27

Covid : le tour du monde : corrections

J’ai pour habitude de toujours me remettre en question, rien n’est acquis, rien n’est certain. Dans le billet précédent, fort de chiffres indiscutables, j’ai évoqué une hypothèse ethnique à la sensibilité au Covid. Je n’ai pas eu de critiques, sinon une info concernant les Afro-américains. Je disais que l’évolution de la pandémie pouvait me contredire, en fait c’est moi qui le ferai, comme quoi de bons chiffres, orientant vers une hypothèse évidente, peuvent conduire à une mauvaise interprétation.

Le facteur ethnique est très dépendant de la répartition géographique. J’évoquais certaines exceptions infirmant mon hypothèse, comme le Mali ou l’Afrique du Sud, assez touchés. Or on peut émettre une autre hypothèse qui est liée au même facteur géographique, et qui matche mieux avec Mali et Afrique du Sud que le facteur ethnique.

Cette hypothèse va heurter certains opposants à un certain traitement. Ci-dessous 2 tableaux : répartition géographique du palu et du Covid. Ces cartes se superposent en inversant. Les pays où le paludisme sévit durement ont en général une forte protection médicamenteuse, probablement plus ou moins importante selon la richesse du pays, mais l’OMS y remédie ?

On constate, que ce qui me chagrinait dans mon hypothèse ethnique, que Mali et Afrique du Sud, ne sont pas des zones palu, donc sans protection, et ont une sensibilité au Covid plus importante, tout comme l’Afrique du Nord (cf étude de  l’Université Johns-Hopkins billet précédent). Regardez aussi cette grande île très exposée au palu, juste au-dessus de l’Australie. C’est la Papouasie-Nouvelle-Guinée . Elle n’est pas dans le tableau de l’Université Johns-Hopkins. Alors j’ai cherché sur le net : 7 cas, zéro décès au 17 avril ! Regardez également l’inversion des couleurs sur la péninsule arabique, amusant.

Alors ethnique ? Protection du paludisme par chloroquine ?  Les deux ? Autre ? Je ne peux vous répondre, seule une étude fine associant taux de contamination dans le pays, taux de protection contre le palu, et taux de traitements préventifs contre le palu chez les contaminés peut le dire de manière formelle. Il doit bien y avoir une raison pour qu’il y ait un tel rapport, de 1 à 100 et plus, d’une région à l’autre. Ce n’est pas la manière dont est traité le Covid, c’est autre chose.

Signalons au passage que Cochin signale une incidence moindre du Covid chez les mucoviscidoses sous Chloroquine, même remarque pour une association de lupiques de 4 000 membres.

Covid

En complément du 19/04, ci-dessous 2 tableaux fournis par A.LORENZO, montrant l’influence du climat sur la mortalité. Un tableau monde, un tableau états des USA. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. (Mis en pdf pour meilleure visibilité : /wp-content/uploads/2020/04/Effet-de-la-température-sur-la-mortalité-Covid.pdf )

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

27 commentaires

  1. Bonjour,
    pouvez citer vos sources pour “même remarque pour une association de lupiques de 4 000 membres”? merci

    • C’est un confrère qui a fait le tour de la question et qui est en train de monter une étude randomisée préventive, avec fonds européens. Ce serait une info d’un membre, pas une étude ou publication. Pour ce qui est du préventif, je ne suis pas favorable : le problème aujourd’hui, c’est le traitement, pas le préventif, et ensuite bouffer en permanence de la chloro au cas où une nouvelle épidémie apparaîtrait, très peu pour moi.

  2. Pr. Perronne : “La France est en train de dérailler. En Allemagne les médecins sont libres. En France tout est fliqué. C’est infernal,j’ai l’impression de vivre sous une dictature.Tous ces médecins administratifs qui n’ont pas un vu un malade depuis 20 ans nous font la leçon.

  3. Je remarque que Hong Kong, Macao, Singapour et le Vietnam sont en zone palu.
    Ça élucide le mystère du Vietnam qui avait maîtrisé l’épidémie juste avec les gestes barrières, ce qui semblait aberrant. Mais puisque le pays est en zone palu ils doivent prendre de la chloroquine.

    • Je croyais qu’en zone palu, les gens ne prenaient pas de médicaments car ils étaient immunisés

  4. Bonjour Docteur,
    Je souhaite partager avec vous une brève analyse que j’ai effectuée à partir de données internationales récentes. Cette analyse suggére que la montée des températures attendues dans les prochains mois devrait réduire considérablement la gravité de l’infection Covid 19 dans les pays de l’hémisphère nord.
    J’ai synthétisé mes éléments de reflexion dans 2 tableaux que je ne peux malheureusement pas insérer dans ce message. Les données épidémiologiques utilisées sont tirées des sites mediterranee-infection.com et coronavirus.app au 17 avril 2020. Y a-t-il un moyen que je vous fasse parvenir ces 2 tableaux par mail, faute de quoi vous ne pourrez visualiser les tendances auxquelles je fais allusion ?

