0

Le miroir

Dans toutes choses, il y a toujours des bons et des mauvais côtés et pour vivre heureux, il faut savoir regarder les bons. L’élection de Trump n’a rien d’une catastrophe mondiale comme on a bien voulu nous le présenter avant, et devrait être pour nous un formidable miroir dans lequel nous pouvons voir tous nos défauts pour les corriger. Les marchés financiers eux ne s’y sont pas trompés : au soir du scrutin, ils clôturent à + 1,5% des deux côtés de l’Atlantique, alors que s’ils avaient écouté nos politiques et journalistes ils auraient dû dévisser de 5% !

Que devrions nous voir dans ce miroir ? Que quelle que soit l’opinion que l’on peut avoir du vainqueur, les Américains ont d’abord rejeté une évolution vers NOTRE système politico-économico-social, alors que Clinton était plus présentable. Nous devrions le voir et en tirer des leçons, à l’inverse nos politiques crient au populisme, nom qu’il donnent au refus de la pensée unique et de la politique politicienne.

Alors que nos élus ne vivent pas dans le même monde que nous, les Américains ont élu quelqu’un qui leur ressemble : direct et fruste. La réussite est chez eux un exemple, alors que chez nous ce n’est qu’incorrect et vecteur de jalousie. N’en déplaise aux médias amateurs de caricatures grossières, Trump est un chef d’entreprise qui a connu plus de réussites que d’échecs, et qui saura choisir des collaborateurs pour leur efficacité et compétence, non pour leur parcours politique. Qu’un acteur de westerns de catégorie B et un chef d’entreprise fantasque soient les deux meilleurs présidents serait une formidable camouflet salutaire donné à nos politiques de métier.

Qu’ont demandé les Américains ? De la sécurité, du travail. Quoi de plus naturel ? Est-ce du populisme ? Ils ont aussi exprimé des craintes face à la mondialisation, à l’Islam ; Trump sans expérience politique y a maladroitement répondu, mais il y a répondu contrairement à Clinton et à nous, et il n’y a rien à craindre car ce n’est pas lui qui fait les lois. Aux US, le Congrès crée les lois, le Président les exécute, la Cour Suprême les interprète, tout ceci est garanti par leur constitution. Un compromis pragmatique sera trouvé.

Enfin sur le plan économique, Trump veut baisser les impôts des particuliers et surtout des entreprises (de moitié) pour faire revenir les bénéfices des grandes multinationales américaines dans le pays au lieu de siéger dans des pays à fiscalité plus faible. Il veut taxer les pays qui utilisent de la main d’œuvre sous-payée et sans charges sociales, véritable esclavagisme alors que nous nous inclinons. Qui a raison ? Ne faut-il pas changer certaines « règles » internationales ? En tous cas il faut se poser ces questions au lieu de crier au protectionisme. Avec ma conception de la TVA sociale pour remplacer euro pour euro des charges sociales pesant sur le travail pour les transférer sur la consommation, je ne propose rien d’autre, en plus politiquement correct.

Pour que tout ceci marche, il ne faut pas faire comme nous le ferions, des petites mesurettes insignifiantes contrecarrées par d’autres mesures contradictoires. Il faut que ces mesures soient nettes, franches pour ne pas dire brutales. Là on peut compter sur Trump.

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire

  1. Ces élections sont de toutes façons à la tête du client : Reagan avait le sourire du “bon” hollywoodien face à un sortant qui s’était en plus déballonné devant Khomeiny. Clinton n’était que la femme cornue d’un beau saxophoniste et faisait face à un milliardaire incontrôlable par la caste politico-médiatique, crime absolu pour ces derniers (seul l’extrême gauche peut dire merde aux journalistes), séduction absolue pour les électeurs : j’ai même vu des noirs en pâmoison devant le phénomène Trump. La démocratie, avec des mandats si courts, amène à un appauvrissement du débat au profit du “bon client” de plus en plus sûr d’être élu. Qui de Macron ou du De Gaulle du 18 juin 1940, raide comme un piquet, serait élu aujourd’hui ?

