89

Covid-19 : le troisième scandale de l’hydroxychloroquine.

 Le décret réglementant sa prescription annoncé depuis près d’une semaine vient de paraître (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=DFB679D8DF43FC756CD6CDB0C00449CD.tplgfr30s_3?cidTexte=JORFTEXT000041755775&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000041755510) de telle manière que certains croient que le Plaquénil est enfin autorisé. Ce n’est pas comme cela qu’il faut voir les choses, ce n’est pas une victoire, mais une demi-victoire (moins que cela d’ailleurs), le gouvernement n’ayant mangé que la moitié de son chapeau. Raoult a gagné, il les a fait plier pour SON utilisation, mais l’immense majorité des français n’a rien gagné, n’y ayant toujours pas accès. Encore une fois, seuls quelques privilégiés pourront en bénéficier : une partie de ceux qui habitent près de Marseille, ceux qui sont proches d’hospitaliers, des élus et les as du système D relationnel pour sortir des comprimés de l’hôpital (facile, je prescris 4/jour à machin, j’en garde 2 pour toi, tenter de sauver des vies n’est pas une faute).

Rappel de l’affaire : les autorités refusent de tester le Plaquénil, qui n’est pas dans la mouture initiale de l’expérimentation Discovery. Sous la pression de la population, réseaux, blogs, presse, la tension monte grâce au Pr Raoult, les autorités acceptent de tester le Plaquénil, et le premier Ministre annonce qu’il pourra être utilisé, uniquement dans les hôpitaux, et réservé aux formes graves. Raoult claque la porte en disant : « moi je le donne à qui je pense devoir le prescrire, pas qu’aux intubés ». Le gouvernement hésite à le mettre dans l’illégalité, retarde le décret, et enlève la mention « réservé aux formes graves ». Par contre aucune officine n’a le droit de le délivrer pour le Covid sur ordonnance de votre généraliste. Le texte dit : « peut être prescrit, dispensé et administré sous la responsabilité d’un médecin, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que pour la suite du traitement une fois sortis ». Donc prescription réservée aux médecins hospitaliers, pour les hospitalisés. Au passage, autorisé pour les sortants, en principe guéris (!) et la médecine de ville (une fois de plus) est incompétente.

Soyons clairs. 

  1. L’ »étude» de Raoult n’a rien de scientifique, c’est un brouillon sorti à la va-vite, mais il fallait le faire. Il y avait urgence, et face à la situation, il fallait qu’il dise au plus vite : « j’ai peut-être quelque chose ». Certes il y a eu 1 mort après 48 heures, mais il aurait fallu le lui donner 10 jours plus tôt, avant que la maladie ne se développe. Certes cela mérite une étude approfondie, mais EN ATTENDANT, ON FAIT QUOI ? ON LAISSE MOURRIR LES GENS ?
  2. Ce qui est intéressant dans son étude préliminaire, ce n’est pas le décompte des morts ou des vivants, des sortis ou non, c’est la diminution spectaculaire de la charge virale chez certains. Soit ce sont des faits indiscutables, soit Mr Raoult a trafiqué les chiffres. Personnellement je fais plus confiance à ce chercheur spécialisé en recherche virale et mondialement reconnu, qu’en ses détracteurs qui n’ont aucune compétence en virologie.
  3.  La Quinine et ses dérivés ont 70 ans, plus d’1 milliard d’individus dans le monde ont un jour croqué de la Nivaquine, ils ne sont à ma connaissance pas tous morts. Le Plaquénil est une molécule améliorée, qui a moins d’effets secondaires, infiniment moins que ses remplaçants actuels dangereux mais nécessaires devant les résistances du palu (cf Stromae, disparu de la scène musicale à cause du Lariam).
  4. La Nivaquine a des propriétés antivirales connues (et non expliquées) : les médecins retraités qui ont exercé en Afrique nous disent qu’ils y soignaient les grippes avec, et avec succès. 
  5. Tous les jours 150 000 médecins prescrivent des milliers de médicaments qui ont TOUS des effets secondaires. IIs savent faire, ils maîtrisent, c’est leur métier, alors arrêtons de faire passer le Plaquénil pour un danger public, plus dangereux que le mal. C’est une très mauvaise excuse.

Aujourd’hui on n’a rien à proposer, et on a un médicament pas cher, qui peut marcher, pourquoi s’en priver ? Quand un médecin ne fait pas tout ce qu’il faut, on le poursuit et le condamne, même s’il n’y a pas faute, pour « perte de chance ». Nous sommes dans le même cas, on n’aura pas fait tout ce qu’on pouvait faire. Et même si cela marche 10 fois moins bien qu’espéré, c’est toujours des centaines de vies épargnées. Si vous venez me voir avec une infection très grave, possible mortelle, je vous dis qu’on va faire un prélèvement, qu’on va avoir les résultats dans 4 jours. Mais en attendant je ne vous laisse pas mourir, je vous donne un antibiotique sans savoir quel est le germe et s’il va marcher, et on modifiera le traitement si besoin, une fois que l’on aura les résultats. On le fait tous les jours, c’est la même chose ici.

  1. On a raté la prévision en regardant la Chine puis l’Italie, en disant : « cela ne peut pas arriver chez nous (on est meilleurs qu’eux) ». 
  2. On a raté la phase 3 pensant que les élections étaient plus importantes que notre santé. 
  3. On a raté la protection de la population et des soignants avec le scandale des masques qui est inimaginable. 
  4. On a raté la prévention avec les tests. 
  5. On a raté le décompte, tous les chiffres sont faux, les médecins traitants ont vu en 1 semaine plus de 42 000 cas probables, ils ne peuvent pas les tester, et s’ils meurent chez eux, ce n’est certainement pas du Covid ! 
  6. On va rater le traitement. Il y a 10 jours Sanofi a proposé des millions de doses pour 300 000 patients, on a décliné. Il paraît (Cnews ce jour, à vérifier) que ces stocks ont disparu (comme les masques). Sanofi fabrique en Espagne, si l’Espagne interdit l’exportation comme nous, on fait quoi ? On en interdit l’exportation alors qu’on en fabrique pas ! Il y a une usine en France qui en fabriquait, elle est en liquidation. Il y a 15 jours elle aurait dû être réquisitionnée et remise en route, pour être prêts quand on donnera l’autorisation. Non, on s’y mettra après les résultats d’une étude mal conduite (le Plaquénil doit être prescrit dès les premiers symptômes, pour éviter l’aggravation, pas après, l’étude n’est qu’hospitalière), il sera trop tard : 15 jours pour les résultats, 15 jours pour relancer la production, 15 jours pour commencer à avoir une quantité suffisante, cela fait 45 jours et des milliers de morts de plus.

