95

Covid : scandale de la chloroquine, épisode 4.

Aucune avancée sur la polémique de la chloroquine en France, tout est fait pour qu’elle dure. Je ne rentrerai pas dans le débat ça marche ou ça ne marche pas, pour insister sur deux points : la France est à contre-courant de tous les pays au monde, mais surtout sa gestion du problème est inacceptable, confirmant le mépris profond de nos institutions à l’égard du secteur libéral, en première ligne, avant les hôpitaux. C’est une insulte aux hommes et à notre devise nationale, Liberté, Egalité, Fraternité.

PETIT TOUR DU MONDE

USA : autorisée par le régulateur du médicament (FDA). Chine : dans le protocole de traitement conseillé par les autorités. Inde : bloque les exportations et le Conseil National de la Recherche Médicale recommande même en prévention. Russie : autorisé par l’agence russe. Brésil : largement utilisé. Afrique : autorisé, et souvent usage massif d’un médicament connu de longue date : Sénégal, Burkina-Faso, Cameroun, Afrique du Sud, Madagascar, Tunisie, Congo, Algérie, Maroc. Israël en a commandé 5 tonnes en Inde. Emirats Arabes Unis. Iran. Etc. Europe : mitigé, mais pas interdit. Utilisé en Belgique, Luxembourg, Pays-Bas. Suisse : déconseillé mais liberté. Suède oui mais un hôpital recule face à un décès, par contre à l’inverse de la France, « aucune relation n’a pu être établie pour le moment avec la chloroquine », précise l’agence du médicament ! Italie, oui récent, Allemagne, Espagne : aucune consigne.

Bref, Sanofi a offert 100 millions de dose envoyées dans plus de 50 pays dans le monde. Il semble que la France soit le seul pays au monde à avoir légiféré pour l’interdire. Le Plaquénil ne coûte rien, il est dans le domaine public, mais on traîne des pieds en attendant et en espérant qu’un médicament à brevet encore en cours et coûtant 100 fois plus cher fasse ses preuves.

Comme je l’ai déjà écrit, au-delà de l’efficacité, se pose le problème de mettre le maximum de chances (même minimes) du côté du patient, et de lui donner de l’espoir.

ÉTAT / LIBÉRAUX : LE MÉPRIS

Non seulement la France semble le seul pays qui interdit, mais pire : cette interdiction ne s’adresse qu’aux seuls médecins libéraux. L’histoire se répète, déjà en 2009, ils avaient été totalement ignorés par l’organisation de la campagne de vaccination. On a transféré d’une région à l’autre ignorant les cliniques qui proposaient leurs lits. Des anesthésistes ont proposé sans succès leurs services, par contre on a pris leurs respirateurs, seuls les hôpitaux publics sont compétents pour les autorités. On continue maintenant avec des labos privés aptes à tester plus que ceux agréés. C’est sans fin.

Beaucoup d’hôpitaux l’utilisent pour tous leurs patients, plus que vous ne le pensez, et pas seulement pour les patients sous oxygène. Les langues se délient, de plus en plus le reconnaissent. Comment font-ils ? Ils créent une confusion vocabulaire entre traiter et tester, alors ils ne traitent pas ils testent ! Et ils ont raison. Plus de 50 hôpitaux testent officiellement, combien officieusement ? A-t-on besoin d’autant d’études ? Dans mon coin, Narbonne, Montpellier, Béziers, Nîmes, Sète, Perpignan Rodez et d’autres « testent ». D’autres sont plus directs comme à Arles ou en Franche-Comté : « Ce médicament est proposé aux malades dans le cadre d’une réflexion collégiale. », ce qui les met en conformité avec le décret : décision collégiale, si l’état du patient le nécessite. Ils disent bien aussi ne pas être les seuls à le faire.

Intérêt de ces études ? Un seul : traiter. Peut-être aussi permettre à notre Président de se glorifier : « la France est le pays au monde qui teste le plus ». Nous aurions préféré traiter et non tester… Un intérêt scientifique ? Aucun, voici pourquoi. Les séries sont trop petites. Testez 200 patients, soit 100 avec traitement, 100 sans, pour être « aux normes ». Imaginez un patient, qui quoi qu’il arrive, pour des raisons qui lui sont propres, succombera du Covid, qu’il soit traité ou non. Avec 2% de mortalité, il va faire basculer la mortalité de l’étude de manière considérable du côté où il a été tiré au sort. Une chance sur deux ! Il faut au moins 1 000 traités pour éliminer les effets du hasard sur le critère mortalité.

Pire. La CARMF (Caisse de retraite des médecins libéraux), a proposé aux autorités, depuis le début, une étude sur les médecins contaminés, basée sur le volontariat et non tirés au sort, avec suivi de ceux qui en veulent et n’en veulent pas dans des établissements de soins sélectionnés et pilotée par des experts, la caisse ne fournissant que les patients. Nous en serions à 4 000 aujourd’hui, traités par le mépris. Même pas soutenus par le Conseil National de l’Ordre et le premier syndicat, la CSMF, qui défendent la position gouvernementale. Libéraux, connaît pas. 4 000 en libéral : non, 150 à l’hôpital ; oui. Bientôt 3 000 chez Raoult, 4 000 possibles chez les médecins : on ne veut pas savoir, ni comparer avec un panel de 110 000 non traités.

MÉDECINS LIBÉRAUX ET CARMF : PLUS FORT QUE RAOULT ! 

La CARMF (Caisse de retraite des médecins libéraux), dénombre au 17 avril 3 945 médecins ayant demandé des indemnités journalières, devant cesser leur activité en raison d’une contamination. Ce chiffre est à majorer de 10 %, les retraités actifs n’ayant pas droit à ces indemnités. Alors que la presse fait état d’une dizaine de médecins décédés (salariés compris), nous en dénombrons 16 (7 cotisants, 9 retraités actifs).

France entière, 19 300 décès sur 112 000 contaminés, cela fait 17% de mortalité ! Médecins libéraux, 16 décès sur 4 400 contaminés, cela fait 0,36% de mortalité, pour une population bien plus âgée et donc à risques, puisque l’âge moyen des français est de 42 ans, celui des médecins sur le terrain (cotisants + retraités actifs) et de 60 ans et demi.

Comment est-ce possible ? Certainement pas en respectant les consignes des experts et des autorités : boire de l’eau, avaler du Doliprane et prier. Nous en avons interrogé plusieurs : quasiment tous se traitent, avec ou sans convictions, pour se donner le maximum de chances. Au minimum Azitrhomycine, parfois un autre ou un second antibiotique, et quand ils arrivent à s’en procurer, du Plaquénil, non systématique. Il y a même un confrère qui nous a dit que faute de Plaquénil, il avait pris de la Malarone (autre antipaludéen), il était d’attaque 3 jours plus tard. Espérons que cela ne va pas jusqu’au Lariam, qui n’est pas anodin. J’avais écrit dès la publication de l’interdiction que cela ouvrait la voie à l’automédication et des accidents, les médecins savent ce qu’ils font, mais les non médecins ?

