos arguments à tous les deux, et j’y souscris. Mais vous oubliez, il me semble, un détail capital : nous ne nous adressons pas à des gens sains d’esprit, mais à un pouvoir bunkérisé qui perd chaque jour un peu plus le contact avec la réalité. Si vous avez vu le film allemand “La chute”, pensez à la scène où Hitler, dans son bunker (justement) laisse libre cours à ses fantasmes de victoire. Tous ses proches hésitent à lui dire la vérité, pour ne pas subir sa colère. Je suis convaincu qu’il en va de même pour Badinguet. Avec sa jolie coupe toute fraîche (une anecdote, peut-être, mais qui en dit long sur sa façon de partager les souffrances du peuple) il a tenu un discours totalement déconnecté du vécu des gens.
    Son couvre-feu ? Une farce. Son confinement ? Un gag permanent. Dans ma banlieue, en mars et en avril, il n’y avait personne dans les rues. Ni passants ni voitures. Aujourd’hui, c’est quasiment comme d’habitude. Et plus le mauvais acteur croira en son rôle de sauveur, plus l’abîme s’élargira entre lui et nous.
    Les gens qui l’entourent et le soutiennent – dont des sommités hospitalières qui devront je l’espère rendre un jour des comptes – n’ont aucun intérêt à le tirer de son rêve éveillé. Alors, prenons-en le pari, à la prochaine flambée de maladie infectieuse (inévitable en hiver) la Covid-19 portera le chapeau, qu’elle y soit pour quelque chose ou non. Et ce seront les morts des autres affections que l’on noiera sous ceux du coronavirus, et ce au prix de toutes les distorsions. Parce que ces gens ne sont plus rationnels, certes, mais aussi parce qu’ils ne peuvent pas revenir en arrière sans se ridiculiser. Je crois en avoir déjà parlé, mais c’est cette même fuite en avant qui a poussé Pétain, après le débarquement, à exhorter les Français à ne pas aider les “Anglo-Américains” par crainte des représailles si les Allemands venaient à gagner. Il ne faut surtout jamais sous-estimer la nuisibilité d’un pouvoir en train de perdre pied.

  4. le problème de ces foutus vaccins c’est que 99,9% des gens ne sont pas malades du Covid ,teste positifs ou pas,la mortalité et de 0?5% ,et leurs injecter un vaccin OGM mutant va donner des pathologies trés graves et insoignable par la médecine ,puisque ces effets agiront sur ADN et on ne pourra rien faire pour les sauver, comme dit bine Kennedy sur son site,ceci est terrible, des plaintes de nombreuses associations a l’Europe sont déposés ,les labos ayant négociés que ils ne seront pas responsables des morts et malades suite accidents vaccinaux et ce seront nous qui paierons, ce qui se passe est incroyable,et si les françaises, en majorité les femmes refusent ce pseudo vaccin, elles ne veulent pas être les cobayes de ces terreurs qui vont dévaster beaucoup de vie.

    • Entièrement d’accord avec vous. Quels seront les effet à long terme de ce vaccin avec ARNm qui va modifier mon ADN? Impossible de le juger avant au moins 10 ans. Bien que j’ai 75 ans avec une espérance de vie relativement limitée je refuserais ce vaccin

      • Bonjour Docteur Lacaille
        J’ai besoin de comprendre: je consulte mon médecin généraliste remplaçant ds le 20 ème pour un rdv 11h

        Je vais chez le généraliste 1 fois par an pour Info ce jour je lui pose quelques questions generals je lui demande de me prescrire un bilan sanguin un bilan tsh vitamine d, renouvellement levothyrox, à 11h 18 il me dis la consultation est terminée
        Je règle je repars sans renouvellement levothyrox ni ordonnance vitamine d
        C’est normal cette tendance de consultation comment je peux lui faire de mon mecontentement
        Merci d’avance
        De la part de Maria une patiente qui ne connaît pas les pratiques des consultations de la médecine generale
        Bien à vous Maria

        • Dans tous les métiers, il y a de tout. Ceci dit, un remplaçant, il faut peut-être le former ? Retournez-y, pour lui dire que la dernière fois vous êtes venus pour un renouvellement d’ordonnance et que vous êtes reparti sans, en demandant juste l’ordonnance, sans présenter de carte.

        • Et vous avez réglé la consultation ? Elle a servi à quoi ? Vous feriez mieux de vous orienter vers un homéopathe, à condition de trouver le bon ! Bonne chance !

    • Le seigneur qui a un droit de vie ou de mort sur ces sujets.

      La question ne serait-ellle pas de savoir si on cautionne ou non un tel régime, le reste est secondaire pour ne pas être désagréable… 98% des gens ne sont pas concernés, alors pourquoi ne pas en rester là et palabrer sans fin ? Je ne comprends pas.

    • Donc en France , il est interdit de nourrir du bétail avec du soja OGM de peur qu’en mangeant le dit bétail la population ne developpe je ne sais quelle horrible maladie, ou que cela conduise des mutations incontrôlées dans le corps humain, mais aucun problème pour injecter un OGM directement dans le sang, et ce avec l’aval des écolos, Jadot en tete?

      • Le problème des OGM est avant tout de l’ordre de la propriété du vivant, et comme nous sommes des organismes vivants, nous sommes voués à devenir des OGM, quel destin !

        L’exemple du soja ne doit pas faire oublier que désormais on trouve des OGM partout dans l’alimentation ou la boisson, alors que ce n’est pas nécessaire. On nous les impose, déjà, eh oui !