  2. J’approuve totalement votre point de vue, mais la société française est totalement bloqué dans la pensée unique. Il faut voir toutes ces mines déconfites (politiques et journalistiques) devant ce vote politiquement incorrect et impensable. Merci pour votre pensée vivifiante.

    • Les spéculations de l’article que vous citez en référence ne me semblent pas plus fondées que celle de notre confrère Gérard Maudrux. Je ne suis pas sûr que cette journaliste n’ai pas elle aussi une orientation politique et qu’elle puisse aussi se tromper, ce que bien sûr je souhaite et je dis cela sans vouloir polémiquer plus. Je reste entièrement d’accord avec les propos de notre très cher Confrère

  3. Vous avez sans doute raison dans beaucoup de vos opinions (mais pas toutes). Cependant j´admire votre énergie à défendre les dites opinions et je vous conjure de continuer à nous les transmettre.
    Un vieux généraliste retraité.

    • Il n’y a pas de satisfaction à avoir raison si on ne peut pas le démontrer aux autres, mais “celui qui croit avoir toujours raison a premièrement toujours tort en cela” (Gilbert Cesbron).

  4. Quand vous présentez- vous aux élections ? Vous pourriez fédérer un grand nombre d’entre nous

    • Merci mais c’est sans espoir avec la Vè république organisée pour et autour des partis, les indépendants de la société civile ne dépassent guère 2-3% (sauf pour une mairie), et j’ai déjà donné. Même si j’étais milliardaire comme Trump, cela ne serait pas possible car le système m’interdirait de dépenser mes sous pour ma campagne, tout est bien ficelé. Mes idées sont utilisables par tous, ce ne sont même pas mes idées mais le bon sens, avec peut être quand même une capacité à voir le mensonge par omission qui se cache derrière chaque décision. Même s’il existe quelques élus ayant les pieds sur terre (en général ceux dont la politique n’est pas le premier métier), ils se heurtent à une organisation souterraine qui a placé ses hommes partout, organisant la France en véritable dictature (administrative) sans dictateur.

  5. Merci cher Confrère d’avoir un raisonnement de bon sens. C’est toujours un plaisir de vous lire. Les américains ont choisi entre 2 candidats qui sont loin d’être les meilleurs possibles mais je l’espère ont choisi le moins mauvais. Attendons un peu de voir ce que sera la politique et les résultats de Trump dans les mois à venir avant de porter des jugements à priori. Les médias de pratiquement tous les pays ont été très partisans dans cette élection. Il seraient nécessaire qu’ils essayent d’être plus objectifs. Cela est valable sur beaucoup de sujets. Le politiquement correct est une maladie dont il faudra sortir un jour. Merci encore de votre blog. Continuez car vous êtes une personne réaliste ce qui devient de plus en plus rare dans notre société

  6. tres cher confrère, vous avez un seul tort que vous avez la possibilité d’annuler. vous avez raison dans ce que vous dites mais vous oubliez un élément . il ne faut pas en vouloir à tous ceux qui ne veulent pas voir. l’intelligence créatrice de ce monde a dit: il y en a qui ont des oreilles et qui n’entendent pas et d’autres qui ont des yeux et ne voient pas . dans notre médecine nous décrivons ce syndrome sous le nom de “déni” . je ne voudrai pas être pédant mais ce syndrome est permanent dans notre société … française en particulier. serions-nous atteint d’une tare génétique. avec toute mon amitié

    • Avoir tort me soulage car avoir toujours raison est déprimant et j’aimerais bien être comme tout le monde.

  7. Je suis une citoyenne lambda âgée de 69 ans qui autrefois a été très fière d’être citoyenne d’un grand pays qui était la France et qui a honte de ce pays depuis des années et qui , après avoir perdu ma fille unique est heureuse de ne pas avoir de descendant vu le futur que nous avons fabriqué aux générations suivantes et je partage totalement ce que vous écrivez dans votre blog du10 novembre 2013 “le miroir” et vous avez tout dit.