Les médecins ne se contentent pas d’en prendre, de plus en plus (tous ?), ne laissent pas en rade leurs patients et abandonnent progressivement les consignes erronées que les autorités et les experts leur ont donné au départ. Fini le Doliprane, fini les antibiotiques c’est pas utile pour la grippe. Les langues se délient. Pire, ils publient sur les réseaux sociaux leurs résultats, se donnent le mot, diffusent afin que tout le monde en profite. Ils montrent même la voie aux experts : puisqu’on nous interdit le Plaquénil, on n’abandonne pas nos patients, on va protéger leurs poumons puisque c’est ce qui va les conduire à l’hôpital, et comme certains antibiotiques peuvent marcher et qu’on ne nous l’interdit (pas encore), on agit, et ça marche, du moins il semble. Mes patients, je les connais, quand ils vont mieux, je le vois.

Comment expliquer autrement que, alors que le nombre de contaminés croit : + 9 % en 5 jours (de 103 à 112 000), que le nombre d’hospitalisés, lui, décroit ? Le confinement ne peut agir que sur l’évolution du nombre de contaminés, et seul un traitement peut influencer l’évolution de la maladie ! 5 semaines de confinement doivent faire décroître les contaminés, mais quand il croît et que les hospitalisations diminuent, est-ce qu’il n’y a pas un grain de sable qui sème le doute ? Et ce grain de sable, ce ne serait pas les médecins de terrain ? Faut-il qu’ils en arrivent au lieu de traiter, de “tester” un patient sur 2 pour qu’on les entende ?

Merci aux médecins libéraux de ne pas abandonner leur mission, de tout faire pour donner une chance à leurs patients, forte ou faible, et d’avoir montré une chose : et si le bon protocole, ce n’était pas Hydroxychloroquine/Azithromycine, mais Azithromycine/Hydroxychloroquine. Les « testeurs » ne s’y trompent pas d’ailleurs. Les premiers tests c’était Hydroxy seule, maintenant c’est tous Hydroxy/Azithro. Merci aussi aux chercheurs qui sont restés des soignants, merci encore aux patrons, comme Perronne à Garches, Juvin à Pompidou qui demandent à ce que tout le monde puis avoir les mêmes chances, et que chaque médecin, quel que soit son mode d’exercice, puisse prendre ses responsabilités en toute liberté. La prévention, la limitation de l’épidémie, les mesures sont de la responsabilité de l’Etat, le traitement de la maladie, c’est la responsabilité des soignants, pas de l’Etat.

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

95 commentaires

  1. Les pays qui administrent la chloroquine ne polémiquent pas sur ce médicament, ne se plaignent pas, n’enregistrent pas des morts en masse.
    Ce qu’il faut retenir est que la France et les pays qui ont interdit la Chloroquine ont enregistré des morts en masse et personne n’aime connaitre leur sort.

  2. Ebauche de bilan médical dans l’épidémie Covid 2019 Pour nous médecins hospitaliers ou libéraux quels premiers enseignements pouvons nous tirer de cette épidémie ?
    En premier un constat : un seul centre hospitalier en France avait anticipé la crise et était prêt à l’affronter : l’IHU de Marseille. C’est le seul qui a pu fonctionner dès le tout début de l’épidémie avec la structure, le matériel, les tests, les habits de protections (charlottes, masques, lunettes, blouses, bottes….etc, etc) C’est un fait indiscutable qui s’impose.
    Il est intéressant de voir comment cela a été permis grâce aux efforts considérables d’anticipation de toute l’équipe dans ce centre.
    Il aurait pu servir d’exemples à tous.

    Notre serment d’Hippocrate, comme l’a indiqué le responsable de l’INH dès le début, a été respecté “Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.”
    Les bonnes pratiques médicales, enseignées dans toutes nos facultés, ont été appliquées : diagnostiquer, traiter et prendre en charge les patients.

    Il y a bien d’autres centres hospitaliers qui auraient souhaité et qui avaient les capacités médicales de faire de même. Mais ils ont été “freinés” ou empêchés par l’impossibilité d’avoir les moyens nécessaires.
    Moyens que la lourdeur administrative et la centralisation empêchaient de se procurer rapidement.
    C’est ainsi qu’est apparu une polémique à partir de querelles d’ego avec ses relais multiples dans la presse et les médias…
    Cette polémique va-t’elle caché les causes exactes du problème ?

    Il est intéressant de refaire la chronologie des événements depuis la fin de l’année 2019 jusqu’à aujourd’hui, pour souligner la gravité des mesures “exceptionnelles” prises à l’encontre du corps médical.
    En particulier la première fois dans notre histoire médicale le médecin de base s’est vu interdire de prescrire un médicament de prescription courante depuis plusieurs dizaines d’années. (un ajustement de cette prescription était probablement possible et suffisante)
    Les “bras” des études randomisées axés uniquement sur des médicaments ayant déjà fait preuve de leur insuffisance pour d’autres épidémies.
    Les médecins savent que nous avons aucun médicament efficace contre le virus (à la différence des antibiotiques dans les infections bactériennes). De plus ces anti viraux potentiels ne peuvent avoir une efficacité que au début de la maladie (exemple pour la grippe du Oseltamivir TamifluR )
    Le rôle exclusif des centres hospitaliers agréés à l’exclusion des “petits” centre hospitaliers, des cliniques privées, des médecins de terrain.
    Exclusion des laboratoires de ville et des laboratoires vétérinaires, etc, etc…

    Le médecin ne se substitue pas ni au droit ni au politique. Chacun est responsable dans son domaine et le respect doit être mutuel. Toutes les polémiques apparues à l’occasion de cette épidémie sont contre-productives.
    Pourquoi ont elles étaient si visibles ?

    Il ne revient pas aux médecins de juger les responsables puisqu’il y a une Justice dans notre pays. Mais nous pouvons constater où sont les dysfonctionnement évidents et tenter de les prévenir dans l’avenir

  3. Je ne suis pas médecin, mais, si j’ai bien compris, le taux de mortalité “final” sera une manière d’apprécier l’efficacité des traitements dont vous parlez. Au-dessus de 0,5% (taux de mortalité de l’IHU au 24 mai), les traitements HCQ et antibiotiques sont efficaces. En dessous, ils ne le sont pas et aggravent peut-être la situation. C’est ça ? Merci de votre réponse.

    • Je pense que le meilleur critère d’efficacité est le nombre d’hospitalisés et donc de complications. Après, c’est un autre traitement et de nombreux facteurs, notamment les pathologies associées, viennent rendre les comparaisons plus difficiles. Sans traitement, 15% des patients passent à l’hôpital.
      En ce qui concerne la mortalité, on a de tout dans les statistiques. On est à 20% des cas positifs en France, 4,5% en Allemagne et 1% au Sénégal, alors que tous ont le même virus.
      Au début, tout le monde retenait le taux de 2% de mortalité (sur quelles bases ?), donc en dessous, succès du traitement, au dessus échec. Ceci dit, quand on est à 20%, on prend quoi ? 2 ou 20% ?