Il y a des gens (sains) qui ne veulent pas du Plaquénil, c’est leur problème, mais QU’ILS N’IMPOSENT PAS LEUR CHOIX AUX AUTRES, À CEUX QUI SONT MALADES. Quant à ce choix, j’aimerai bien que quelqu’un sans Plaquénil les contamine, pour savoir si à ce moment ils préféreront attendre 1 mois les résultats de l’étude imposée par ceux qui ont tout faux depuis le début, ou s’ils veulent un traitement qui peut peut-être empêcher les complications et l’hospitalisation, sans garanties, dans la mesure où ON N’A RIEN D’AUTRE A PROPOSER.

SI DANS LE PIRE DES CAS LE PLAQUÉNIL NE MARCHE PAS, AU MOINS ON AURA ESSAYÉ, ET ON PEUT GARDER LA TETE HAUTE. CE NE SERA PAS UN SCANDALE D’ÉTAT.

SI TOUJOURS DANS LE PIRE DES CAS IL MARCHE, ALORS LES FAMILLES DE MILLIERS DE MORTS SERONT EN DROIT DE DEMANDER DES COMPTES AUX RESPONSABLES QUI N’AURONT PAS TOUT TENTÉ, ET CE SERA UN GIGANTESQUE SCANDALE D’ÉTAT.

Enfin pour terminer, à la lecture du décret, j’invite tous les Français contaminés qui veulent du Plaquénil, en attendant que l’on trouve mieux, de se rendre dans les hôpitaux et demandent à être soignés. Le décret n’interdit pas cette démarche, et le refus peut être assimilé à une non-assistance à personne en danger, tout comme l’attitude actuelle du GOUVERNEMENT, QUI EMPÊCHE LES MÉDECINS TRAITANTS DE SOIGNER, EN RESPONSABLES, EN LEUR ÂME ET CONSCIENCE, EN ACCORD AVEC LEURS PATIENTS, ET EN FONCTION DES DONNÉES DE LA SCIENCE DONT ILS ONT CONNAISSANCE.

CNews du jour : https://www.cnews.fr/emission/2020-03-27/lheure-des-pros-du-27032020-940889 42 éme minute.

27 mars, correction du soir : Dans la journée est sorti un décret complémentaire fermant toutes les portes : prescription autorisée à un collège d'”experts” hospitaliers, uniquement pour les patients sous oxygène. Si l’étude porte sur ces cas, le résultat est connu d’avance : le Plaquénil ne marche pas. Désolant. Criminel.

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

89 commentaires

  1. Comment se fait-il qu’il ne semble pas y avoir de décision de croisement des fichiers de la CPAM entre les 50000 assurés sous hydroxychloroquine pour une maladie chronique et les admissions et prescriptions liées au Covid ? étant donné qu’on peut également par ces mêmes fichiers d’assurés, par leur numéro de sécurité sociale au moins, faire des croisements par âges et sexes, ainsi qu’avec d’autres prescriptions correspondant aux comorbidités aggravant le Covid, ce type de recherche purement informatique par base de données pourrait éclaircir le débat. On pourrait y rajouter le contact des patients pour connaître leur indice de masse corporelle pour affiner encore le résultat.

  2. Bonjour,
    Vous vous interrogez sur le mécanisme d’action antiviral de la chloroquine. Voici un article scientifique récent qui pourrait vous intéresser:
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920301102
    Cet article décrit la mise en évidence, par modélisation moléculaire, d’un mécanisme d’action pouvant expliquer l’effet antiviral de la chloroquine et surtout de l’hydroxychloroquine (encore plus efficace) contre le SARS-Cov-2 et d’autres virus causant des infections respiratoires. Bien entendu ce mécanisme n’exclut pas d’autres possibilités d’action thérapeutique de ces antipaludéens repositionnés en antiviraux.
    Bien à vous.

    • Merci, je vais lire (et traduire). Ce n’est pas sans raison que l’on utilise Chloro et Azithro, en attendant mieux. Ce n’est sans doute pas le remède miracle, mais s’il a des raisons pour améliorer un peu, pourquoi s’en priver.

    • Merci de ces infos. Je ne m’y suis pas mis de suite car un peu hard et en anglais. Et l’Azythro ? Quand je vois des confrères en prescrire beaucoup avec satisfaction, et seul, faute d’hydroxychloroquine, mais ils l’utilisaient déjà avant dans des affections pulmonaires chroniques non infectieuses. De toutes manières complémentaires

      • Bonjour,
        Une personne d’origine Bulgare vivant aux États-Unis était étonnée du débat autour de la chloroquine, il y a de celà un mois. Elle prétend qu’à l’époque communiste il était fréquent que l’on traite la grippe (flu est le terme qu’elle a utilisé) avec cette molécule dans son pays d’origine. Je n’arrive malheureusement pas à retrouver son commentaire.

        • Bonjour. Vous avez parfaitement raison, et il n’y a pas qu’en Bulgarie que depuis fort longtemps certains traitent la grippe avec de la Chloroquine. Comme on dit en France (et en Bulgarie ?), il n’y a pas de fumée sans feu, elle n’a pas été mise au hasard dans certains protocoles.

      • Bonjour,
        Nous avons également analysé le mécanisme antiviral de la combinaison azithromycine/hydroxychloroquine, qui a du sens. L’article est soumis. J’espère pouvoir en dire plus très bientôt.

  3. je sais ça fait beaucoup de réponses; l’expérience du Sénégal me parait
    la plus intéressante.
    je souhaite que les experts français ne ce soit pas trompé
    les réanimateurs font au mieux;il faudrait débuter avant l’intubation ;cela est a expérimenter; ce que propose la CARMF

  4. Quand le gouvernement a annoncé que l’hydroxychloroquine pourrait être prescrite à l’hôpital – et à l’hôpital seulement – ma 1ère réaction a été de penser que leur but n’était pas de soigner les patients, mais d’instrumentaliser cette prescription pour torpiller le Pr. Raoult : en restreignant ce médicament aux cas les plus graves et au stade le plus avancé de la maladie plutôt qu’à un stade plus précoce où la réduction de la charge virale aurait un effet préventif des troubles les plus graves, j’ai immédiatement pensé que l’ “étude” a pour but de “démontrer” l’inefficacité du médicament, et donc de décrédibiliser Raoult.
    Puis je me suis ravisé, en me disant qu’ils ne pourraient quand même pas tomber aussi bas.
    A la lumière de ce que lis, je suis de + en + convaincu que ma 1ère impression était la bonne…

    • Oui, votre première impression me parait être la bonne. D’autant qu’au vu d’un article du Canard enchaîné, il savaient pertinemment tous au gouvernement qu’hydroxychloroquine + Kaletra en phase finale ne fonctionnerait pas. Raoult les avaient prévenu. The Lanset confirme ce fait avec ses statistiques. Véran a vite annulé son décret car sinon il serait responsable des morts à venir. Le but ? faire discréditer l’hydroxychloroquine. Il se fichent pas mal de Raoult. C’est le médicament qu’ils veulent faire disparaître complètement, avec l’OMS. Mais allons plus loin… Le fait de prescrire du plaquénil en hôpital n’a pas soigné les patients qui sont morts à 90% mais en contrepartie a permis de détruire une partie du stock de Plaquenil réquisitionné qui pendant ce temps n’a pas pu être prescrit et utilisé UTILEMENT par nos médecins traitants pour sauver les vies de personnes fragiles en phase débutante. En somme Véran a, en plus, provoqué une pénurie de Plaquénil en France. Il a, je pense, au total, de nombreux morts sur la conscience.

