0

Courage fuyons

Gouverner c’est prévoir. Le temps passe et le silence à propos de la gestion de la pénurie de médecins qui arrive à grands pas devient assourdissant. C’est demain, et rien n’est prévu ou en cours, manifestement nos (ir)responsables n’ont pas pris la mesure de ce qui va arriver.

On les a vu à l’œuvre avec la gestion de l’ASV, à repousser toujours à demain en disant que tout va bien et que l’on fera ce qu’il faut le moment venu, le problème a pu être réglé au coût maximum. Par contre ici ce n’est plus un problème financier mais un problème de vies humaines. Ils le savent sans doute et c’est peut-être pour cela qu’ils laissent à leurs successeurs le soin de subir les conséquences de leur imprévoyance.

J’entends parfois parler de primes à l’installation, d’aides à l’équipement, favoriser les regroupement…, rien de tout cela, même multiplié par 10 ne règlera le problème. Et si vous déplacez un confrère ici, c’est ailleurs qu’il ne sera pas.

Je m’étonne que dans ce pays aussi riche en commissions, missions, rapports, agences nationales, tables rondes, et autres zinzins en tous genre rien n’ait été mis en œuvre, même pas un rapport IGAS !

Le diagnostic saute aux yeux et est inéluctable : enlevez un médecin sur 4 avant 5 ans. Il faut tout repenser pour organiser les soins dans la pénurie, avec l’organisation actuelle, cela ne passera pas. On est en train de discuter de la convention entre praticiens et autorités pour les 5 ans à venir, alors que cela devrait être la préoccupation première, rien. Tous les petits moyens doivent être listés, préparés, financés. Au lieu de cela on continue de titiller les médecins, de créer des conditions propices aux départs et n’encourageant pas les mercenaires étrangers.

A attendre trop IL N’Y A PLUS DE SOLUTION,ET IL Y AURA DES MORTS. Pire : ILS NE VEULENT PAS SAVOIR, ILS NE VEULENT PAS QUE L’ON SACHE. Jusqu’à quand vont-ils esquiver le problème infiniment plus grave que les querelles de partis et les échéances de 2017 ?