  4. Vos confrères italiens des régions nord peuvent prescrire le plaquenil aux patients à domicile pour les soigner précocement et éviter de les hospitaliser.Et cela depuis fin mars.
    En France, aucun média a relayé ces infos.
    Je ne pense pas que les médecins italiens soient des farfelus ou des irresponsables.

  5. “Plusieurs équipes dans plusieurs pays (notamment en Chine, en France – à Lille – aux Etats-Unis), ont fait une découverte majeure qui offre un grand espoir de traitement du covid :
    Le virus, en effet, ne tuerait pas directement, mais par l’intermédiaire d’une bactérie intestinale qu’il infecterait, la Prevotella… et c’est cette bactérie infectée qui, devenant virulente, déclencherait l’hyper-réaction immunitaire qui délabre les poumons et tue le malade !
    Ceci expliquerait :

    Pourquoi le traitement du Dr. Raoult, utilisant un antibiotique (l’Azithromycine), et plus encore celui du Dr Sabine Paliard-Franco, qui préconise une double antibiothérapie, fonctionnent,

    Pourquoi les enfants sont épargnés et les personnes âgées plus touchées : Provetella est quasiment absente de la flore intestinale enfantine, mais de plus en plus présente avec l’âge,

    Pourquoi les obèses sont beaucoup plus touchés : leur flore intestinale déséquilibrée contient beaucoup de Prevotella !

    Pourquoi les complications pulmonaires se déclenchent alors qu’on ne retrouve pratiquement plus de covid dans l’appareil respiratoire, la bactérie infectée (qu’on retrouve dans les selles, contenant de l’ARN du covid et parfois même des virus vivants) prenant le relai de son attaque initiale (bénigne), de manière beaucoup plus dramatique, en déclenchant l’hyper-réaction immunitaire inflammatoire qui noie les poumons…

    Pourquoi le virus peut réapparaître chez un patient guéri (avec alternance de positivité et de négativité des tests), car la bactérie, toujours présente dans la flore intestinale, en reste l’hôte et peut le relarguer à tous moments…

    Bref, cela expliquerait tout ; et cette cohérence augure de la validité de l’hypothèse.
    On tient donc une confirmation de l’intérêt de l’azithromycine, comme thérapeutique curative, à prescrire dès le début de l’infection… et même une piste prometteuse pour traiter préventivement les infections graves (des coronavirus… et sans doute aussi de la grippe !), ce traitement passant par le rétablissement d’une flore intestinale saine qui neutralise Prevotella (par la prescriptions de “probiotiques”, c’est à dire d’une bonne flore intestinale)…

    Il est clair que cette piste thérapeutique ultra-prometteuse bon-marché rendrait alors caduque l’utilisation d’un vaccin, de découverte aléatoire et onéreuse… ce qui ruinerait donc encore les espoirs lucratifs de Gilead et de ses lobbyistes, après l’échec patent de leurs antiviraux… dont on ne parle plus trop, vu que les premiers essais thérapeutiques (dont plusieurs malades ont payé le prix de leur vie) se sont révélés catastrophiques, tant en terme d’inefficacité que de toxicité…
    Il est probable aussi que les médias aux ordres, qui avaient lynché Raoult, parce qu’il laissait entrevoir cette piste thérapeutique bon marché, qui concurrençait leurs antiviraux dont ils attendaient de gros retours financiers, nous taisent cette découverte majeure, et qu’en revanche ils nous serinent maintenant, à temps et à contretemps, que leur vaccin (qui est loin d’être au point et qu’il faudra refaire chaque année, comme celui de la grippe) est la “seule solution” !”

  6. avez vous lu les hypothèses sur la bactérie: Provetella? qui expliqquerait l’efficacité du tt du Pr RAOULT.

  7. Merci de votre courrier. Médecin généraliste au CHU de Lille, praticien hospitalier exerçant en psychiatrie depuis 2012, je me suis portée volontaire en consultation covid au CHU du fait de ma formation initiale en médecine d’urgence et de catastrophe (diplômée il y a 30 ans… j’ai 57ans). J’a été stupéfaite de l’exercice de « mouton » de mes jeunes collègues : pas d’interrogation, pas de mise en question du protocole (doliprane et retour à la maison) puis discovery pour les hospitalisés. J’ai vite compris qu’il fallait se taire face aux sachants et que mon grand âge, mon métier de généraliste ne m’autorisaIt pas à soulever des questions. Seule la recherche menée « comme il se doit » les interesse. Comment en sommes nous arrivés là ? J’ai eu un parcours atypique (medecin à la maternité de Mamoudzou…), je suis renversée par le manque de « culture » clinique, le manque de sens de l’observation clinique de mes jeunes collègues A la radio, j’ai entendu un jour le chef du département médecine générale de la faculté de Lille dezinguer Raoult d’une façon lamentable. Ce grand monsieur à aucun moment n’a laissé à penser qu’iL savait ce qu’est une situation de médecine de catastrophe et qu’un médecin est en demeure d’ada Sa pratique médicale à cette situation. C’était Un technocrate de la santé
    Face au rouleau compresseur, dans cette crise, je n’ai Pas démissionné. Cela m’a traversé. J’ai rejoint un collectif pour nous laisser prescrire, cela a soutenu ma conscience, j’ai encore des enfants à nourrir.
    Mon mari etant en fonction à Montpellier depuis qq mois (sommes originaires d’Avignon), j’ai pour l’instant gardé mon poste à Lille. Je vois que vous êtes basé dans le sud… suis volontaire pour réfléchir à la question de la recherche en médecine puisqu’il me semble qu’il faudra « un avant et un après covid19 » chez les médecins. Vous pourrez trouver un aperçu de mes »recherches « en tapant Gamet audition publique 2018.
    Bien confraternellement
    M Laure Gamet

    • Il y a et aura toujours des exceptions à un constat quand on y fait rentrer tous les pays. Si on cherche bien on peut trouver des explications. A partir de quand, comment. Le titre de votre article, c’est on teste, pas on traite, pas d’accès à la suite. L’Italie aussi traite et a beaucoup de morts : elle s’y est mise que très récemment.

    • La Belgique a un décompte plus rigoureux des décès et compte les morts à domicile des malades du covid.

    • Chercheur en démographie et géométrie, n’a pas eu à avoir à traiter des patients. Tous ces gens là, je me demande, si un jour ils tombent malades, s’ils décident de ne rien faire ou s’ils essayent de se donner quelques chances d’éviter un accident.