  5. Pendant que nos technocrates de la science s’epoumonent face à un homme qui transgresse les limites protocolaires, qui terrasse les habitudes passées pour affronter la réalité dans sa nouveauté, d’autres scientifiques à travers le monde s’inspirent du Dr Raoult.

    https://fr.sputniknews.com/russie/202003281043417673-la-russie-devoile-son-medicament-pour-traiter-le-coronavirus/

    Notre pays se meurent et sombrent depuis 100 ans, dans un mouvement algorithmique, de l’academisme stérile et sclérosant qui tuent le génie francais toujours renaissant, afin de préserver des intérêts d’argent inertes qui reposent sur de vieilles découvertes.

    Je vous conseille humblement, de consulter l’ouvrage très éclairant de Pierre Lance, Savant maudit, chercleurs exclus. E.Trédaniel en 4

    “Il n’y a pas de route royale pour la science, et ceux-là seulement ont chance d’arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés.”
    Karl Marx.

  6. Je reagis a “Traduction (google) du résumé pour tous “. Si je peux me permettre, essayez le logiciel de traduction Deepl : https://www.deepl.com/en/translator. Je n’ai aucun interet chez eux. Je veux juste vous faire gagner du temps a la relecture/corrrection des traductions que vous etes amene a faire. En passant, ce blog est edifiant et informatif. Merci.

  7. Pourriez-vous m’éclairé sur le point suivant :
    L’étude du Dr Raoult s’est fini le 16 mars et est pleines d’imperfections comme vous le soulignez. Probablement parce qu’elle a été faite dans l’urgence que nous comprenons tous. Pourquoi 12 jours après, il ne communique pas sur ses nouveaux résultats. C’est une certitude qu’il en a puisqu’il a continué à prescrire. Il nous dit qu’en 6 jours les résultats sont excellents. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a aucune information nouvelle de la part de l’IHU méditerranée.

    • Je crois savoir qu’ils en sont à 80-100 pour publier après.
      Par ailleurs sur le sujet, réponse faite à un autre commentaire : “Tout le monde a de plus en plus de mal à se faire une opinion avec toutes ces infos contradictoires. Il y a un moyen très simple de mettre fin à cette polémique : prendre 100 patients, les mettre sous plaquénil, contrôler la charge virale, et comparer avec 100 autres, non traités. Si cela avait été fait il y a 8 jours, on aurait dès aujourd’hui mis fin à cette polémique. On a proposé de la faire avec des médecins volontaires contaminés, c’est non. Au lieu de cela on propose de ne le faire que chez des patients « dépassés », comme si on vaccinait contre la grippe après avoir été touché, ce qui ne marche pas, et quand l’expérimentation sera publiée, la polémique sera toujours la même. On a l’impression que cela arrange certains de ne pas prouver rapidement le pour ou le contre.” Même Raoult demande que d’autres vérifient.

      • Ben c’est bien l’objet de ma question. Il y a un moyen simple de répondre à la question. Dr Raoult et son équipe continue. Sauf qu’Il ne publie pas ses résultats. Juste quelques allusions dans sa dernière video sur la chaine Youtube de l’IHU Méditerranée. C’est urgent et rien … pour confirmer, infirmer alors que de façon sur il a des résultats plus précis aujourd’hui que le 16 mars. C’est incompréhensible.
        Pendant ce temps, les gens “s’étripent” pour savoir si c’est bien, pas bien, … Je ne comprends pas cette attitude. La première étude a commencé début mars et a durée 6 jours. Elle a été publié le 16. On est le 28 !
        Pour ceux que l’infos à la source intéresse, la chaine de l’IHU méditerannée avec des videos sur le sujet depuis début janvier : https://www.youtube.com/user/ifr48/videos

          • Merci
            Traduction (google) du résumé pour tous :Nous avons besoin d’un traitement efficace pour guérir les patients COVID-19 et réduire la durée de portage du virus. Chez 80 patients hospitalisés recevant une combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine, nous avons noté une amélioration clinique chez tous les patients sauf un de 86 ans décédés et un patient de 74 ans toujours en unité de soins intensifs. Une chute rapide de la charge virale nasopharyngée testée par qPCR a été notée, avec 83% de négatifs au jour 7 et 93% au jour 8. Les cultures virales des échantillons respiratoires des patients étaient négatives chez 97,5% des patients au jour 5. Cela a permis aux patients de sortir rapidement des services hautement contagieux avec une durée moyenne de séjour de cinq jours. Nous pensons que d’autres équipes devraient évaluer d’urgence cette stratégie thérapeutique rentable, à la fois pour éviter la propagation de la maladie et pour traiter les patients le plus tôt possible avant que des complications respiratoires irréversibles graves ne se manifestent.

  8. 1) … »Ce qui est intéressant dans son étude préliminaire, ce n’est pas le décompte des morts ou des vivants, des sortis ou non, c’est la diminution spectaculaire de la charge virale chez certains. Soit ce sont des faits indiscutables, soit Mr Raoult a trafiqué les chiffres »…
    Peut-on se passer de la méthode scientifique en situation d’urgence ?
    Des chercheurs du monde entier se précipitent pour trouver des médicaments efficaces pour traiter les malades. Mais, dans cette course aux traitements, certains veulent aller plus vite que les autres, quitte à sacrifier les fondements de la recherche scientifique « On ne dit pas que l’hydroxychloroquine ne marche pas, on dit seulement que cette étude ne permet pas de le savoir », lance Simon Gates, professeur de biostatistique et essais cliniques à l’université de Birmingham. » C’est un cas de surinterprétation, les conclusions énoncées dans l’étude ne sont pas corroborées par leurs résultats « .Pour Philippe Brouqui, chef du pôle maladies infectieuses à l’IHU Méditerranée Infection et coauteur de l’étude , il est aussi indéniable que les résultats de leur étude doivent être confirmés par d’autres recherches : « D’autres études complémentaires sont évidemment nécessaires, mais doivent donner leur résultat dans le temps de l’épidémie et pas après, convient-il. Et notre étude n’est pas finie, la semaine prochaine on aura plus de résultats ». Face à ces failles méthodologiques et aux résultats opposés d’autres études, dont une étude chinoise publié le 6 mars 2020 qui conclut que l’hydroxychloroquine n’a pas d’effet sur la charge virale (même objet que l’étude de Raoult, mais résultats inverses avec méthodo correcte), les deux chercheurs tombent d’accord sur une évidence, il faut attendre des études complémentaires avant de pouvoir conclure sur l’efficacité de ce traitement : « On doit voir cette étude comme une série de cas et pas comme un essai clinique, conclut Simon Gates. Et on doit faire des études correctement et attendre leurs résultats » .