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire

  1. 1971 Jospin créé le numerus clausus, soi disant pour diminuer les dépenses de sécu : moins de médecins = moins de prescriptions !! (à l’époque près de quelques malheureux millions à l’unité de FRANCS !!)..45 ans après 31 milliards , d’EUROS ..banco ! pour les gouvernements successifs
    Les pontes des milieux hospitaliers ( qui sont les seuls conseillers des ministres de la Santé depuis 45 ans ) ont abondé sur ce numerus clausus
    car les consultations de secteur privé = chasse gardée !
    On a pu ainsi détourner les budgets de “rénovation” et agrandissements des structures universitaires et hospitalières au profit d’une politique d’embauche “électoraliste” / merci la cour des comptes de dénoncer la pléthore de postes “bidons” dans les structures de soins , à la DGS et ministère de la Santé, bastion de plusieurs milliers
    de fonctionnaires bloqués à vie sur leur inébranlable inertie..! pour qu’une réforme intelligente vienne à terme , il faut compter d’abord sur leur ” non blocage” et ensuite sur des années de tergiversations. Résultat depuis 40 ans , on connait que le nombre de médecins et surtout spécialistes va vers une catastrophe sanitaire mais pire on y rajoute des couches successives en incluant il y a quelques années à ce fameux PACES , les sage femmes puis les kinés puis bientôt les infirmiers ! PACES qui n’est qu’un gavage imbécile de cerveaux qui alimente les juteuses “prépas” à 10 000 euros l’année sur deux ou trois ans et agrandissant ainsi la fracture que dis je , la destruction massive sociale ..merci l’égalité pour tous !..
    Sur 1000 étudiants (suffisamment riches ) pour passer le PACES , 200 seront ramassés à la petite cuillère au bout de deux ans , 180 se présenteront à la 4 ème année à l’internat , 150 en sortiront indemnes et après les quelques années suivantes suite aux défections ( projets matrimoniaux , dépressions etc..) 120 sortiront avec un diplôme et sur ces 120 , 60 % préfèreront se réfugier le secteur public pour ne pas avoir à se prendre la tête avec les multiples obstructions pour le secteur libéral ;
    faites le compte , il en reste à peine 50 pour remplacer les 300 qui partent à la retraite dans la même proportion des 1000 étudiants du départ !!
    et on veut inciter ces 50 diplômés à aller dans les bleds paumés avec leur épouse ( qui vont certainement s’y plaire ! demander à noter ministre d’y déménager d’abord elle même ! )
    donc aujourd’hui si on levait TOTALEMENT CE NUMERUS CLAUSUS ,même les 1000 reçus du départ NE SUFFISERAIENT PAS A POURVOIR AU DEFICIT 10 à 12 ans plus tard ..CQFD !
    mais avant que les intérêts en jeu soient franchis , avant que les neurones des politiques se mettent à fonctionner EN PREVISIONNEL , il faudra bien compter 5 ans ..et gérer la catastrophe.
    Faudra t-il attendre les décès en chirurgie dus à l’absence de traducteurs dans les blocs ( eh oui , les anesthésistes étrangers comblent les déficits pour ne pas à devoir fermer les cliniques faute de pouvoir opérer !)
    Bonne lecture sans grande conviction .;car en politique , ce n’est pas le bon sens qui prime ..je m’arrête ici car il est 17h 40 , le plombier appelé par mon épouse pour remplacer un joint me présente sa facture :
    150 euros forfaitaire de l’heure commencée ( travail effectif 22 minutes ) et
    75 euros de déplacement soit 225 euros pour mon ” cher” plombier à bac + ou – 2 ans ) contre 42 euros de dépassement d’honoraires de médecin appelé en pleine nuit !!!) mais rassurons nous : pour tous les français ” la santé passe avant tout !!

  2. N’en jetez plus!! Je suis au bord de la nausée….
    Ah ça ira… , les aristocrates à la lanterne…
    Mais un révolution plus constructive qu’abolitionniste comme celle de 1789.

  3. Bonjour, cher confrère. Beaucoup de respect pour vous et votre action passée au service de vos confrères à la tête de la CARMF. Voici quelques jours, je postais ceci dans le quaoitidien qui titrait sur le départ des syndicats de la négociation. Etes vous d’accord avec mon propos que voici, est-il juste, excessif, inexact, faux?
    HALTE AU FEU ! Quand les syndicalistes médicaux auront-ils compris qu’on ne s’assoit pas à une table de poker avec n’importe qui ?
    Qu’ils représentent la profession et pas leurs ego ?
    Qu’une signature d’un seul le déshonore ?
    Etc …
    Mon petit avis : on ne discute plus avec la CNAM et on prend des décisions fortes, unilatéralement…
    Rappelez-vous l’An 01 de Gébé : “On arrête tout, on réfléchit et c’est pas triste…”
    La médecine libérale est en perdition, ringardisée par des salauds, minabilisée par des fonctionnaires …
    Nos cabinets sont invendables, nos remplaçants inexistants, nos honoraires indécents, nos successeurs absents, et l'”on discute du sexe des anges”. Que risqu’on-nous ?
    Un généraliste à 8 mois de la retraite.

    • Malheureusement juste.
      Beaucoup de pipeau dans les négus actuelles. J’ai toujours dit depuis le début que les 25 euros étaient acquis, dûs, et à prendre de suite quoi qu’il arrive. Comme il n’y aura rien d’autre sinon un peu de saupoudrage peu compréhensible, pour justifier ces mois de négos, on fait semblant d’agresser les médecins avec le oui mais en 2018 (sachant très bien que cela ferme toutes les portes). Là dessus ils obtiennent les 25 de suite, crient victoire, “ils ont fait plier les caisses”,… Une victoire faute de n’avoir obtenu plus que le minimum. Tout le monde est content, les caisses n’ont pas donné plus, et les syndicats ont vaincu, justifiant leur primes pour vivre.