        Quand la science devient antisociale ou nuisible, parce qu’elle sert des visées antisociales, il faut la stopper sous peine qu’elle devienne incontrôlable. Entre des mains indélicates, elle devient délictueuse. Certaines technologies ne devraient pas être employées.

        On reverrait notre appréciation sous un régime soucieux du bien-être de la population, ce qui n’est pas du tout le cas aujourd’hui.

  5. Très fort le gouvernement : entre le 20 et 24 novembre, il prévoit que l’on pourra ouvrir les restaurants le 20 janvier. Les prévisions à 2 mois en matière de Covid qui a déjoué toutes les prévisions sans prévenir, ce sont des mesures qui n’ont pas de sens. Il se peut que dans 3 semaines il n’y ait plus grand chose, il se peut que nous ayons une troisième vague le 15 janvier, personne n’en sait strictement rien. C’est uniquement la trouille d’ouvrir le 15 et d’avoir des problèmes pour Noel, oubliant que la période est trop courte pour une remontée.
    Pour le reste, sortir pour faire du sport à 20 km ! Et puis quelle différence entre 10 et 50km à ce niveau ? Et si c’est pour les joggueurs, tous les français ne sont pas marathoniens ! Enfin que l’on m’explique la définition du confinement avec tous les magasins ouverts jusqu’à 21 heures (avant c’était 18-19h) où tout le monde peut aller, et la différence entre confinement et couvre-feu avec toutes ces mesures. De l’utilité des auto-autorisations quand tout le monde peut aller où il veut (en plein “confinement”) également à part dresser des amendes.

    • Et cette mesure-là, elle a un sens ?
      Extrait du discours de Macron d’hier soir :
      “Protéger. Je souhaite que le Gouvernement et le Parlement prévoient les conditions pour s’assurer de l’isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante. Un vrai débat démocratique doit se tenir. Mais si nous voulons éviter un confinement, nous devons être plus contraignants à l’égard de celles et ceux qui ont le virus. Ces personnes seront accompagnées sur le plan matériel, sanitaire et psychologique. Cette nouvelle stratégie associera, outre les services de l’Etat, les maires leurs services, comme les associations concernées.”
      Il utilise deux fois le terme “contraignant” dans ce bout de texte. Vu le côté flou du reste de son intervention, concrètement, ça veut dire quoi? On fout en prison les contaminés ? On leur paye pendant 15 jours une chambre (isolée, bien sûr !) en hôtel trois étoiles ? Ah, pardon, il dit que “Un vrai débat démocratique doit se tenir.” Nous voilà rassurés sur les modalités. Et nous voilà aussi rassurés car “Ces personnes seront accompagnées sur le plan matériel, sanitaire et psychologique.” Que demander de plus ? On ne se rapprocherait pas, par hasard, des léproseries où on enfermait autrefois les gens assez bêtes pour avoir attrapé une maladie ? Je vous jure que, même si demain je crache mes poumons, je ne me ferai pas dépister. J’essaierai de rester chez moi au maximum et de ne pas contaminer les autres, parce que, quoi qu’en pense la macronie, je ne suis pas une irresponsable, mais pas question d’entrer dans un tel système étatique. Ah, mais voilà ! C’est ça, la raison ! Une telle mesure fera forcément baisser le nombre de cas de contamination, puisque j’imagine que je ne serai pas la seule à me terrer chez moi sans test si ça m’arrive, d’autant que se faire tester ne sert à rien, puisque, toujours d’après Macron, “il n’existe pas de traitement.”
      En fait, le gouvernement est génial, tout simplement…

  6. Hélas, rien de bien nouveau sous le soleil. Badinguet et son Conseil de Défense croient qu’ils éradiqueront le virus, et ce n’est pas vrai – en tout cas, pas comme ça. Alors qu’on approche de l’hiver, parier sur l’amélioration de la situation infectieuse (d’autant plus avec des tests qui détectent tout et n’importe quoi) est de la folie douce. Résultat ? Un re-confinement début février, et on repart pour un tour. Car cette fois, par pitié, ne commettons pas l’erreur qui a perdu les meilleurs, y compris Didier Raoult. La Grippe de Wuhan est sans doute différente des autres sous certains aspects, mais son “profil épidémiologique” est le même. D’où les rebonds saisonniers qui peuvent se répéter pendant dix ans voire jusqu’à la fin des temps. Si on continue à vouloir protéger ceux qui ne risquent presque rien, on y laissera tous notre santé mentale et notre niveau de vie.
    D’autant plus que les producteurs de vaccins ont prévenu : ça évitera les “formes graves” mais ça n’empêchera pas la circulation du virus. Bref, autant pisser dans un violon. Détail amusant : sachant que l’immense majorité des gens ne risquent pas de faire une forme grave, nous avons là le genre de pari gagnant/gagnant qu’on appelle le théorème de la “poudre anti éléphants”. Vous connaissez l’histoire ? Dans un pavillon de banlieue, un monsieur répand dans son jardin un poudre bizarre. Quand un ami lui demande pourquoi, il répond : “Pour faire fuir les éléphants”. “Mais il n’y a pas d’éléphants ici”, s’étonne le quidam. “Ben oui, grâce à ma poudre…”
    Notre drame, c’est qu’un régiment d’infectiologues se vengent d’être considérés comme la cinquième roue du carrosse de la médecine. (Hors sida, une maladie qui n’a rien à voir avec la Covid-19.) Il est vrai que les épidémies, enfin, on le croyait, ont disparu des pays avancés. Du coup, ces gens plastronnent et accouchent des idées les plus délirantes.
    Alors que l’ordre de mission devrait être le suivant : dimensionner correctement le système de santé, protéger au mieux les populations cibles et laisser les autres faire tourner le pays. Ce qui est aussi une façon de protéger les “faibles”, car ils ont besoin de notre travail et de nos efforts à tous pour continuer à être pris en charge. Une démarche, je le rappelle, qui ne me choque pas, bien au contraire, mais qui suppose qu’on ne détruise pas le pays.