    Donc, d’après l’équipe du Pr Raoult, la semaine prochaine on devrait en savoir plus, et j’espère bien sûr que l’étude de l’IHU Méditérranée sera positive
    2) … »Aujourd’hui on n’a rien à proposer, et on a un médicament pas cher, qui peut marcher, pourquoi s’en priver ? »…
    En Inde, certains hindouistes intégristes utilisent l’urine de vache sacrée contre le virus…. Pas d’étude concluante, mais pourquoi s’en priver?
    2)« …Enfin pour terminer, à la lecture du décret, j’invite tous les Français contaminés qui veulent du Plaquénil, en attendant que l’on trouve mieux, de se rendre dans les hôpitaux et demandent à être soignés. Le décret n’interdit pas cette démarche, et le refus peut être assimilé à une non-assistance à personne en danger … ».
    Excusez-moi, mais là vous devenez dangereux…Les hôpitaux n’ont surtout pas besoin de ça en ce moment. Si les médecins qui vous suivent sur ce blog relaient ces propos auprès de la population, vous aurez gagné une belle désorganisation des soins. On peut avoir une opinion, ou une croyance, mais ne pas vouloir tout foutre en l’air pour la démontrer…

    Merci à Stiges de sa réaction calme au milieu de toutes les autres.

    Bon courage à tous

    • Aucun problème, il y en a plein. C’est juste les insultes personnelles qui sont visées. On peut discuter, ne pas être d’accord, dans le respect de l’opinion d’autrui. Pour la première fois en 3 ans j’ai censuré un commentaire la semaine dernière, plus qu’insultant à l’égard d’un autre. Je crois que cela impose de vous réinscrire autrement (et je ne sais pas si le système accepte 2 fois la même adresse mail)

    • Bonsoir et merci de votre travail de synthèse et votre positionnement net en cette période troublée…
      Pour autant je ne suis pas d’accord du tout avec votre position
      Si l’or Professeur Raoult avait utilisé une méthodologie correcte d’emblée cela n’aurait pas pris plus de temps et les résultats seraient fiables et vue l’aura du personnage ,incontestés .
      L’utilisation du plaquenil dans ces conditions est clairement dangereuse pour trois raisons
      L’automédication déjà débutée par certains a fait des morts notamment aux usa
      Le plaquenil ne peut être assimilé à un traitement probabiliste en l’absence d’activité anti virale démontrée ( contrairement aux antibiotiques prescrits sur des données cliniques en attendant les résultats bactériologiques)
      Enfin on sait que pris trop tôt peut aggraver la situation pris trop tard ne sert à rien
      Je suis urgentiste et réanimateur j’essaie de raison garder et j’en ai marre de perdre du temps a expliquer que ce qu’a fait Raoult est inexplicable et inexcusable
      Ce type est un génie de la virologie mais un escroc de la recherche… et je pèse mes mots
      Je suis ses publications IHU et sa dernière cohorte présente des résultats comparables à celle placebo de l’étude de Shanghai…
      C’est expliquer aux patients peu graves que ça ne sert à rien qui va être difficile

  9. Simple citoyen atteint par la limite d’âge des lecteurs du journal de Tintin, j’essaie de participer au fonctionnement de notre société grégaire. Pour dispenser mon médecin référent de choisir-trier ses patients, je viens de communiquer la modification de mes dispositions anticipées : au cas où le nombre de patients nécessitant un traitement-avec-respirateur deviendrait supérieur au nombre de respirateurs disponibles : 1°) je choisis de ne pas bénéficier de ce traitement. 2°) je choisis de rester à domicile.

    • Félicitations Michel
      Il faut inciter notre entourage à rédiger des directives anticipées, quelqu’elles soient, ça aide bien les soignants, et c’est bien trop rarement fait. Mais rassurez-vous, l’âge n’est pas le critère principal et absolu, même s’il semble qu’en cas de SDRA sévère, il y ait peu de survivants après 85 ans en raison de la lourdeur des techniques de réa.

  10. L’étude européenne qui va commencer sur 3000 malades “graves” n’a rien a voir avec l’indication qu’en donne Mr Raoult , puisqu’il le conseille aux porteurs du virus sans complication. Les résultats de l’étude ne pourront donc en aucun cas apporter une contradiction avec les préconisations marseillaises.
    Merci par ailleurs pour vos réflexions empreintes du bon sens.

  11. Le consensus chinois, qui atteste de son efficacité ne mentionne aucune données brutes. Or, le processus de relecture par les pairs, des évaluations indépendantes sur la méthode et les résultats, ainsi que des réplications d’études sont indispensables pour juger des bénéfices potentiels (mais aussi des risques) pour les patients.
    Alors premièrement les versions traduites on évite, chacun peut y mettre ce qu’il a envie, et les recommandation sans source pas génial. Je vous invite à consulter le manuel de prévention et de traitement du Covid-19 de l’École de médecine de l’université du Zhejiang où l’on peut lire, page 40, que les données concernant la chloroquine sont insuffisantes pour la considérer comme un traitement et où l’association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine est fortement déconseillée (notamment potentialisation de l’allongement du QT). Ce papier à le mérite d’être le seul avec des données vérifiables.
    Vous ne pensez pas que si les équipes chinoises avaient eu des résultats intéressants avec le plaquenil ça fait longtemps qu’un papier serait sorti?
    Je n’ai aucune idée si le plaquenil fonctionne sur le Covid (pas plus que vous d’ailleurs), ça reste un TTT interessant in vitro qui n’a encore jamais fait ses preuves in vivo. Ce que je sais par contre c’est que très souvent quand on a joué à l’apprenti sorcier on a eu des problèmes.
    L’aspirine tue oui. Par contre quand elle est prescrite pas un médecine c’est dans une indication démontrée : c’est le principe même de l’effet bénéfice/risque. La vous proposez juste de faire prendre des risques aux patients sans aucun bénéfice démontré.
    Il faut réfléchir comme des scientifiques : une étude mal construite avec de nombreux biais ect c’est comme si on avait pas d’étude du tout.