    • L etat n a jamais pris des décisions sans consulter le corps Medical ,nous professeurs ,chercheurs,etc ne sont pas des idiots .arrêtons de critiquer notre gouvernement qui fait le maximum dans tous les domaines .
      J ,

      • Je me souviens d’une conférence d’un ancien grand patron, médecin, de tous ces plans d’urgence Orsan et autres (maintenant je crois directeur de Mondial Assistance).”Un des plus gros problème dans les prises de décisions, c’est les médecins. Mettez 3 médecins autour de la table, vous aurez 3 avis différents, mettez en 5, vous aurez 5 avis différents, et nous, nous devons prendre une décision avec ça”.

    • Pas optimiste, réaliste ! et merci pour le lien.
      J’ai fait un rêve : que nos fonctionnaires et élus parlent aussi simplement, clairement, efficacement, courageusement que Raoult.

  8. Le mystère c’est la Belgique qui explose tout le monde
    Pays Nombre de cas Nombre de décès Population Mortalité/1 000 000 habitants
    Belgium 39 983 5 828 11 589 623 502,9
    Spain 200 210 20 852 46 754 778 446,0
    Italy 181 228 24 114 60 461 826 398,8
    France 156 480 20 292 65 273 511 310,9
    https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/

  9. Me BRUSA CARLO ALBERTO Avocat Parisien soutient que le décret de confinement est illégal et le démontre en droit à noter pour tous une Association Réaction 19 est en cours :ma contribution à vos réflexions de Nancy Docteur en droit Ingénieur Economiste Merci à tous

    • Personnellement je ne me battrais pas contre le confinement. Pas marrant, coûteux pour le pays, mais il faut bien faire quelque chose vu que rien n’a été fait pour l’éviter. C’est ce qui n’a pas été fait qu’il faut attaquer. Encore ce matin Olivier Véran sur A2 a été incroyable. Il n’a répondu a aucune question directe sur les masques, les tests, la liberté de prescription.. Par contre sur ces points là, il a démontré que nous étions les meilleurs au monde. Epoustouflant !

      • J’ai un fils spécialiste du droit constitutionnel, docteur et professeur, il vous dirait que tout peut s’interpréter.
        Pour ma part je m’oppose au confinement, “faute de mieux” est à rapprocher de ce que disait Arendt : “le choix du moindre mal est toujours le choix du mal”.
        Pour preuve, et je m’étais exprimé la dessus, la crise économique que ce confinement engendre, se traduira par une chute phénoménale du PIB, des faillites par dizaines de milliers, une inéluctable augmentation des prélèvements, la paupérisation des plus pauvres , la mort de dizaines de milliers de personnes, une crise sociale qui ne s’éteindra pas tant les frustrations sont grandes.
        O. Véran est un apparatchik au sens le plus étymologiquement pur, il n’a aucun soucis d’ordre moral, se contrefiche de la réalité, tous ses propos sont du remplissage.
        Le dramatique n’est pas O. Véran et ses semblables, c’est la presse qui reprend les termes de Véran ou ses pairs sans analyse ni critique.

        • Dans le même esprit qu’Arendt, il y a aussi Churchill : “Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre.”

          • Bien vu, je disais qu’à ne pas affronter le Covid, nous aurons le virus, la ruine, lé déshonneur et les morts.
            Churchill, De Gaulle, en dehors de toute politique, étaient des chefs, ils tranchaient le nœud gordien, ce que ne sais pas faire Macron qui a été voir Raoult à Marseille, fasciné par le personnage, pensez donc, un type qui a l’estime des français et qui a des positions tranchées ! Macron lui dit qu’il est chef, il est bien seul.

  10. Bonjour.
    Il se peut que le gaullisme déclaré de Didier RAOULT ne soit sa véritable condamnation par le pouvoir actuel.
    https://www.valeursactuelles.com/societe/video-daniel-cohn-bendit-somme-le-professeur-raoult-de-fermer-sa-gueule-117640
    C’est une excellente idée de penser à un potentiel régulateur de l’immunité (hydroxychloroquine) pour essayer d’empêcher la tempête de cytokines qui semble être responsable de nombreux cas graves de COVID-19. Quant à l’azithromycine, son choix relève du bon sens, pour éviter les surinfections bactériennes, souvent létales.
    Je vous soutiens +++ dans votre combat humaniste contre l’ordre établi du tout finance et du tout communication (RAOULT en fait des tonnes, pour leur faire la nique, mais c’est de l’ultra-sérieux derrière).
    Merci.
    Agnès GOUINGUENET.

  11. Bonjour aux confrères.
    Des lignes interprétatives se dessinent de plus en plus nettement.
    Le problème pour le politique français depuis 30 ans dans ce pays, c’est la médecine libérale.
    Elle seule offre une alternative à la monopolisation du pouvoir… et ses dérives totalitaires.
    On a joué sur la tendance masochiste des professionnels engagés par la vocation. Leur sacrifice étant appelé sur l’autel de la nouvelle divinité bien connue du “Grand Trou à boucher”… Je laisse à chacun le soin d’inventer ses propres mots d’esprit respectifs, seuls capable en effet de nous sauver de cet engouffrement. Jusqu’à les faire culpabiliser ces praticiens, par rapport à de pseudo-conflits d’intérêts avec les labos pharmaceutiques sur des diners en ville où -oh horreur!- ils pouvaient se parler, débattre et échanger. La solution: fermer ce genre d’établissements et faire en sorte qu’on ne soit pas près de les réouvrir… Ceci ne pouvant que favoriser la remontée de ces conflits d’intérêts aux sphères intouchables de l’Olympe.
    Cette crise sanitaire nous rappelle la tragédie de Sophocle d’Oedipe tyran au 5e siècle AJC. Son champion d’auteur avait déjà l’espoir d’un traitement de masse de la dérive démocratique ou civilisée vers la connerie.
    Il n’y a pas de traitement de masse mais la méthode de Sophocle, aussi bien que la méthode Hippocratique, voire démocratique, ne peut réussir que dans l’engagement de chacun au cas par cas. La médecine libérale ne le sait que trop bien. La médecine monopolaire n’en veut rien savoir et persiste dans son erreur jusqu’à l’ultime de sa connerie, en se foutant bien des morts au passage…
    Faudra-t-il qu’Oedipe en vienne à se crever les yeux après avoir crever l’écran?
    A méditer…
    DR PC

    • Si je souscris à vos remarques, il faut néanmoins les compléter par le fait que les généralistes, à l’instar des pharmaciens, se sont soumis sans rechigner au dictât de l’administration.
      Le but pour la SS est clair, la centralisation des soins vers l’hôpital qui a causé ces dernières années l’encombrement des services d’urgences, donne l’illusion de la maîtrise des coûts.
      Dans ces conditions, un médecin libéral s’en trouve contraint dans un système centralisé comme la France. Il n’a plus de libéral que le nom.
      Que je sache, la SS n’impose pas (pas encore) qu’un médecin soit conventionné. Ma toubib et amie de longue date a envoyé la SS ad patres, elle facture 60€ par visite, elle est en plus de cela (quelle tare !) homéopathe, son cabinet et plein à craquer.