    Dans le premier tableau, on constate que la totalité des pays à haute infection et haute mortalité se trouve dans l’hémisphère nord, pendant la saison froide.
    Les pays de l’hémisphère sud en revanche, ainsi que ceux dans les zones proches de l’équateur ont une circulation du virus et une mortalité beaucoup plus faibles. Dans ce 2ème groupe des pays chauds, j’ai délibérément omis de montrer les pays les plus pauvres parce que l’on ne peut se fier à leur capacité de détection de l’épidémie, même si ces pays reportent également des chiffres très bas.

    Dans le 2ème tableau, je me suis concentré sur le territoire américain. Là encore, les chiffres montrent clairement une mortalité beaucoup plus forte dans les états du nord. J’ai délibérément omis les états à prédominance rurale (au nord comme au sud) car l’infection s’y est évidemment beaucoup moins propagée, à la fois pour des raisons naturelles de distanciation et de faible exposition aux visiteurs internationaux.
    Le cas de la Floride est particulièrement intéressant car les mesures de confinement ont été prises extrêmement tardivement (le 3 avril), après que de très nombreux américains du nord se soient rués sur les plages à la mi-mars pendant les vacances de spring break. Malgré ces élément aggravants, la Floride affiche une incidence faible de l’épidémie.
    De la même façon, on peut noter les chiffres très modérés de Californie, état pourtant ouvert sur le reste du monde et en particulier vers l’Asie: 20% de la population de cet état est d’origine asiatique, vs. 6% pour la moyenne des Etats Unis.

    Le seul contre-exemple dans le groupe sud est la Louisiane qui montre un taux d’infection et de mortalité élevés, mais cet état présente une sur-représentation très significative de population afro-américaine (32%) ayant une occurence très élevée d’obésité (43,5%).

    Ces chiffres restent assez sommaires, mais je pense qu’ils indiquent néanmoins une forte présomption que la température élevée joue un rôle modérateur dans la mortalité du Covid 19. Si cette analyse se confirme, cette conclusion pourrait permettre un processus de déconfinement de nos pays européens beaucoup plus serein.

    • Il me semble plus pertinent de corréler avec une autre caractéristique que la température, à savoir l’ensoleillement. Ne serait-ce pas les UV qui, en durée plus longue en été, font disparaitre le Covid? Afrique du Sud, Australie, Nouvelle Zélande et Argentine rentrent manifestement dans ce cas. On verra si leurs nombres de cas augmentent à partir de mai. Quant à l’hémisphère nord, à pays chauds (Espagne) ou froid (Norvège, Islande) ils devrait voir une quasi disparition du virus

    • C’est d’autant plus convaincant que c’est aussi le cas de la grippe
      Mais Canada et Scandinavie peu touchés (densité de population ?)

  5. Cela fait du bien de lire des articles de gens cortiques….et indépendants …qui expliquent la réalité et mettent en évidence la nullité et les mensonges de toute la sorte macroniste…. politiques administration pseudos experts …

  6. Comme précédemment suggéré, Covid est de toute évidence moins actif sous le Tropique du Cancer (23°).
    Bien malin à ce stade qui peux expliquer les disparités entre pays, votre piste est intéressante mais légitimement empreint au doute.
    Ce que je remarque, c’est la particularité française qui consiste à vouloir dramatiser l’impact du Covid en Afrique, les médias font le forcing depuis quelques heures pour bien dire que l’Afrique va connaître une explosion de la pandémie, ceci en dépit du réel.
    L’autre observation est l’absence de cartes claires et détaillées de la répartition par pays et à l’intérieur d’eux.
    Le constat, navrant et sans surprise, est la gestion parisienne de ce virus, certaines régions, et un nombre incalculable de petits villages et villes moyennes ne sont pas ou très peux touchés, mais le confinement est sans distinction. Les fractures françaises, si besoin était, sont révélées avec Covid.