    Ledit papier : chrome-extension://oemmndcbldboiebfnladdacbdfmadadm/https://www.researchgate.net/profile/Ligen_Yu/publication/339998871_Handbook_of_COVID-19_Prevention_and_Treatment/links/5e71cde84585152cdbfa8c11/Handbook-of-COVID-19-Prevention-and-Treatment.pdf?origin=publication_detail

    • Je ne vois pas dans le Manuel en question de données vérifiables. Je vois qu’en effet l’association avec Azytromizyn est déconseillée, et je vois enfin que If the basic regimen is not effective, chloroquine phosphate can be used on adults between 18-65 years old (weight ≥ 50 kg: 500 mg bid; weight ≤50 kg: 500 mg bid for first two days, 500 mg qd for following five days). Le “no relevant data” ne concernent que les interactions possible entre chloroquine et les drogues usuelles. Enfin, on ne trouve rien sur l’hydroxychloroquine.

  12. Bonjour a tous. Merci Docteur Gérard Maudrux. J ai peur que les détracteurs aient le dessus médiatiquement en attaquant le professeur Raoult !! Il est impératif que ses travaux soient repris défendus par d autres professeurs et docteurs . Comment faire face a cette supercherie médiatique qui clairement ne veut pas diffuser d informations sur les vrais solutions ?

  13. Apparemment ce virus n’épargne guère ni les couronnés( rois et ministres) ni nos coronaires.Si l’apéritif « quinquina «  existe encore, dévalisons les commerces. Louis quatorze et son fils guérirent d’une forte fièvre grâce à un extrait d.écorce de cet arbre. Il y a 45 ans , un ami de lycée,parti seul au Pérou,en pleine montagne, une fièvre très élevée,fut soigné par les indigènes, en quelques jours.La matière médicale du Dr Voisin décrit les signes respiratoires pour le quinquina mais pas pour ses sels( sulfures ou chlorures). Petit con de la dernière averse ou vieux con des neiges d’antan ? (Brassens)

    • Il est possible que ce soit comme cela qu’on trouve un jour le remède miracle. Les plantes restent le plus gros pourvoyeur de remèdes efficaces, même si les molécule sont ensuite modifiées.

    • Excellent exemple du Pr Chabière à propos de la grippe banale : si on vaccine une fois qu’on a attrapé la grippe, cela ne sert à rien, c’est avant qu’il faut le faire. Or c’est exactement ce que propose le gouvernement pour traiter le Covid avec le Plaquénil : trop tard.

      • Si l’on suit l’argumentation des religieux de LA SCIENCE, jamais Pasteur aurait pu vacciner le jeune berger.

        • Autre bel exemple, merci. S’il avait été médecin, il était aussi radié et interdit d’exercer. Raoult, Pasteur du XXIé ? Si Pasteur avait échoué, personne ne lui en aurait voulu, il a essayé. Par contre si Raoult se plante, personne ne lui fera de cadeau.

  14. Bonjour Dr Maudrux, bravo pour ce blog très bien argumenté et construit. J’ai une question. J’ai lu dans un article de presse ( Marianne si je me rappelle bien) que le Pr Raoult était la tête de turc de l’ancienne ministre Mme Buzyn et son mari, directeur de l’inserm. Ne serait-ce pas là le fond du problème concernant la chloroquine en France? Une querelle entre ” les médecins parisiens” comme les surnomme le Pr Raoult et lui même?juste pour une histoire de subvention pour son IUH à Marseille? D’après les propos du Pr Raoult, le Dr Lévy, maintenant président du conseil scientifique, aurait tout fait pour rapatrier les essais cliniques en région parisienne et isoler le Pr Raoult et le discriminer. Qu’en pensait vous?

    • Cela se dit, effectivement. Luttes de pouvoir, d’argent, conflits d’intérêt avec des labos cherchant à caser des antiviraux coûteux. J’ai reçu des documents, il y a des complotistes, et des faits qui posent question. Je ne m’y suis pas intéressé.

    • 1) …”Ce qui est intéressant dans son étude préliminaire, ce n’est pas le décompte des morts ou des vivants, des sortis ou non, c’est la diminution spectaculaire de la charge virale chez certains. Soit ce sont des faits indiscutables, soit Mr Raoult a trafiqué les chiffres”…
      Peut-on se passer de la méthode scientifique en situation d’urgence ?
      Des chercheurs du monde entier se précipitent pour trouver des médicaments efficaces pour traiter les malades. Mais, dans cette course aux traitements, certains veulent aller plus vite que les autres, quitte à sacrifier les fondements de la recherche scientifique “On ne dit pas que l’hydroxychloroquine ne marche pas, on dit seulement que cette étude ne permet pas de le savoir”, lance Simon Gates, professeur de biostatistique et essais cliniques à l’université de Birmingham. ” C’est un cas de surinterprétation, les conclusions énoncées dans l’étude ne sont pas corroborées par leurs résultats “.Pour Philippe Brouqui, chef du pôle maladies infectieuses à l’IHU Méditerranée Infection et coauteur de l’étude , il est aussi indéniable que les résultats de leur étude doivent être confirmés par d’autres recherches : “D’autres études complémentaires sont évidemment nécessaires, mais doivent donner leur résultat dans le temps de l’épidémie et pas après, convient-il. Et notre étude n’est pas finie, la semaine prochaine on aura plus de résultats”. Face à ces failles méthodologiques et aux résultats opposés d’autres études, dont une étude chinoise publié le 6 mars 2020 qui conclut que l’hydroxychloroquine n’a pas d’effet sur la charge virale (même objet que l’étude de Raoult, mais résultats inverses avec méthodo correcte), les deux chercheurs tombent d’accord sur une évidence, il faut attendre des études complémentaires avant de pouvoir conclure sur l’efficacité de ce traitement : “On doit voir cette étude comme une série de cas et pas comme un essai clinique, conclut Simon Gates. Et on doit faire des études correctement et attendre leurs résultats” .

      Donc, d’après l’équipe du Pr Raoult, la semaine prochaine on devrait en savoir plus, et j’espère bien sûr que l’étude de l’IHU Méditérranée sera positive
      2) …”Aujourd’hui on n’a rien à proposer, et on a un médicament pas cher, qui peut marcher, pourquoi s’en priver ?”…
      En Inde, certains hindouistes intégristes utilisent l’urine de vache sacrée contre le virus…. Pas d’étude concluante, mais pourquoi s’en priver?
      2)« …Enfin pour terminer, à la lecture du décret, j’invite tous les Français contaminés qui veulent du Plaquénil, en attendant que l’on trouve mieux, de se rendre dans les hôpitaux et demandent à être soignés. Le décret n’interdit pas cette démarche, et le refus peut être assimilé à une non-assistance à personne en danger … ».
      Excusez-moi, mais là vous devenez dangereux…Les hôpitaux n’ont surtout pas besoin de ça en ce moment. Si les médecins qui vous suivent sur ce blog relaient ces propos auprès de la population, vous aurez gagné une belle désorganisation des soins. On peut avoir une opinion, ou une croyance, mais ne pas vouloir tout foutre en l’air pour la démontrer…

      Merci à Stiges de sa réaction calme au milieu de toutes les autres.