    • Le déficit de la sécurité sociale est de 5 milliards.
      Le coût de la souffrance au travail en arrêt maladie, hospitalisation et consommation de neuroleptique c’est 9 milliards selon le sociologue Christophe Dejours. Donc pour lutter contre le déficit, une politique contre la souffrance au travail serait un bon point de départ.
      Au lieu de ça on a fait de l’intuitivité.

      • Difficile débat faute d’une lecture quasi impossible des chiffres. Il faut mettre quelque chose derrière déficit (qui existe bel est bien, là n’est pas le sujet), il me semble que le Dr Maudrux avait rédigé un papier sur le sujet ?
        La souffrance au travail, boîte de Pandore, où l’on s’aperçoit que la plupart des fonctionnaires perçoivent des primes de “pénibilité” et que l’ouvrier lambda (gilet jaune) qui termine sa carrière sur les rotules a droit à rien… sinon la reconnaissance récente de l’exécutif qui avec Covid vient de comprendre que les gens qui partent de chez eux à 7h du matin n’allaient pas à la plage mais vont bosser.
        En même temps, comme dirait l’autre, le mot travail pour un fonctionnaire est plus un concept qu’une réalité.

        • Un papier là-dessus ? Possible, je ne sais plus, comme c’est maladie, cela doit être vieux. C’est vrai qu’il est difficile de lire les chiffres, chacun peut les prendre comme il veut. Tant qu’on mélangera les 3 branches, il faut déjà savoir de quel déficit on parle. Les entrées et les sorties ? Il y en a tellement (cotisation, CSG, quelle CSG,…) qu’on peut en oublier. Les arrêts maladie ? “Tiens, je n’ai pas pris mes congés maladie cette année, il faut que je m’en occupe”. La situation actuelle de l’activité médicale, qui n’est pas en baisse mais une chute vertigineuse, montre pour moi une chose. Au delà des maladies réelles dont certaines sont malheureusement négligées aujourd’hui, la majorité de l’activité semble être des petits bobos, des inconforts qui passent tout seuls, mais pour lesquels on va consulter pour s’arrêter. Comme ils sont tous en arrêts, tout d’un coup ces pathologies ne nécessitent plus de consultations ! On est bien loin de la souffrance au travail, qui existe, qui est souvent suggérée, et qui doit se traiter sans regarder des chiffres.

          • Ne sois pas comme ça ! Il y en a quand même qui sont très bien. Moi-même je tape à longueur de journée sur les énarques (c’est sans doute devenu psy), j’ai travaillé étroitement pendant 20 ans avec un directeur énarque, je ne l’aurais changé pour rien au monde. S’il n’y avait pas un Raoult, il faudrait l’inventer, même sans Plaquénil.

  12. Tous les traitements contre le Covid 19 sont thrombopéniants …
    Merci Monsieur Maudrux.

  13. gerard, la difference de mortalité entre les medecins et les autres, vient aussi du fait que nous avons la chance d’etre testés meme si nous n avons pas de comorbidités et que nous ne sommes pas malades, puisque les soignants sont testables et testés…..
    ce qui peut aussi expliquer les resultats du pr raoult qui dans ses echantillons n a que des patients qui sont venus en forme le voir , et il exclue, de fait, la geriatrie et les personnes agees dependantes qui sont quand meme l essentiel de la mortalité…donc pour les toubibs comme pour raoult, biais de selection

    • Casta,
      Je ne suis pas médecin mais votre commentaire sur la différence de mortalité entre les médecins et les autres m’a “interpellé”
      Mettons effectivement de côté le ratio décès par rapport aux nombres de personnes testées positives car le pourcentage de personnes testées est très différent dans la population générale par rapport aux professions de santé.
      Mais il y a “à la grosse hache” environ 320 médecins exercant en France
      pour 100000 habitants.
      Avec plus de 20000 morts COVID “il devrait donc y avoir” 64 victimes chez les medecins. Cela fait quand même un rapport 4 ce qui est déjà conséquent sans compter que les médecns sont une population qui me semble plus exposée que la moyenne des gens.
      Cordialement

  14. On assiste à une véritable forfaiture politique.

    Voici un des éléments opposables, à ceux qui dirigent un pays qui se prétend « phare » en Europe.

    Je me suis livré à un calcul à partir des données fournies par Santé Publique France.
    A la date du 15 avril 2020 :

    On comptabilisait en Allemagne, pays où l’on compte en Europe le moins de malades décédés du Covid-19 : 3495 décès
    Cela pour une population de 83,1 millions d’habitants.
    Soit un nombre de décès par millions habitants = 42,06.

    En France à la même date : 15729 décès pour une population de 67 millions d’habitants.
    Soit un nombre de décès par million d’habitants = 234,76.
    C’est à dire 5,58 fois plus qu’en Allemagne, à proportion de population égale.

    Si l’on se rapporte à l’indice allemand et donc si nous avions appliquer les mêmes mesures de prévention et de soins qu’en Allemagne
    nous n’aurions à déplorer que 2819 décès !!

    15729 – 2819 = 12910 13000 décès de trop.

    Cela fait réfléchir

    Dr. Jean-Louis SIMENEL 76000 ROUEN

    Médecin en retraite (merci pour la bonne gestion de la CARMF) Gynécologue-Obstétricien. Ancien président du Collège de Gynécologie de Normandie à l’époque où nous vous avions invité à une de nos Journées Scientifiques au Havre. Confraternellement et cordialement.

    • Coucou Rouen !
      Pardon à ce bon docteur Gérard MAUDRUX, mais je profite de son blog pour dire bonjour à Rouen, ville qui m’a si bien accueillie pour faire mes études de médecine.
      Merci à lui.
      Agnès GOUINGUENET.

    • Bonjour, pourquoi se comparaître toujours aux Allemands…La liste de nombre de décès par million d’habitants dans les pays d’Union Européen au matin du 21 avril.
      Slovaquie…2
      Pologne…10
      Grèce…11
      Croatie…11
      Tchéquie…18
      Finlande…18
      Hongrie…22
      Roumanie…25
      Estonie….32
      Allemagne…58
      Suède…156
      Suisse…165
      Autriche…196
      …et ainsi de suite, les chiffres explosent. Pourquoi sur les plateaux télé ils oublient de citer des pays qui sont au départ de cette liste….la discrimination européen?….

  15. si on ne veut pas vous donner du plaquenil marquer OKIMUS 2c/ 3fois jour 10 jours plus azytromicine-

  16. Depuis quelques semaines, je ne m’exprime plus sur ton blog pour donner mon avis sur « ces gens là » qui nous gouvernent redoutant que la privation de liberté de circulation ne se double d’une privation de liberté d’expression car la démocratie française est devenue une « démocrature » et ne pratiquant pas la langue de bois, je crains que l’expression de ma pensée ne me conduise devant les tribunaux…

    Aussi je ne vais pas disserter sur les : Sibeth ou Si bêt (je ne me souviens plus de l’orthographe), ni sur les Castaner, Bélloubet, Véran, ou Salomon que certains appellent « Croque -Mort » et d’autres « Pinocchio », pas plus sur leur chef d’équipe ni sur leur patron Mr le Président Micron (pardon ! c’est une coquille).