  4. Depuis au moins 10 ans sinon plus, avec d’autres universitaires je dénonce un numerus clausus aussi sévère que stupide. Pour quelles raisons a t-on ainsi sciemment organisé la pénurie?
    Former un médecin coûte cher, les médecins creusent le déficit de la sécu (moins de médecins=moins de dépenses de santé? C’est absurde car les besoins sanitaires ne font que croître!)
    Il est étonnant qu’on nous parle quotidiennement des déserts médicaux, mais aucun commentaire sur les causes des déserts!
    Au bout du compte on fait appel à des praticiens étrangers plus ou moins francophones et dont on ne contrôle pas la formation
    Parfois ces praticiens sont bons, parfois médiocres voire dangereux…
    Et pour clore on emmer…… Les médecins libéraux, assomés de charges…
    Pour tout dire on s’enfonce…
    Je propose que les médecins se déconventionnent en masse, je ne vois rien d’autre pour faire enfin réagir… Les autorités supérieures qui nous gouvernent
    Un médecin retraité

    • Pour quelles raisons ? Elles étaient clairement affichées : diminuer l’offre de soins, pour diminuer la demande. En tournant leur raisonnement, les médecins créent la maladie, plus il y a de médecins, plus il y a de malades. Je me souviens très bien d’une discussion avec le directeur de l CNAMTS il y a plus de 25 ans : “chaque fois qu’un médecin s’installe, il y a rapidement une clientèle et des actes, quel que soit l’endroit où il s’installe. Conclusion : moins de médecins qui s’installent, moins d’actes et de prescriptions”.
      Résultat : on a empêché nos enfants de faire médecine et on est obligés de faire venir des praticiens étrangers pour combler le manque (plus de 10 000 dans les hôpitaux, moins en ville l’Ordre ayant longtemps freiné, mais on est obligé d’y passer). Comme vous le dites il y a des bons qui ne posent pas de problème et d’autres. Beaucoup de nos enfants ont été obligés de se former ailleurs : Belgique,Roumains. Le problème de ceux qui revient de Roumanie est paraît-il le niveau de formation.
      Pire : on a mal géré la chose : robinet trop fermé et trop longtemps, puis trop ouvert et trop longtemps.Si 20 000 diplômés étrangers viennent nous aider, dans 20-25 ans on aura 20 000 médecins de trop. Il faudra recréer un MICA.
      Ils font effectivement tout pour pousser au déconventionnement, et d’autres réclament le salariat. Le problème est que le salariat à 55 heures, cela n’existe plus et cela aggraverait le problème.
      Comme vous le dites, on s’enfonce, grave.

  5. Cette pénurie organisée et ses conséquences , quelles qu’ elles soient , ne concernent aucunement l’ oligarchie au pouvoir … Aucun membre de la promotion Voltaire , ni de leurs familles et / ou clan n’ auront à en souffrir et , de plus , nous continuerons à payer pour eux ; le système légal est construit par eux et pour cela , leurs soins , leurs revenus , leur puissance , leurs retraites , leur protection , etc , etc ….
    Cet autisme “naturel” du pouvoir dans l’ humanité depuis le fond des âges finit toujours par le même ” remède” qui ne fait que ramener temporairement un autre équilibre : quelques têtes au bout de quelques piques .. ou bien une guerre , l’ une n ‘ empêchant pas l’ autre.
    C ‘est ce que nous enseigne l’ histoire de l’ humanité ; je crains que cela dure …

    • J’ai vu avec encore une nomination récente que la promotion Voltaire est effectivement un cas à inscrire dans le Livre des Records. Bien peu de pays pratiquent ainsi la promotion des copains de classe.