      Bon courage à tous

  15. Bonjour, votre blog est très Édifiant.. Une question, les patients déjà sous plaque il risquent-ils d’être infectés par le covid ?
    Merci de votre reponse, et continuez ainsi !

    • C’est une question intéressante, concernant la prévention. Un lecteur signale qu’au Sénégal, tous sous Nivaquine, 0 morts. A vérifier, mais il y a des populations en Afrique toujours sous Quinine, intéressant d’avoir leur taux de contamination. J’ai évoqué une série américaine de NY qui signale une population à risque (toussent et âgés), 500 traités systématiquement, 0 hospitalisations, 0 mort. Donc a priori oui, d’autant plus qu’aucun opposant au Plaquénil n’a publié dans le monde le cas de personne sous Quinine pour prévention du palu et contaminée.

  16. 1/ Quelles sont les règles de dispensation (AMM) du Plaquenil en officine : PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE LISTE II établit par tous médecin
    2/ Faut-il une prescription initiale hospitalière ? NON
    http://www.meddispar.fr/content/search?search_by_name=plaquenil&search_by_cip=
    3/ Y a t-il un frein (hors interactions médicamenteurse, CI..) à la dispensation en officine si le médecin prescrit du Plaquenil hors AMM ? NON
    4/ 1/ Jérome Salomon déclare le :« En France, les médecins ont le droit de prescrire hors AMM ».
    5/ article L.5121-12-1 du Code de la santé publique. Si le médecin conserve le droit de prescrire des médicaments hors AMM, il ne peut le faire “qu’en l’absence d’alternative médicamenteuse” et uniquement “s’il juge le recours à cette spécialité indispensable pour améliorer ou stabiliser l’état du patient”.
    Le médecin doit, par ailleurs, “informer ce dernier que la prescription de la spécialité n’est pas conforme à son AMM, de l’absence d’alternative médicamenteuse appropriée, des risques courus, des contraintes et des bénéfices susceptibles d’être apportés par le médicament”. Il doit également mentionner
    sur l’ordonnance “prescription hors AMM” -le patient ne sera pas remboursé par la Sécurité sociale- et motiver sa prescription dans le dossier médical du patient.
    6/ “Dans les limites fixées par la loi et compte tenu des données acquises de la science, le médecin est libre de ses prescriptions qui seront celles qu’il estime les plus appropriées en la circonstance.”
    Il doit, sans négliger son devoir d’assistance morale, limiter ses prescriptions et ses actes à ce qui est nécessaire à la qualité, à la sécurité et à l’efficacité des soins.
    Il doit tenir compte des avantages, des inconvénients et des conséquences des différentes investigations et thérapeutiques possibles.”
    https://www.conseil-national.medecin.fr/code-deontologie/devoirs-generaux-medecins-art-2-31/article-8-liberte-prescription

    Alors qu’est ce que vous en pensez ???

    • EDIT : ce n’est pas la prescription qui pose pb mais la délivrance :
      Concernant la dispensation de Plaquenil (hydroxychloroquine) :
      Plaquenil est inscrit sur la liste II des substances vénéneuses par arrêté du 13 janvier 2020, suite à une harmonisation avec les médicaments de la même classe. Vous ne devez les dispenser que sur présentation d’une ordonnance, même si les boîtes dont vous disposez ou que vous recevez ne sont pas encore étiquetées « liste II » (cadre vert)
      Honorez uniquement les prescriptions initiales émanant des rhumatologues, internistes, dermatologues, néphrologues, neurologues et pédiatres et les renouvellements d’ordonnance émanant de tout médecin, dans le respect des indications de son autorisation de mise sur le marché ;
      Respectez les mêmes modalités de prescription et de dispensation pour les préparations magistrales contenant cette substance active.
      http://www.ordre.pharmacien.fr/Communications/Les-actualites/Plaquenil-hydroxychloroquine-Kaletra-et-son-generique-lopinavir-ritonavir-encadrement-d-utilisation

  17. Il me semble, qu’un médecin a une obligation de moyens et pas de résultat eu égard à l’aléa thérapeutique.
    Dans tous les cas, l’équipe de Raoult et tous les toubibs qui prescrivent (ce qu’ils estiment nécessaire) de façon empirique faute de mieux, font honneur à leur profession.

      • A l’instar de l’affaire du Médiator, le gouvernement ne peut/veut pas engager sa responsabilité. Le 1er ministre n’a pas prêté le serment d’Hypocrate et le premier ministre n’exerce pas en ville, ne se sent pas concerné…

        Le « hors AMM » permet notamment de soigner les maladies pour lesquelles il n’existe pas de traitement spécifique.

        Qu’attendent les médecins généralistes ?

        • Rémy Honoré
          “Qu’attendent les médecins généralistes ?”.
          Le milieu médical dans son ensemble n’échappe pas à la réalité centralisatrice et étatique, comme toutes les professions du reste.
          Dans ce monde, ce n’est plus du courage, mais de l’inconscience que de prendre un chemin différent.
          Un livre qui peut paraître au premier abord éloigné du débat : “Bullshit Jobs” de David Graeber, démontre entre autre que tous les gens s’emmerdent dans leur jobs, et que cette lassitude viens de l’inutilité ressentie.
          Quelle que soit la profession, les gens passent maintenant l’essentiel de leur temps à remplir des Cerfa. La norme, par définition, oblige au conformisme.
          Précisons toutefois que le privé n’a pas de gène vertueux qui ferait défaut au public, le défaut ne se situe pas là, mais dans le formatage des esprits, dès l’école.
          Dans ce monde, l’échec n’est plus admis, il est même assimilé à une erreur, ce qui a pour effet de geler la société en annihilant l’initiative.
          De manière générale, les étudiants apprennent surtout à passer des concours, ce qui explique l’unicité et l’impossibilité pour la plupart de comprendre un professeur tel que Raoult. Le langage à l’égard de ce professionnel est du reste évocateur, il est riche de mots “guillotines”, c’est un hérétique, un marginal, un iconoclaste, un rebelle. Il ne lui est pas reproché de faire mais de ne pas être comme les autres…

    • Et même s’il a tout faux, il aura essayé, lui. Pourquoi dans un pays où les citoyens sont paraît-il libres, ils n’ont pas le droit, sous leur propre responsabilité, d’essayer ?