    Non je ne dirai rien de plus si ce n’est de rappeler l’origine de cette équipe issue pour la plupart du « hollandisme », alors pourquoi s’étonner de leur amateurisme et de leur incompétence à gérer cette crise sanitaire qui inéluctablement va se transformer en une crise économique sévère qu’il faudra payer, nous et les générations futures.

    Crise sanitaire mal gérée, crise économique conséquente, c’est certain….., mais aussi crise socio-politique car cette gestion calamiteuse fait le nid des extrêmes qui préparent dans l’ombre leur terrain de chasse. Les mouvements d’extrême gauche internationaux s’organisent et attendent le moment propice pour profiter du désordre social à venir. Les prochaines élections pourraient bien voir l’inattendu se produire : c.a.d l’élection de Mme Le Pen au 1er tour, résultat de l’exaspération des Français estimant n’avoir plus rien à perdre et là, le front républicain qui lui faisait barrage jusqu’alors ne pourra pas s’exercer. Alors le remède serait encore pire que le mal, mais ce sera le résultat du vide politique que nos partis de droite comme de gauche ont laissé en France ces dernières années.

  17. Il faut ajouter la Grèce qui a commandé et reçu 5 tonnes d’hydroxychloroquine d’Inde. La patronne d’Uni-Pharma a fabriqué et fait cadeau de 24 millions de doses.

  18. Didier Raoult insiste:

    Nous mettons en pré-publication le résumé de cet article en anglais et un tableau qui résume l’ensemble de nos données pour que ceci puisse servir éventuellement à des décisions politiques.
    ……
    pour que ceci puisse servir éventuellement à des décisions politiques.
    …..
    https://www.mediterranee-infection.com/early-treatment-of-1061-covid-19-patients-with-hydroxychloroquine-and-azithromycin-marseille-france/

    Le tableau donne les informations techniques sur l’échantillon.

  19. J’avais demande6, suggéré, que la CARMF indemnise au-delà de ses plafonds les médecins qui ont dû s’arrêter à cause du COVID. Je suggérais une indemnisation doublée si arrêt de travail simple et un triplement si hospitalisation. Le débat au sein des administrateurs s’est mal passé, ceux-ci mélangeant la compensation des pertes de chiffre d’affaire avec la prévoyance. Je comprends que la CARMF n’a pas pour mission de compenser la baisse du CA. Par contre, augmenter exceptionnellement les montants accordés en maladie, cela avait un sens. Les administrateurs ne l’ont pas compris.

    • Bonjour. Je ne sais pas de quel débat entre administrateurs vous parlez, il n’y a pas eu de CA depuis le début. On ne peut pas distribuer à tout va, au détriment de l’avenir, même si on souhaiterait faire plus. En ce qui concerne les IJ, elles ont été portées du 90e jour au premier jour.Ensuite 120€ de CPAM + 60 à 130€ (selon revenu) + complémentaires santé, les malades touchent autant ou plus que les actifs dont l’activité a chuté de 50% et plus. On a suspendu les cotisations 2 mois, cela sera sans doute 3, soit baisse des charges. Malgré ce manque de recettes, on assume le versement des retraites, et il ne faudrait pas avoir à piocher dans les réserves aujourd’hui vu la baisse. Par ailleurs il n’est pas possible légalement et pas normal de moduler les IJ en fonction de la pathologie : pourquoi le Covid, dont 99,5% vont bien, toucherait plus qu’un cancer qui ne verra pas sa retraite ? Nous faisons ce que nous pouvons, et faisons beaucoup, en préservant aussi l’avenir, qui est notre première mission. Ensuite, tous les cas difficiles et particuliers sont traités dans les commissions.90% des administrateurs sont actifs et sauront trouver un juste milieu, comme ils l’ont toujours fait. Certains syndicats demandent de piocher dans les réserves pour distribuer, ils mélangent les comptes ce qui est illégal, et c’est une fausse bonne idée, car cela diminuera votre retraite demain.Nous, nous gérons, nous donnons plus sans mettre en péril les retraites et autres prestations de demain.

  20. Bonjour à tous;
    Si vous avez un problème et si comptez sur les politiques pour le résoudre vous avez deux problèmes, on ne résous pas un probléme avec ceux qui les ont crées…
    Bien à vous tous Dominique boulanger à la retraite
    Seul une révolution pourras venir à bout des problèmes de Ecole National des Ânes, c’est du bon sens qu’il nous faut.

  21. Dans votre liste de pays administrant l’Hydroxychloroquine, il faut rajouter la Russie dont le niveau scientifique a fait largement ses preuves (traitement contre le virus EBOLA).

  22. À propos de stat
    Quand on parle de 40 000 morts aux États Unis,les chiffres paraissent énormes
    Mais ramenés à la population française cela ferait 40 000:5= 8000 ( les américains sont à peu près 5 fois plus nombreux que nous
    Quelqu’un pourrait il m’éclaircir

    • Rien à éclaircir, vous avez parfaitement raison, il faut toujours ramener à la population pour comparer correctement. C’est ce que je fais quand je parle d’un rapport de 1 à 100 ou de 1 à 400 dans mon tour du monde, c’est ramené à population égale. Le problème aux Etats Unis, c’est que cela semble aller plus vite. 2 causes. Il semble que comme en Chine qu’ils critiquent, ils n’ont pas vu de suite les premiers foyers. Ensuite ils l’ont pris à la légère au début laissant se développer.

  23. Elle est trop bonne. Ne vous attachez pas au guignol qui présente, c’est très court, un délice.30 secondes.
    /wp-content/uploads/2020/04/81fa7499-f80c-4494-92c5-eba222febdc9.mp4

    • Eric Caumes disait la même chose. Les virus circulent moins en été parce que l’on aère plus. Je me demande si les températures anormalement clémentes en janvier n’auraient retardé le déclenchement de l’épidémie.

  24. Postulat
    Le politique,lui, SAIT
    Le médecin, le scientifique, eux, doutent et TRAVAILLENT
    C’est cette nuance qui fait la différence
    Pour les Guignols politiques: attention vous allez finir par manquer de professeurs en médecine chargés de diffuser la bonne parole sur les ondes et les journaux aux ordres
    Au passage qu’est ce qui donne une légitimité au politique de nous pourrir la vie …..
    Les urnes funéraires ?

  25. On n’avait pas le droit de vacciner sous Bachelot. On n’a pas le droit au Plaquenil sous Macron. Rien ne change et c’est désespérant. Une thèse serait que l’efficacité Allemande face au Covid-19 serait la bonne organisation et le recours aux soins primaires plutôt qu’hospitalier.