    • Des carences en vitamine d et zinc semblent favoriser le maladie ou ses formes graves. Ne serait il pas souhaitable de recommander massivement ces traitements, via les médecins généralistes?

    • Des rebonds saisonniers me semblent assez vraisemblables mais la première année 2020 est sans doute très différente. On est parti d’une forte proportion de population sans immunité d’où un démarrage brutal stoppé par le printemps alors que la population restante sans immunité était encore importante. D’où le redémarrage à l’automne et j’ai bien l’impression que le stock sans immunité doit maintenant être beaucoup plus faible. On devrait donc être tranquilles (i.e. un niveau résiduel de l’épidémie bien plus bas) jusqu’à l’automne 2021, le temps que le stock de sursitaires au décès s’accroisse pendant l’été (comme c’est le cas pour les maladies de ce type). Mais la différence avec le premier pic c’est que les sursitaires au décès (et à la propagation du virus sans décès) seront bien moins nombreux et non les dizaines de millions de personnes sans immunité au début de l’épidémie. La vague annuelle covid devrait alors être noyée dans le bruit de fonds des morts d’hiver. Et il est vraisemblable aussi que les morts covid ne changeront pas la mortalité annuelle car elles ne feront que se substituer à une autre mort. On ne meurt qu’une fois et cela touche prioritairement ceux qui sont de toutes façons en grande fragilité.

  7. Si les patients ne meurent pas en réanimation, c’est peut-être parce qu’ils sont trop âgés pour bénéficier d’un passage en réanimation. Dans ce cas, il s’agit de personnes déjà malades qui ont testé positives au covid et qui meurent comme chaque année dans leur chambre à l’hôpital.

    • C’est aussi parce que les hospitalisations hors covid pour beaucoup de ces personnes âgées ont été écourtées ou annulées.
      C’est aussi parce que les hospitalisations pour covid ont été refusées pour beaucoup de nos anciens que l’on a préféré faire achever par injections de RIVOTRIL.

      • C’est vrai qu’il est très (très) difficile d’hospitaliser un pensionnaire d’Ehpad mal en point, mais vous êtes dans les décès non hospitalisés, on cherche les décès à l’hôpital qui ne passent pas par la case réanimation.

        • Désolé, j’étais effectivement hors cadre, mais pour ce qui est des décès à l’hôpital qui ne passent pas par la case réanimation, il semble que l’on ne sollicite plus beaucoup l’avis des réanimateurs pour les patients Covid + : voir l’intervention du Dr Pascal SACRE à ce sujet sur la chaine youtube du collectif REINFO COVID :
          https://www.youtube.com/watch?v=-1YVIYXXmew

  8. J’avais lu dans le quotidien du médecin du 26 août 2020 l’information suivante : “Près de 1 900 personnes sont décédées à domicile du Covid-19 entre le 1er mars et le 31 mai, selon des données encore provisoires mais très attendues de l’INSERM, car elles viennent compléter le chiffre des décès à l’hôpital et en EHPAD”. L’Inserm aurait-elle des données plus récentes sur le nombre de décès à domicile de la “première vague” ?

  9. Ne pas oublier le covid 2 a muté 4 fois on en est à Covid4 Donc ces vaccins ogm contenant des nanoparticules adjuvants etc c’est du pipeau basé sur Covid 2 De qui se fiche t on?!!!

  10. Au fil des billets on constate que l’immense majorité des intervenants , éclairés et/ou professionnels (y compris le co-chroniqueur Laurent Vercoustre : https://blog.laurentvercoustre.lequotidiendumedecin.fr/2020/11/22/covid-19-vaccins-realite-ou-science-fiction/?xtor=EPR-1-%5BNL_derniere_heure%5D-%5B20201123%5D&utm_content=20201123&utm_campaign=NL_derniereheure&utm_medium=newsletter&utm_source=qdm&newsToken=c01e809b-5cca-4ee2-ac3a-fe6b0dd34185) , se prononcent :
    pour une méfiance envers les vaccins en particulier à ARNm,
    pour un vrai traitement en phase précoce (Raoult ou autre).
    Question toute simple : si je suis détecté positif , voire avec des symptomes naissants, comment fais-je pour trouver en l’occurrence à Paris un médecin libéral qui acceptera de me traiter ainsi ?

    • …Dites que vous avez un traitement pour la gale et une urethrite à Chlamydiae à la secrétaire du médecin, que vous n’êtes pas de la région parisienne et que vous avez oublié votre traitement chez vous….dans le Poitou (par exemple)…..Que le traitement que votre médecin traitant vous a prescrit est Ivermectine+Doxycycline.
      Vous avez le choix entre les deux pathologies ensemble ou bien l’une des deux (la gale c’est pas mal..)
      Bien sûr le ton est volontairement ironique (où diable êtes-vous allé pour choper ça!….) mais tout à fait plausible en pratique.
      Et bien sûr, moi je ne vous ai rien conseillé !….Faut bien rire un peu..