    • Beaucoup moins de cas et une létalité moins forte dans les régions de l’ouest de la France. La meilleure qualité de l’air n’y est sans doute pas étrangère. Aujourd’hui en Nouvelle Aquitaine la majorité des nouveaux cas sont en EHPAD et hôpitaux. Les hôpitaux ont été transformé en foyer d’infection par la gestion de l’épidémie via le confinement. Pour les EHPAD, il semblerait que le virus soit rentré avec les chaussures du personnel dans de nombreux établissement d’après les dernières informations ( j’ai jamais compris pourquoi on n’avait pas installé des pédiluves à l’entrée pour le personnel)
      Ce qui voudrait dire que dans les régions de l’ouest on trouve plus de cas peu symptomatiques ou asymptomatiques et moins de cas sévères.

      • Hum, la qualité de l’air ? je ne pense pas que cette thèse tienne à l’analyse.
        Pour les EHPAD je ne sais pas si un pédiluve aurait changé les choses mais pourquoi pas, ce que j’en retiens c’est surtout l’absence totale de réaction.
        Alors que tout devenait clair, que le virus a une plus grande transmissibilité que la grippe (qui elle aussi fait les mêmes dégâts chez les personnes âgées présentant des comorbidités), que les EHPAD elles mêmes disaient redouter le pire, rien n’a été anticipé, sauf quelques établissements, rares, qui ont eu le flair et surtout une bonne connaissance des règles d’hygiène.
        Les règles d’hygiène font partie d’un processus complexe, l’équipement est presque accessoire, c’est la cinétique qui est associé à l’hygiène qui fait la différence.
        Je faisais mes courses en grande surface en début de semaine, la moitié des gens portaient des masques et aussi des gants, il y avait de quoi faire un film :
        – je me gratte la tête, je baisse mon masque et je me gratte le nez
        – je me frotte les yeux
        – je téléphone avec les gants ou je baisse le masque
        – je fouille dans mon sac avec les gants
        – je passe le téléphone à mon époux(se)
        – j’ai le masque qui couvre la gorge mais plus le nez voire sur la tête !
        – j’enlève et remet mes gants
        – en couple (des dizaines de cas !) madame a masque et gants, monsieur rien
        etc, etc, etc…
        Ceci dit, les EHPAD sont des lieux de confinement par nature, c’est un milieu que je connais très bien, j’avais une clientèle conséquente dans cette activité, et pourtant on s’aperçoit que cet isolement ne protège pas des infestations.
        Le lien italien que je met va dans votre sens, à savoir une médecine de ville, de proximité, l’implication totale des généralistes, nul besoin de tracking, de flicage, de différentiation de confinement, de confinement massif, de généralisation du port du masque. Cette approche aurait limité les décès, rendu ses lettres de noblesses à la médecine, évité la ruine d’un pays.

      • La qualité de l’air en Bretagne est tout à fait moyenne, car l’épandage des engrais disperse les particules fines à foison, et ” le bon bol d’air ” breton est aussi à l’origine de certains AVC…

        • Que mettre derrière “qualité de l’air” ? Pouvez vous citer une source, une seule qui ne soit pas basée sur des modélisations et ne soit pas truffée de conditionnel au sujet des PF ?
          Ce seul article du Mond, il y en des milliers beaucoup plus évasifs : https://www.lemonde.fr/planete/article/2013/03/06/particules-fines-vraiment-42-000-morts-par-an-en-france_1842963_3244.html
          Moi, ce que je remarque, c’est que l’espérance de vie a jamais été aussi élevée dans le monde et que le seul recul perceptible est imputable à une paupérisation des classes ouvrières et moyennes, notamment aux USA (opiacés).

          • Pour vous mettre tous d’accord sur ces histoires de pollution, regardez la carte de France sur Pandémie de Covid-19 en France (Wiki). Concernant la contamination / 100 000 hab, juste derrière l’Est, c’est la Corse ! L’air y serait-il aussi pollué qu’avec les industries au bord du Rhin ? Je dis ça comme ça.

      • Vu, merci à vous et LORENZO, mais ce que je recherche et qui pour l’instant ne semble pas accessible, c’est un tableau plus resserré, par région et par ville.
        Abstraction faite de la véracité des chiffres, il apparaît clairement (le calcul est facile à faire) que les USA dont les médias se complaisent à dire que le Covid est une apocalypse, est le pays qui à la mortalité la plus basse…

  7. Voilà le lien sur une intéressante étude comparative brésilienne sur HCQ+AZI signalée par un tweet de Didier Raoult
    https://t.co/j6XIANLKHz?amp=1

    412 patients traités, et 224 refus de traitements (groupe de contrôle)
    Importante réduction du besoin d’hospitalisation d’autant plus forte que le patient est traité plus tôt…
    Dose maxi d’HCQ (800mg/1J puis 400mg) un peu plus forte que celle de l’IHU…
    Voici ce qu’il aurait fallu faire en France depuis le temps qu’on en discute…