    • Bravo! Mon père était médecin et mort il y a deux ans.. et je lis votre blog. Comment accepter de ne pas avoir de choix de traitement pour cette maladie? Nous avons et c est heureux toujours eu le choix d un traitement en fonction de ses effets secondaires : opération ou non d une tumeur, traitement par chimiothérapie radiothérapie ou ablation … traiter ou non son hyper cholesterol…idem pour des crises convulsives etc ….. et la sur une maladie mortelle qui vous ramasse en quelques semaines nos médecins généralistes ne peuvent pas nous proposer un médicament qu ils auraient pu nous prescrire il y a qq mois!? En plus avec comme vous le soulignez une “inégalité “ de choix de traitement en fonction d ou et se qui vous soigne….. Moi je dis vraiment que mon médecin de famille est celui qui nous connais très bien et qu une maladie ca se traite dès le début sans la laisser s’ installer. J espère que les médecins libéraux vont lutter pour exercer leur métier et nous prescrire ce qui aujourd’hui en fonction des risques (travailler avec un risque zéro n est pas hélas à l ordre du jour avec ce virus!!!) leur permettre une égalité dans le choix des traitements.

  26. Je ne comprends pas que le gouvernement ne sache pas réquisitionner, sinon de voir que nous sommes dirigés par des guignols. A quand une responsabilité pénale des énarques, comme celle auquelle sont exposés les Medecins et les chirurgiens pour la moindre peccadille. Il faut un gouvernement provisoire pour remplacer ces Albert Lebrun et son général Gamelin. De Gaulle revient !

  27. Point télé de ce dimanche par Philippe et Véran, chez pas vous mais moi j’ai lâché à : “il faut des masques aux français qui travaillent au contact d’autres français ” ou encore : “des tests massifs, 100 mille/semaine”.
    Bonne nuit les petits… https://www.youtube.com/watch?v=ZIzJQ3JWKLY

    • Le titre est trompeur, pour ne pas dire mensonger. Gilead n’a rien gagné, du moins, pour l’instant. C’est le cours de son action qui a monté, les acheteurs escomptant, pour les uns, qu’il va monter (prophétie auto-réalisatrice), pour d’autres que l’entreprise va réaliser de gros bénéfices, et d’autres encore comptant gagner sur les deux tableaux.
      Les seuls gagnants, pour l’instant, sont ceux des actionnaires qui avaient acheté des actions avant la hausse et les ont revendues à un cours supérieur à celui de l’achat.

    • Le marché anticipe toujours, et quand on anticipe, parfois on se trompe. Gilead gagnera si elle vend son produit, sinon c’est neutre. Par contre les acheteurs d’actions, il y en a qui gagneront, d’autres qui perdront.La malchance du Plaquénil, c’est qu’il ne rapporte rien, étant tombé dans le domaine public. Maintenant, dire que c’est ce qui guide des choix, je n’irai pas jusque là, même si je trouve la position de Mme Lacombe inacceptable sur le plan éthique, elle aurait dû se retirer (en plus comment peut-on être expert, chercheur, salarié, fonctionnaire et toucher de labos privés pour des études et avis ?).

  28. Personne ne s’est donné la peine de faire quelques statistiques sur les données hospitalières fournie par le gvt.
    Ainsi, au 16/04, on observe une mortalité covid 2 à 3 fois moins élevée dans les Bouches du Rhône que dans les autres département (> à 1500 hospitalisation covid)
    Bouches-du-Rhône 8,7 %; 
    Essonne 14,2 %;  
    Rhône 14,9 %; 
    Hauts-de-Seine 16,1 %
    Seine-et-Marne 16,2 %
    Yvelines 16,3 %
    Bas-Rhin 17,7 %
    Nord 18,2 %
    Val-de-Marne 18,6 %
    Paris 18,9 %
    Val-d’Oise 19,3 %
    Seine-Saint-Denis 20,6 %
    Haut-Rhin 25,6 % 
    Moselle 26%
    source:https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/donnees-hospitalieres-relatives-a-lepidemie-de-covid-19/
    https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees

  29. Vous me semblez aussi compétent sur le sujet que vous l’êtes à propos du réchauffement climatique… c’est-à-dire que vous n’avez en fait aucune légitimité pour discuter de ces sujets, c’est comme si moi qui suis physicien (fluides) je me permettais de critiquer le travail d’un spécialiste des solides…

    • 35 ans d’exercice donnent une petite légitimité pour émettre un avis (bon ou mauvais) d’ordre médical. 25 ans de défense de la médecine libérale dans différentes instances et au plus haut niveau, donnent une petite légitimité pour émettre une opinion sur le comportement constant des autorités à l’égard des libéraux. Faire une synthèse d’articles et relater ce que me disent et font les confrères ne nécessite aucune compétence particulière. Enfin mon blog n’est pas une publication scientifique, j’en conviens.

      • Un avis n’est qu’un avis, le votre ne vaut pas plus que celui que j’aurais pu émettre mais étant totalement incompétent en la matière je m’abstiens. par contre je connais la méthodologie à employer et force est de constater que les études de Raoult sont bourrées de biais.

        • Sauf que là on ne parle pas d étude scientifique en Physique ou autre !! On parle de soigner des patients !!.. vous savez des gens avec des familles une vie !Le constat est simple: le patient ne fait pas de complications .. ou le patient fait des complications .. c est binaire ..c est la vie : il vit ou il meurt !! Signé : un patient pas un rat de labo !

          • Non Emma
            Revoyez vos cours de médecine et vous y réviserez les notions de base des méthodologies qui font de la médecine une science et non pas une discours irrationnel

        • ah bon quand vous avez 94°/° de gens guéris en début de symptômes et tests sur des milliers de gens par jour c’est biaisé, quel argument nullissime Raoult et Montagner et d’autres ont raison ;le scandale sanitaire mondial et actuel ,et il est français,les Labos et leurs sbires veillent sur nous, dans les médias ils annoncent les même sornettes mensonf-geres,seriez vous juste jaloux ou incompétent!

          • 98% des contaminés guérissent spontanément… Je passe sur le reste qui n’est que la démonstration de Dunning/Kruger n’a pas fini de frapper

          • Cher M.Robert (physicien des fluides) 98% des contaminés guérissent spontanément peut-être, mais sachez qu’aujourd’hui 20 Avril 2020, 25% des hospitalisés en France sortis de l’hôpital pour Covid19 l’on fait dans un cercueil… Deux régions à ce jour font mieux que toutes les autres avec “seulement” 15% : ce sont les régions PACA et Occitanie. L’intérêt de soigner tôt avec autre chose que du Doliprane, avant d’entrer à l’hôpital c’est de diminuer le nombre de ces patients en grand danger, en utilisant la médecine de ville, et ainsi diminuer la surcharge de certaines régions qui ont une mortalité hospitalière qui atteint ce même jour 29% en Grand Est et 27% en IDF et 29% pour Paris. Compte tenu de toutes ces divergences je ne suis pas sûr que toutes les régions de France puissent faire valoir 98% de guérison comme vous l’affirmez. Tout ces chiffres n’incluent évidemment pas les EHPAD où le gouvernement ne compte actuellement que les contaminés et les morts, car dans certains EHPAD on compte actuellement 50% de décès. Alors revoyez un peu vos cours de statistiques, avant de donner votre opinion sur un domaine que visiblement vous maîtrisez fort mal.