  11. Tintin, il n’y a pas de gestion de pandémie, mais la préparation du terrain pour la suite. A’ ma connaissance en France Italie et Belgique les médecins sont également dépourvus de traitement précoce, de médicaments qui fonctionnent et du droit de soigner leurs patients à domicile. Et c’est le cas surement ailleurs aussi.
    Vois les renseignements que donne l’OMS:
    Les antibiotiques sont-ils efficaces pour prévenir et traiter l’infection par le nouveau coronavirus ?
    Non, les antibiotiques n’agissent pas contre les virus, mais seulement contre les bactéries.

    Le nouveau coronavirus (2019-nCoV) est un virus et, par conséquent, les antibiotiques ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement.

    Cependant, si vous êtes hospitalisé pour une infection par le 2019-nCoV, vous pouvez recevoir des antibiotiques car une co-infection bactérienne est possible.

    Existe-t-il des médicaments spécifiques pour prévenir ou traiter l’infection par le nouveau coronavirus ?
    À ce jour, aucun médicament spécifique n’est recommandé pour prévenir ou traiter l’infection par le nouveau coronavirus (2019-nCoV).

    Toutefois, les personnes infectées par le virus doivent recevoir des soins appropriés pour soulager et traiter les symptômes, et celles qui sont gravement malades doivent recevoir des soins de soutien optimisés. Certains traitements spécifiques sont à l’étude et seront testés dans le cadre d’essais cliniques. L’OMS contribue à accélérer les efforts de recherche et de développement avec toute une série de partenaires.(tu parles!!! bande de criminels!)

    ou encore

    Existe-t-il des traitements contre la COVID-19 ?
    Les scientifiques du monde entier tentent de trouver et de mettre au point des traitements contre la COVID-19.

    Les soins de soutien les plus efficaces sont l’oxygénothérapie pour les patients dans un état grave et ceux qui risquent de développer une forme grave de la maladie, ainsi qu’une assistance respiratoire plus poussée, comme la ventilation pour les patients dans un état critique.

    La dexaméthasone est un corticostéroïde qui peut contribuer à réduire la durée de placement sous respirateur et à sauver des patients dans un état grave ou critique. Pour en savoir plus, lisez nos questions-réponses sur la dexaméthasone.
    Les résultats de l’essai clinique Solidarity, coordonné par l’Organisation mondiale de la Santé, indiquent que les schémas thérapeutiques à base de remdesivir, d’hydroxychloroquine, de lopinavir/ritonavir et d’interféron semblent avoir peu ou pas d’effet sur la mortalité à 28 jours ou sur l’évolution de la maladie chez les patients hospitalisés.

    Il n’a pas été démontré que l’hydroxychloroquine offre un quelconque intérêt pour le traitement de la COVID-19. Pour en savoir plus, lisez nos questions-réponses sur l’hydroxychloroquine.

    L’OMS déconseille l’usage de tout médicament en automédication, y compris les antibiotiques, pour prévenir ou guérir la COVID-19. Elle coordonne des efforts pour mettre au point des traitements contre la COVID-19 et continuera à communiquer de nouvelles informations à mesure qu’elles seront disponibles.

    https://www.leparisien.fr/video/video-coronavirus-le-vaccin-seul-ne-mettra-pas-fin-a-la-pandemie-previent-l-oms-16-11-2020-8408614.php
    Aucune ressource thérapeutique, que des mesures de contrainte sociale.

    vous en voulez encore?

  12. https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/covid-19-les-tests-pcr-contest%c3%a9s/ar-BB1bihsQ?ocid=msedgdhp
    Un article à lire absolument. Si même Paris Match s’y met, où allons-nous ? Bien sûr, les “décodeurs” divers et variés trouveront un moyen de nier tout ça, mais comment s’étonner que presque plus personne ne se fie à ce que racontent le gouvernement, les scientifiques et les médecins ?
    Ce soir sur TF1, au sujet de l’abattage de mille visons en France. (Passons sur ces élevages à vomir, c’est un autre sujet.) Une infectiologue sortie d’on ne sait où (il devait y avoir des nids cachés) justifie l’opération (pas plus critiquable que le sort réservé sinon à ces pauvres bêtes) en disant (je cite de mémoire) : un virus mutant pourrait contrarier l’effet du vaccin. Quel vaccin et quel effet ? Après le plantage du Redemsivir (entre autres) un peu de prudence ne s’imposerait-il pas ?
    Autre délire en cours : une amende de 10000 euros pour les positifs où les cas contacts qui ne s’isoleraient pas strictement. Sans compter que la surveillance d’une telle population serait un travail titanesque, n’est-ce pas un moyen radical pour que bien des gens ne se fassent plus dépister ? Au fond, c’est peut-être le but recherché…
    De plus en plus, j’ai le sentiment que nos gouvernants (et ceux de l’Europe occidentale en général) ne savent plus comment se tirer de la mouise où ils se sont fourrés. D’autant, et il faut insister sur ce point, qu’il y aura nécessairement un rebond épidémique (de coronavirus ou d’autre chose) durant tout ou partie des quatre premiers mois de 2021.

    • Les visons ont été infectés par l’homme En suede après avoir abattus des milliers de bêtes en les gazant Ils ont publié :virus sras humain ont infecté les animaux ces immondes élevages puis gazage comme les nazis a quand les camps pour nous tous! C’est immonde

  13. Je viens de découvrir par hasard que le 2e confinement annoncé le 28 octobre dernier par E. MACRON a été programmé avant le 5 octobre dernier.
    Voir l’annonce qui en est faite le 5 octobre dernier par Jean-Jacques CREVECOEUR (à partir de 6′ 40″ pour les pressés) :
    https://www.youtube.com/watch?v=zQP4rA77U5E
    Si au début du mois d’octobre les décideurs pensaient que le confinement allait avoir une utilité, pourquoi ont-ils attendu trois semaines pour le mettre en place ?