      • Bah oui, c’est ce que je dis, mais notre société formate beaucoup plus qu’elle enseigne, hélas.

  18. N’habitant plus en France depuis quelques années, je ne peux que constater de très loin et avec désespoir l’incurie de nos dirigeants et la responsabilité criminelle de leur incompétence depuis le début. Refusez de travailler sans une prescription hospitalière du cocktail Raout en poche me semble une idée brillante. L’ idée pourrait être lancée sur les réseaux ….si les libéraux menacent de ne bosser qu’ à cette condition, cela pourrait peut être changer la donne. Nos énarques comptent toujours sur notre déontologie et notre dévouement pour ne pas assumer les conséquences calamiteux de leur choix. Il serait temps que cela cesse. Pourquoi ne pas mobiliser les associations de malades, de personnes handicapées. Toutes les personnes concernées devraient monter au front.

  19. encore merci,
    le fait de retirer la possibilité de prescription a une medecine de première ligne (libérale) amène des patients en début d’infection a attendre qlq heure dans un service d’urgence en respirant un air saturé de covid lié a une proximité avec des patients infectés
    cela me rappelle les salles d’attentes de l’assistance publique des patients hiv avec des faux plafonds remplis de levures, avant l’apparition des therapies
    le mélange les patients venant faire des aérosols avec les autres n’était pas un problème en soit car l’air fortement contaminé en levure surcontaminait les patients qui patientaient une demi journée pour leur prise en charge
    a l’époque les patients n’avaient pas beaucoup de choix pour être pris en charge et ce n’était pas une priorité pour le fonctionnement hospitalier…au final tous avait le droit a l’aspegillose … qu’ils étaient venus traiter
    je pense que les medecins et autres personnels soignants sont considérée pareillement par les appareils étatiques
    en salle de garde on rigolait en rajoutant aux proverbes e autres citations “par devant” et “par derrière”
    on peut mieux comprendre la bonne parole de nos ministres avec les formules “pour nous” et “mais pas pour vous”
    il ne vivent pas avec le peuple ni travaillent pour le peuple

  20. Ce que vous oubliez c’est que ça peut toujours être pire, aujourd’hui nous sommes face à un virus peu mortel en terme de pourcentage 1-3% si on en croit les chinois ( en chiffre ça glace quand même le sang) or 14% des patients symptomatiques de Covid présentent une myocardite.
    Vous proposez donc de donner un TTT cardiotoxique à ces patients, sur une présomption scientifique (rappelons que l’étude chinoise de Zhejiang autrement plus rigoureuse que celle du professeur Raoul ne montre aucune différence de la virémie à J7 (et ne parlons même pas du fait de prendre la virémie comme critère intermédiaire ce qui n’a aucun intérêt en clinique) et de ce fait de faire plus de mal que de bien en augmentant la mortalité.
    Si un patient meurt d’un effet indésirable grave en prenant un TTT démontré c’est horrible mais on peut se dire qu’on a fait au mieux.
    Si un patient meurt d’une EIG d’un TTT non démontré prescrit sous la pression d’un public non averti c’est tout simplement un meurtre.
    Le plus important c’est de ne pas nuire. Réfléchissez comme des scientifiques, et rendez vous compte qu’avec ce genre de discourt vous risquez d’aggraver la situation.
    C’est dans ces moments là qu’il faut rester rigoureux.

    • Désolé, l’Aspirine tue, elle est en vente libre, sans contrôle médical. Le Plaquénil tue (la dose létale est de 20 cprs), il peut être prescrit 10 jours sous contrôle médical. En ce qui concerne la Chine, voici les directives du gouvernement et de leur agence de santé, 7e version du début du mois, traduite en Français, concernant le Covid. Le Plaquénil/Azythromycine est recommandé.https://docs.google.com/document/d/1nl9oYyo3Fy9tXZ8fvcehjO-NLoMYG-DREHhbUZFg02U/edit?usp=sharing

      • Le consensus chinois, qui atteste de son efficacité ne mentionne aucune données brutes. Or, le processus de relecture par les pairs, des évaluations indépendantes sur la méthode et les résultats, ainsi que des réplications d’études sont indispensables pour juger des bénéfices potentiels (mais aussi des risques) pour les patients.
        Alors premièrement les versions traduites on évite, chacun peut y mettre ce qu’il a envie, et les recommandation sans source pas génial. Je vous invite à consulter le manuel de prévention et de traitement du Covid-19 de l’École de médecine de l’université du Zhejiang où l’on peut lire, page 40, que les données concernant la chloroquine sont insuffisantes pour la considérer comme un traitement et où l’association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine est fortement déconseillée (notamment potentialisation de l’allongement du QT). Ce papier à le mérite d’être le seul avec des données vérifiables.
        Vous ne pensez pas que si les équipes chinoises avaient eu des résultats intéressants avec le plaquenil ça fait longtemps qu’un papier serait sorti?
        Je n’ai aucune idée si le plaquenil fonctionne sur le Covid (pas plus que vous d’ailleurs), ça reste un TTT interessant in vitro qui n’a encore jamais fait ses preuves in vivo. Ce que je sais par contre ces très souvent quand on a joué à l’apprenti sorcier on a eu des problèmes.
        L’aspirine tue oui. Par contre quand elle est prescrite pas un médecine c’est dans une indication démontrée : c’est le principe même de l’effet bénéfice/risque. La vous proposez juste de faire prendre des risques aux patients sans aucun bénéfice démontré.
        Il faut réfléchir comme des scientifiques : une étude mal construite avec de nombreux biais ect c’est comme si on avait pas d’étude du tout.

        Ledit papier : chrome-extension://oemmndcbldboiebfnladdacbdfmadadm/https://www.researchgate.net/profile/Ligen_Yu/publication/339998871_Handbook_of_COVID-19_Prevention_and_Treatment/links/5e71cde84585152cdbfa8c11/Handbook-of-COVID-19-Prevention-and-Treatment.pdf?origin=publication_detail

        • Tout le monde a de plus en plus de mal à se faire une opinion avec toutes ces infos contradictoires. Il y a un moyen très simple de mettre fin à cette polémique : prendre 100 patients, les mettre sous plaquénil, contrôler la charge virale, et comparer avec 100 autres, non traités. Si cela avait été fait il y a 8 jours, on aurait dès aujourd’hui mis fin à cette polémique. On a proposé de la faire avec des médecins volontaires contaminés, c’est non. Au lieu de cela on propose de ne le faire que chez des patients “dépassés”, comme si on vaccinait contre la grippe après avoir été touché, ce qui ne marche pas, et quand l’expérimentation sera publiée, la polémique sera toujours la même. On a l’impression que cela arrange certains de ne pas prouver rapidement le pour ou le contre.