    • Si l on ne devait accorder le droit de s exprimer qu aux experts ou prétendus l etre, nous serions bien ennuyé, aujourd hui il ne fait aucun doute que le conseil scientifique à bien des égards est utilisé pour cautionné une politique parfois bien défaillante, quand un gouvernement ment sur l utilité de tel ou tel chose en s appuyant sur des scientifiques avac autant d aplomb, on peut se croire largement autorisé à commenter… et pour bien des sujets, un peu de bon sens suffit…

      • Avez vous la preuve que le traitement recommandé par Raoult aurait marché sur ces personnes ? Vous devriez d’abord regarder leur état de santé avant de parler…A ce propos j’ai perdu un proche à cause de l’intubation, il semblerait que le COVID rende les bronches plus rigides que les pathologies habituelles.

        • et oui 4 amis et médecins sont allés a Marseilles faire la queue et se faire tester et sont sortis guéris de l’Hosto, au bout de 4 jours,point.Oxygener le sang vous savez ce que ca fait le Plaquenil sur le sang, il le dope et les antibiotiques ca marche!

    • C’est bien ça le problème de notre éducation. Un physicien des fluides pas capable de jauger la physique des solides. Ca craint! Heureusement Dr. Maudrux n’est pas dans cette terrifiante abdication du savoir, cette disparition de la culture générale scientifique. Si physicien vous êtes, devez savoir que le grand Schrödinger avait écrit sa thèse de physique… en latin, qu’Enstein avait un avis sur tout et que, à la question “qu’est-ce qui fait un bon stratège” de Gaulle répondait “la culture générale”. Faut-il aussi rappeler que Pasteur était chimiste et que les médecins de son époque hurlaient au ‘non spécialiste’?

      • Bah oui car ce n’est pas mon domaine de compétences même si n’en connais les bases. Une question, si vous deviez être opéré du cerveau demanderiez vous au docteur Maudrux de vous opérer ? D’ailleurs je suis certain qu’il refuserfait…

        • Bien sûr que je refuserais, mais si c’est dans un endroit où il n’y a personne, je saurais le faire. Avant de faire urologie, j’ai fait 5 ans de différents services de chirurgie en changeant tous les 6 mois (ce n’est malheureusement plus la formation actuelle). Désolé pour tous ces mails.

        • Merci Robert de rappeler aux médecins leur réelles lacunes en méthodes scientifiques mais rassurez vous,les meilleures revues médicales le font et c’est pourquoi de vraies études sont actuellement en cours pour répondre scientifiquement à la question. L’excuse légitime du Pr Roult vient du délai nécessaire pour avoir des réponses fiables alors que les malades sont en train de mourir…
          On peut agir par conviction argumentée dans cette circonstance exceptionnelle si on est un expert ,en reconnaissant l’absence de preuve scientifique pour l’instant ,et en expliquant au patient les incertitudes

  30. Comme je l ai déjà souligné, si la chloroquine est interdite c est que les lobys pharmaceutiques qui dépensent chaque année des sommes colossales pour acheter les responsables sanitaires dont beaucoup du corp médical sont à l oeuvre, c est le cancer de la société francaise….

  31. De l’inutilité des petites séries et comment manipuler les chiffres :
    https://www.cnews.fr/france/2020-04-19/une-nouvelle-etude-francaise-pointe-linefficacite-de-lhydroxychloroquine-948146
    1) 20 et 22% sur presque 100, cela fait 2 patients qui ont échappé à la réa. Inutile pour eux ?
    2) 8 ont arrêté le traitement. S’ils sont traités après 48H, ils n’ont pas dû en prendre plus de 2-3 jours. Il faut les basculer dans la seconde série, non traités, et là on peut tomber à 15-18 d’un côté et 24-28 de l’autre, donc efficace !
    J’aurais pu rédiger cet article en disant le contraire, avec les mêmes chiffres.
    3 ) Traités 1 ou 2 jours après hospitalisation, c’est 8-10 jours trop tard.Toujours même problème, on fausse les indications pour fausser les résultats.
    4 ) Chloro seule. Le problème c’est le poumon.

    Etude biaisée.Inutilité de cette étude. Désinformation, pas forcément volontaire.

    • Ils ont fait l’étude sur des gens hospitalisés et en pneumopathie, c’est à dire tout le contraire de ce sui est préconisé par le Pr Raoult. qui a dit qu’à ce stade son traitement ne sert plus à rien et est limite dangereux.
      C’est en gros mettre de l’essence dans un diésel, le résultat va pas être terrible.logiquement tu le sais d’avance.
      Maintenant je pense que là où Raoult a fait fausse route c’est que la bête de guerre c’est l’antibiotique et la chloro en appoint mais on ne peut rien lui reprocher il s’est battu pour soigner les gens pas comme tous les donneurs de leçons des plateaux Tv.

    • Visite de Macron au Pr Raoult : une grosse mascarade ! Son message “Raoult un grand scientifique “ .. pour endormir tout le monde !! Un autre essai sur des médecins avec le traitement lancé mi Avril . résultat dans 70 jours !! .. mais le vaccin sera là pour nous sauver en Juillet !!! Pendant ce temps là en Allemagne …

  32. Il semble que l’Italie a autorisé le protocole Raoult depuis la première semaine d’avril après une semaine de teste dans le Latium fin mars.
    Résultat hospitalisations qui baissent et accès en réanimation qui baissent aussi. En ce moment ils sont aux alentours de 400 morts par jour alors qu’ils étaient monté à 1200 aux pires moments.
    Sinon comment se fait-il que les contaminations augmentent alors que le confinement est là pour les réduire ? Se pourrait-il que des épidémiologistes comme John Ioannidis aient raison et le confinement ne sert à rien ? On montre les chiffres suédois comme un épouvantail alors que le nombre de morts par 1000 habitants est inférieur au nôtre. Certes la courbes des décès augmente mais peut être que ça vient de la prise en charge à côté.

    • N’oubliez pas que le gouvernement est préparé, c’est carré, réglé comme un coucou suisse, nous avons des masques, des sur-blouses, des gants, du gel hydro, des lits de réa, des tests, des avions, des hélicoptères, des trains, des sous-marins, un porte-avions, rien ne manque, tout a été prévu et planifié.
      Alors la phase déconfinement et le volet économique, ça va le faire. Le Maire le dit, Darmanin rajoute que comme la France était bien gérée l’état pouvait dépenser sans compter, Macron lui on ne sait plus ce qu’il dit mais plus personne ne l’écoute.
      Relax, tout est sous contrôle !