    • Rien à voir avec JJ crèvecoeur. Le 28oct c’est deux mois avant Noël. Pas besoins d’être grand clerc pour savoir qu’ils allaient reconfiner en gros 8 semaines avant Noël. Depuis le début cette histoire n’a rien ni de scientifique ni de sanitaire et n’est pas pour le bien des peuples. On continue à confiner les vieux malgré le résultat catastrophique pour eux du premier confinement. Tant qu’on cherche une quelconque cohérence humaine et attentive aux fragiles, on ne trouve rien. 67 millions de français sont en danger de mort imminente, et on vous pond une réforme des retraites, le transfert des prérogatives de la police nationale à la police municipale (c’est l’article qui précède le fameux) et l’interdiction de filmer les darkvador en action. Le premier souci du conseil des ministres est notre santé. Sûr. Non. J’oubliais, il y a quelqu’un qui est payé à se demander si on peut acheter une casserole (réponse : oui), une cuiller (réponse : non), un pull pour homme (réponse : oui) un slip pour homme : (réponse :non, mais caleçon, oui). Sanitaire? On se fout de la gueule de qui?

  14. Dans le cas où les pouvoirs exécutif et législatif commettent des crimes de masse, n’y a-t-il pas dans notre pays un pouvoir judiciaire qui peut arrêter le massacre? Obstruction à la délivrance de soins médicaux, incitation par décret à des euthanasies illégales massives, destruction systématique du tissu économique du pays, fausses informations, fabrication de la terreur allant jusqu’à attaquer des enfants de 6 ans et des nouveaux-nés (obligation d’accoucher avec un masque), violation de la Constitution, sont quelques suggestions pour inspirer nos juges. Mesdames et messieurs les magistrats, allez-vous ouvrir enfin les yeux ou souhaitez-vous surpasser les évènements de la seconde guerre mondiale ?

    • Voir la vidéo du 3 octobre dernier du Dr Reiner Fuellmich qui considère le « scandale de la fraude corona » comme le plus grand crime commis contre l’humanité. Il prône un recours collectif par un réseau international d’avocats contre les nombreux instigateurs de ce crime dont le directeur général de l’OMS.
      https://www.youtube.com/watch?v=VWk90PvlJX0
      Reiner Fuellmich est un avocat qui est intervenu dans les scandales du diesel gate et de la deutsche bank ; il est aussi l’un des quatre membres de la commission d’enquête allemande sur le corona.

  15. mon message a disparu?
    DR DUNINGUE je crois que vous devez tout particulièrement vous méfier de ces vaccins à ARN car outre les risques d’apparition de virus recombinants et de mutagenèse insertionnelle
    (surtout lorsque le matériel génétique délivré est de l’ADN), les vecteurs viraux étant eux mêmes immunogènes, ils peuvent engendrer d’importants effets d’immunotoxicité.

    https://criigen.org/wp-content/uploads/2020/10/2020-09_Note-dExpertise-Vaccins-GM_C.Ve%CC%81lot-02_Traite-02.pdf?fbclid=IwAR0FqkrorCYXs1I5P6KBofN_yhDGAJvNtN0k0pO2h0GoSa8gv1-7nuc6454

    • Merci infiniment pour avoir porté à ma connaissance des arguments solides (..en espérant que le rapport du généticien moléculaire Christian Velot du Criigen ne sera pas taxé de complotiste antivaccinal !..). Quant au recours en annulation contre le règlement européen 2020/1043 la Cour de Justice de l’Union Européenne a-t-elle vraiment le choix? la raison d’états….Ce règlement fait quand même froid dans le dos s’il est accordé sans restriction.
      Avec mes remerciements renouvelés.
      Le reglement 2020/1043: https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32020R1043&from=FR

    • bonjour , vous pouvez expliquer en language profanne le principe et risque du vaccin arn
      merci

    • Merci pour ce blog du Dr Maudrux, toujours intéressant. Pour répondre au commentaire sur les vaccins, une étude éclaire un autre risque des vaccins en développement: https://doi.org/10.1007/s12026-020-09152-6
      La proteine spike (S) du SARS-CoV-2 est la cible antigénique de la plupart de ces vaccins. Or, il y existe un mimétisme moléculaire important (inattendu) entre cette proteine S et nos protéines, un mimétisme qui contribuerait au Covid19. Dès lors, les vaccins risquent d’entrainer des pathogénicités. Pour être sûrs, les vaccins devraient plutôt cibler des déterminants immuns du virus qui sont absents chez l’homme.

  16. Tout à fait d’accord avec Gérard Maudrux et souligne son courage et sa clairvoyance.La plupart des commentateurs sont à englober dans cette appréciation. Nous sommes loin de la propagande annoncée partout.
    Merci

  17. Bonjour, une question : comment fait on le distinguo entre le covid et les autres maladies respiratoires et grippales ? Merci de votre réponse.

    • On ne le fait pas. Toute affection respiratoire et/ou grippale est désormais déclarée comme Covid. Ce n’est pas moi qui le dit, un médecin a avoué qu’il faisait ça “au cas où”. Dommage, je n’ai plus la référence. Mais les 55 euros (au lieu de 25) qu’ils touchent pour déclarer un Covid seraient-ils pour quelque chose dans l’affaire ?