  21. ….Tous les professionnels de santé, quels qu’ils soient, qui souhaitent intégrer la réserve sanitaire devraient réclamer d’avoir, comme préalable, dans leur poche une ordonnance hospitalière de prescription de Plaquenil+Azithromycine avant de voir le moindre patient….Personnellement je ne l’intégrerai qu’à cette condition.
    Cela pourrait créer un précédent et faire évoluer la situation.

  22. Bravo et Merci tout est dit . Comme d’ab Docteur Maudrux . Envoyez tout ça à Macron . Mais je crois qu’il se fout des français !!! Car rien n’est vraiment organisé tout est bricolé dans les paroles et les actes n’enparlons pas Pr Jp gamondes

  23. Entendu en direct lors de la sortie de ce décret :
    “En France, les médecins ont le droit de prescrire hors AMM (en dehors de l’autorisation de mise sur le marché d’une molécule pour une pathologie précise)”, rappelait hier soir Jérôme Salomon, directeur général de la Santé.
    https://www.laprovence.com/article/edition-marseille/5945360/chloroquine-pas-plus-detudes-mais-plus-de-prescriptions.html
    “Le ministère se défend de toute libéralisation de la molécule. Mais n’interdit rien. “

    • Et ils viennent d’écrire le contraire dans le complément au décret, totalement restrictif. Des bricoleurs. Véran a signé le décret ouvrant une petite porte, je n’arrive pas à trouver le doc officiel du supplément du jour pour savoir si c’est lui qui l’a signé ou le premier ministre.

        • Oui, ils n’ont pas changé de ligne directrice.
          Mais cela ne change en rien les déclarations de Jérome Salomon.
          “En France, les médecins ont le droit de prescrire hors AMM”.

          Le vidal et donc l’AMM du produit indique toujours PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE LISTE II par tous médecins de ville.
          Comment faîtes-vous pour traiter un patient avec un Lyme avec co-infection type babésiose ?
          Aux médecins d’être un peu rusé et subtil !!!

  24. Pendant ce temps au supermarché du coin toutes les caissières portent ce qui semble un FFP2

  25. Bjr
    Attention le décret a été modifié, le traitement est à nouveau réservé aux cas graves…

      • iIs vont finir par dire qu’il ne faut le donner qu’aux morts, c’est sur il n’y aura pas de contre-indications.
        Vous avez très bon chez Praud, bien sur qu’un médecin doit avoir la liberté de prescription, sinon c’est l’Urss

        • Mais qu’est ce qu’un cas grave ? il n’y a aucune définition dans ce décret donc tout est question d’interprétation de la part du médecin : une désaturation à 70% me semble être un cas grave, n’est-ce pas ?

  26. Gérard envoie moi ton article sur mon mail je le transmets à qui de droit
    Merci
    Daniel Président du SMAER

  27. Bonjour et merci Dr Maudrux
    Ne serait il pas temps que nos Ordres départementaux, qui sont souvent des praticiens de terrain comme nous, prennent position et exigent que nous retrouvions notre liberté de soigner ?
    Nous savons le faire et c’en est assez du mépris des irresponsables.
    Notre responsabilité est de disposer de Plaquenil et Azithromycine, en quantité suffisante dans chaque département
    Sinon il nous faudra un stock de bonnes paroles pour consoler ceux qui resteront.
    Nous savions que quelque chose était possible… et nous n’aurons pas agi …

    • Le Président de la Carmf, qui a connaissance de suite de tous les confrères contaminés par déclaration d’IJ, a demandé au Ministre qu’ils soient inclus dans une étude avec le Plaquénil (non menée par la Carmf, mais par les autorités, qui auraient les coordonnées de cette population à risque dont on a besoin sur le terrain). 3e jour toujours pas de réponse, mais action vertement désapprouvée par le Président de l’Ordre (et la CSMF). Je crois plus dans les Conseils départementaux, ce n’est pas la même mentalité que là haut, comme pour tout d’ailleurs.

      • oui j’ai apprécié la prise de position de la CARMF
        et c’est ce qui m’a décidé à faire un courrier au conseil départemental de l’Ordre.
        pas de réponse …
        maisc’est peut être à multiplier par chacun des confrères convaincus

  28. Très intéressant. En revanche, inviter les français à se faire soigner dans les hôpitaux en ce moment, je trouve cela assez irresponsable non ?

    • Le seul moyen de se faire entendre par un énarque (je les ai pratiqué plus de 20 ans), c’est d’être soi même énarque. Alors quand on n’arrive pas à se faire entendre par des irresponsables, on peut peut-être essayer l’irresponsabilité ?
      Vous n’avez pas compris le sens de mon message. Si cela se passe comme cela (j’en doute) et si cela engorge les hôpitaux comme vous le dites avec raison, il suffit d’autoriser la vente par les pharmacies, sur prescription de votre médecin (et après test positif pour ne pas stocker pour rien). La réponse est très facile et c’est le but recherché.
      Et maintenant si vous êtes malade, qui allez vous voir ? Celui que les autorités considèrent comme incapable, votre médecin, qui de plus n’a rien, ou un responsable hospitalier ?

  29. Votre article est plein de bon sens et de vérité, nul doute et je vous félicite pour avoir osé, ce n’est pas trop français. En revanche, vous n’abordez pas l’avant de cette épidémie, c’est un peu dommage car on constate vraiment plus qu’une incurie de la part de l’état. Une incapacité totale à gouverner car c’est bien dans les moments graves que l’on juge un meneur, un dirigeant. Je me souviens de voir Macron déambuler le 7 mars dans un salon en disant aux personnes qu’il rencontrait, de ne pas avoir peur du virus, de continuer à vivre comme si de rien n’était, alors qu’une petite semaine plus tard, il lançait le premier stade pour lutter contre le Covid19. Est-ce français, l’incompétence, l’avidité, la cupidité, la mauvaise foi, le mensonge, la malhonnêteté intellectuelle et la connerie ? Depuis quatre décennies, je me pose cette question, à laquelle j’ai enfin trouvé la réponse.

    • Ce qui m’a le plus choqué ces derniers jours, c’est quand le Président a regardé les Français droit dans les yeux, en leur disant “je m’occupe de tout, dès demain j’envoie des masques à tous les médecins, dans les 25 départements les plus touchés, et après demain les autres”, alors qu’il savait très bien qu’il n’y avait pas de masques pour les soignants, zéro FFP2. Plus de 10 jours après, c’est toujours la débrouille pour les soignants, et on racle les fonds de tiroirs en piquant 1 millions de masques aux gendarmes pour en refiler 1 à chaque soignant alors qu’il leur en faudrait 5 par jour.
      Il y en a un que je trouve pas mal, c’est Véran. Il fait ce qu’il peut avec ce qu’il a, c’est à dire rien.