  18. Quoiqu’il en soit trouve-t-on quelque part en français une analyse sérieuse de l’efficacité des masques selon leur composition et leur forme ?

    Quels sont ceux d’entre eux qui amènent forcément, dans des proportions à définir, à inspirer le composé aérien forcément altéré et pollué qu’on vient juste d’expirer ?

    • Dans mes cours de physiologie respiratoire, j’ai appris autrefois (une cinquantaine d’années, mais du coup peut-être est-ce périmé ? – “on a changé tout cela depuis”) la notion de “volume mort”, c-à-d un volume qui est ventilé mais ne contribue pas aux échanges gazeux. En clair, le volume de l’arbre respiratoire de l’entrée des narines jusqu’aux plus petites bronchioles. Donc, qu’on le veuille ou non, qu’on en soit conscient ou non, on ré-inhale TOUJOURS du gaz “altéré et pollué”. Avec un appareil de respiration, ce volume mort augmente : intubation, plongée, pompiers. Aux dernières nouvelles, cette augmentation du volume mort ne nuit pas gravement à la santé : pour maintenir une oxygénation correcte, il suffit d’augmenter la ventilation, soit la fréquence, soit préférablement le volume inspiré (puisqu’on ne multiplie pas le nouveau volume mort par l’augmentation de fréquence). Même si le port du masque est désagréable, d’autant plus qu’il fait chaud ou qu’on a un effort à fournir, son rapport bénéfice/risque est très positif.

  19. Pour la 2ème “vague” et pour les 2 semaines précédent le pic de décès du 16/11, le nombre d’entrées en réanimation et celui des décès à l’hôpital sont du même ordre de grandeur – autour de 6000 – en tenant compte d’un décalage de 10 jours entre le pic des décès et celui de la réa (06/11).
    Par contre, lors de la 1ère “vague”, les chiffres des 2 semaines précédent le pic de décès du 09/04 montrent une différence significative – environ 7600 décès contre 9900 entrées en réa.
    Les pics de décès et de réas sont aussi quasi identiques aujourd’hui (environ 450), alors que la différence était notable au printemps (environ 530 contre 700).

    Concernant les Ehpad et la mortalité hors hôpital, on constate que la courbe du total des décès “Covid” épouse à l’identique celle des décès à l’hôpital de fin mai à fin octobre. On peut donc supposer que les cas graves ont été envoyés à l’hôpital durant cette période et que très peu sont décédés dans les Ehpad ou à domicile. A partir de 20 octobre, la courbe des décès totaux commence à s’écarter (elle monte plus vite) de celle des décès à l’hôpital, suggérant que nombre de cas graves n’ont plus été transférés à l’hôpital (25% des décès hors hôpital actuellement).
    Au printemps, lors du pic de début avril, les décès hors hôpital représentaient plus de 50% du total, c’est donc – si l’on peut dire – un progrès notable.
    Qui a dit qu’il n’était pas question de faire du tri pour l’accès à l’hôpital ?

    Pour la mortalité globale et d’après les chiffres de l’INSEE jusqu’au 02/11, une comparaison avec la moyenne des années 2016-2019 (corrigés selon la population) montrerait une surmortalité d’environ 40 000 décès pour les 10 premiers mois de l’année.

      • I9l ne faudrait pas parler de “deuxième vague”, mais d’une “nouvelle vague différente” parce que provoquée par “des variants variés”

        Le souci du juste mot pour la juste chose. Le souci des mots pesés pour éviter, voire pour contribuer à réduire, les maux pesants.
        Il serait bon que les « ténors »peu ou prou médiatisés du monde médical de « notre camp », celui des contestataires par pratiques ou soucis de se contre-informer face aux mensonges officiels, aient le souci didactique quand, en particulier, ils parlent du pic mars-avril 2020, de souligner presque lourdement que beaucoup de gens de tous âges ne sont pas morts à cause du seul Sras Cov 2 , voire sont carrément morts d’autre chose, et en particulier de la suffisance orgueilleuse de médecins « scientifiques », donc ne croyant qu’à la criminelle randomisation en particulier, et surtout pas aux approches préventives ou curatives « douces » n’enrichissant pas Bigpharma.

      • Je retrouve pas mes sources, mais il me semble qu’un patient EHPAD envoyé à l’hôpital et qui meurt est compté mort EHPAD (probablement histoire de faire payer la chambre). Un flou et manipulation des stats des hôpitaux est donc facile. Flou sur valeur CT du PCR. Flou sur nombre décédés car ils sont pas testé. Flou sur avec ou de covid.
        Absence (ou confidentialité) des tests PCR et sérologie d’un échantillon de la population. Il y a beaucoup de flou!

  20. Vous devez tout particulièrement éviter ce vaccin.
    https://criigen.org/wp-content/uploads/2020/10/2020-09_Note-dExpertise-Vaccins-GM_C.Ve%CC%81lot-02_Traite-02.pdf?fbclid=IwAR0FqkrorCYXs1I5P6KBofN_yhDGAJvNtN0k0pO2h0GoSa8gv1-7nuc6454
    Outre les risques d’apparition de virus recombinants et de mutagenèse insertionnelle
    (surtout lorsque le matériel génétique délivré est de l’ADN), les vecteurs viraux étant euxmêmes immunogènes, ils peuvent engendrer d’importants effets d’immunotoxicité.

  21. Les médecins doivent avant tout traiter les patients et non faire de la science.
    Pourquoi nos “grands scientifiques” que l’on voit régulièrement à la télévision s’acharne t ils à refuser le traitement PRECOCE avec l’HCQ+ AZI. Même si on est pas sûr de son efficacité si cela ne fait pas de bien cela ne fait pas de mal comme on le dit couramment. De plus en plus de pays prônent cette association. Il semble même que le traitement par AZI et C3G + Zinc donnent de bons résultats.
    Maintenant la vaccination par modification de l’ARNm serait le traitement miracle de cette pandémie. Mais connait on les effets à long terme de cette modification de l’ARN et de l’ADN??? Personnellement je refuse cette modification et donc refuserais ce type de vaccin.

    • “….Personnellement je refuse cette modification et donc refuserais ce type de vaccin…”.
      Il en sera de même pour moi, pour les raisons suivantes:
      1/Et la plus importante c’est que je ne fais plus confiance à nos politiques. C’est d’une banalité de dire cela mais sans revenir sur tous les événements, mensonges, contradictions, tâtonnements, autoritarisme, précipitations… force est reconnaitre qu’ils n’inspirent guère d’autre sentiment que de la méfiance.
      2/ Là non plus sans entrer dans les détails, étant porteur d’une pathologie dysimmunitaire “primaire” caractérisée par la formation de thrombis dans sa forme secondaire symptomatique….Qui pourra me garantir que cet “empressement” vaccinal ne va pas me faire passer de la forme I à II ?…Personne, et quant aux recours éventuels inutile d’y songer.
      Donc pour moi ce sera une des thérapies alternatives: Ivermectine, Azithromycine, Doxy, Colchicine etc…au cas où.

    • comment faire confiance au gouvernement et autorités de santé concernant un vaccin ? Masques ne servant à rien , puis obligatoires partout, HCQ en vente libre puis considérée comme dangereuse, remdesivir recommandé par le ministère aux médecins, alors que l’OMS le déconseille formellement, médecins traitants avec des antibiotiques qui passent devant le conseil de l’ordre, incapacité à reconnaitre que l’étude du Lancet était bidon. A quand les poursuites judiciaires ?

    • Mais, mon pauvre ami, vous n’êtes pas au courant ? “Il n’existe pas de traitement.” C’est pas moi qui le dit, c’est Saint Macron. Alors, si on ne peut même plus se fier à la parole d’un saint, qui allons-nous croire ?
      La preuve que c’est non seulement un saint, mais un visionnaire et un prophète : le vaccin que (pauvre de vous, de nouveau) vous vous acharnerez à refuser, c’est notre seule porte de sortie ! La preuve ? On a réussi à le créer en quelques mois, alors qu’il faut dix ans pour découvrir un vaccin et tester tous ses effets, y compris les nocifs.
      Ah, je vois que vous êtes médecin, vous savez donc tout ça. Alors, seriez-vous complotiste ? Pensez-vous que des aliens reptiloïdes ont envahi la Terre et s’activent à tuer toute l’humanité ? Au train où vont les choses, pas besoin qu’ils interviennent. Nos gouvernements vont parfaitement réussir à nous pourrir la vie et à faire crever sinon les 4/5ème de l’humanité, du moins une partie de celle-ci par leur bêtise et leur obscurantisme.
      Quelqu’un a bien dit un jour qu’il ne fallait surtout pas donner le pouvoir à ceux qui le briguaient…

  22. Les lits, j’ai les chiffres suivants : 5290 en réanimation, 5686 en soins intensifs, et 7941 en soins continus … on doit les additionner ou pas en fonction des besoins en communication.

    • Ce qu’on aimerait savoir, c’est sur 100 malades hospitalisés en réanimation, combien ressortent verticaux, combien horizontaux.

      • quand on voit toutes les séquelles possibles suite à un séjour en réanimation, je crains que, au mieux, on en ressorte bancal et pas vraiment vertical !
        blague à part, je crois que pendant la première épidémie le taux de mortalité était très élevé (45 % ?) et que maintenant il aurait beaucoup diminué, grâce aux corticoïdes et anticoagulants notamment: 20 % ?

      • Ou à la limite “assis”, mais toujours par classes d’âge “moins de 50” , 50 à 54, 55 à 59, etc.
        C’est ça informer et faire son boulot de journaliste

      • Vous pouvez trouver une réponse marseillaise avec les nombreux détails désormais sur le site de l’IHU : https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/
        Il semble qu’on meurt paradoxalement moins en réanimation, c’est sans doute dû aux grand âge de la plupart des décédés, qui ne sont pas envoyés à la torture… (Et au passage il y aussi des morts en réanimation affecté au compte de l’IHU, pour ceux qui veulent expliquer les bons résultats par l’absence de lits de réa)

  23. Merci pour cet article encore une fois très pertinent. Sur le décalage entre nombre de décès à l’hôpital et sorties de réanimation, l’explication doit être que les malades de plus de 80 ans ne sont généralement pas placés en réanimation, alors qu’une partie d’entre eux sont accueillis à l’hôpital et y meurent, ou font au moins l’objet d’une HAD dans leur EHPAD et sont peut-être de ce fait comptabiliser comme morts à l’hôpital ?

  24. Cet article, cher docteur Maudrux, c’est un rouleau compresseur contre la pensée “unique” et délirante. Bravo ! Mais permettez-moi d’ajouter quelques petites choses.
    1) Le nerf de cette guerre, c’est la notion de “population cible”, et vous le soulignez avec force. En effet, pour le reste des gens, la maladie, sauf exception, n’est pas très extraordinaire. Toutes les remontées que j’ai (au bout du compte, ça finit par faire une sacrée arborescence) convergent : l’équivalent au pire d’une grosse grippe et au mieux d’un banal syndrome grippal. Dans ce panel, aucun décès, et mieux encore, des personnes très âgées (mais toujours assez autonomes pour rester à domicile, même à 93 ans) ont traversé tout ça en se portant comme un charme. Ces remontées, je ne suis pas le seul à les avoir, et c’est sûrement ça la source du scepticisme ambiant. Si l’espiègle Zazie vivait de nos jours, ne lancerait-elle pas un : “confinement mon cul” de derrière les fagots ?
    2) Comme je m’acharne à le répéter, le drame des sociétés occidentales, c’est d’avoir une importante population de “cibles” et de les avoir en outre regroupées. On touche là au point aveugle de bien des observateurs, y compris les meilleurs. Si les pays pauvres (Afrique, Maghreb) s’en sortent mieux que nous, c’est essentiellement parce qu’ils n’ont pas (encore) de “gens trop âgés pour mourir” et parce qu’ils ne rassemblent pas les “vieux” en général dans des endroits où ils s’infectent en masse. Pour l’Asie, et en particulier le Japon, j’avoue manquer de données, mais je vais me mettre en chasse. Quoi qu’il en soit, l’exemple de l’Allemagne, avec ses résidences autonomies et ses Ehpad largement supérieurs aux nôtres, prouve que cette “hécatombe” n’est pas une fatalité.
    3) Oui, il faut un potentiel de lits bien supérieur à celui que nous avons. (Les 96%, je pense que c’est l’occupation de ce qu’ils appellent les “lits Covid”, sur un total très insuffisant de sept ou huit mille.) Actuellement, on est en train de ruiner le pays à cause d’économies de bouts de chandelle mises en oeuvre par des gouvernements irresponsables. Le pire, c’est que personne n’est disposé à changer de politique. Du coup, à combien de confinements successifs faut-il s’attendre ?
    3) Parce qu’il y AURA une autre reprise épidémique. Nous sommes en hiver, et les maladies infectieuses, à coronavirus ou non, ne s’arrêteront pas pour faire plaisir à M. Véran ou aux laboratoires pharmaceutiques. Faute de sang-froid, nous allons à la catastrophe.

    • L’Allemagne fait peut-être mieux sur cette épidémie, mais globalement l’espérance de vie des français est sensiblement supérieure à celle des Allemands, donc il ne faut pas tirer de conclusions trop hâtives sur la comparaison des systèmes de santé et en particulier peut-être, vaut-il mieux mourir plus vieux chez soi que plus jeune dans un lit d’hôpital…

      • Sauf votre respect, quel rapport avec la choucroute ? Je dis simplement, et j’insiste, qu’à cause de leur conception, les résidences autonomies et les maisons médicalisées allemandes ne sont pas, ou moins que les nôtres, des pièges à infection. En réalité, nos résidences autonomies sont souvent des Cités-U pour retraités, et on devrait plutôt parler de “maisons paramédicalisées”. C’est un vrai sujet – le nerf de cette guerre, je le répète.

  25. https://biomedicalcue.it/lattoferrina-covid-cura-verita/23442/
    C’est fort de café!
    La lactoferrine s’est avérée efficace dans la lutte contre les symptômes de la maladie à coronavirus chez les patients à début positif et asymptomatiques. Nom d’une pipe!
    Ces données nécessitent une vérification rigoureuse dans un essai clinique randomisé afin de vérifier l’efficacité de ce traitement. Ben voyons!
    Il n’y a aucune preuve clinique indiquant l’utilité de la lactoferrine dans la prévention ou le traitement de Covid-19. Mince alors!
    Nous ne sortirons de ce cauchemar qu’avec le vaccin et le vaccin est le meilleur moyen de vaincre Covid-19. Ah! oui, on l’a déjà entendue celle la.

    https://www.nutranews.org/fr–immunitaire–la-lactoferrine-premiere-ligne-defenses-immunitaires–221
    Chez des individus en bonne santé, elle est en première ligne dans le système de défense immunitaire et protège des invasions infectieuses.
    Une action immunomodulatrice Un effet antibactérien Une action antivirale
    C’est un nutriment! Ah, mais une étude randomisée est nécessaire!!!
    Et la proposer à titre préventif, non?

    Comme quoi France et Italie jouent le meme jeu scélérat.

  26. La décrue se confirme sur tous les indicateurs, y compris sur la mortalité qui réagit un peu plus tard. Le serrage de vis récent semble n’y être pour rien, pas plus d’ailleurs que lors du premier pic et pas plus qu’après l’arrêt du premier confinement qui n’a pas provoqué de remontée immédiate de l’épidémie comme il l’aurait du si le confinement avait eu une grande efficacité. Le virus n’aime visiblement pas le printemps et sa décroissance rapide actuelle alors que normalement le pic des épidémies de type grippe est un peu plus tard signifie que le stock de personnes fragiles a du être sérieusement diminué depuis le début d’épidémie (le concept tabou de l’immunité collective !). Il n’est pas impossible donc que la situation se normalise et que ce virus, maintenant que la population y a été confrontée une première fois, ne soit plus qu’un composant ordinaire des maux d’hiver sans qu’il y ait maintenant d’anomalie significative de mortalité globale.
    Le débat sur les contributions respectives de la nature et des mesures prises va certainement monter maintenant.
    https://jcbwordpresscom.wordpress.com/2020/11/19/covid-19-pourquoi-deux-pics/