0

Pour un nouveau contrat social ( 2 )

La France a l’habitude d’empiler les textes, de faire de nouveaux textes pour corriger les anciens, sans pour autant en supprimer. Le tout devient ainsi opaque, opacité permettant tous les abus et masquant les erreurs. Comme cela coûte cher, on restreint, on plafonne, on rouvre progressivement le robinet sans colmater les fuites. In fine, plus on paye et moins on touche et moins on participe plus on touche, dans ces conditions pourquoi travailler pour rien pour les premiers, et travailler tout court pour les seconds ?

Pour rendre notre système social plus clair, plus juste, le revenu universel commence à faire son chemin, à droite comme à gauche, ce qui est bon signe. De Villepin, Montebourg, Boutin, etc s’y mettent, ce n’est plus une idée de gauche ou de droite, c’est tout simplement une bonne idée… universelle.

NON ce n’est pas une allocation supplémentaire, c’est une allocation qui remplace toute les autres. Certains détracteurs disent qu’elle n’est pas financée, SI elle l’est, par la somme de toutes les autres déjà existantes, et en supprimant les frais de gestion de 25 organismes et en évitant les cumuls on fait des économies. Cerise sur le gâteau, on supprime les inégalités.

Supprimons le régime de base et sa cotisation, puisque tout le monde aura son revenu minimum d’existence. Au passage les reversions, le minimum vieillesse, ASPA,… n’ont plus de raison d’être, le revenu universel fait plus.

Supprimons l’allocation chômage et sa cotisation, puisque qu’il y a ce revenu ne laissant pas sur la paille. Supprimons les allocations familiales, puisqu’on donne une demi part jusqu’à 16 ou 18 ans. Plus de bourses, plus d’aides au logement, plus de RSA, plus d’effets de seuils profondément inéquitables où à un euro près l’un a tout, l’autre rien. Plus rien, plus aucune autre aide puisque tout le monde a toutes les aides réunies en une. Plus de dossier puisque tout le monde a droit. Plus de cumuls scandaleux, tout le monde à égalité. Egalité est inscrit dans notre devise, alors faisons la.

Pourquoi un riche toucherait me direz vous ? Voyez le comme une ristourne, car c’est lui qui paye pour les autres, pourquoi n’aurait-il pas les mêmes droits ? Pourquoi avec les plafonnement d’aujourd’hui plus on paye moins on a de droits ? Egalité.

Cette simplification à l’extrême peut au premier abord paraître farfelue, mais réfléchissez à ses conséquences pratiques. Il n’y a que des avantages, avec en prime la simplicité, la transparence, l’équité, justice. Mieux : on ne veut plus mettre nos repris de justice en prison ? Inventons la sanction financière. Vos enfants sont mal élevés et nous coûtent ? 3 mois, 6 mois de suspension de l’allocation et faites plus attention la prochaine fois. Vous avez volé, triché ? Un an ferme. Voler pour vivre, ce sera fini demain, la délinquance peut baisser considérablement si la vertu et l’honnêteté sont rémunérées ! A méditer.

Colbert a peut être été un précurseur de cette allocation en créant en 1673 un régime de retraite pour les marins. En effet, ce n’était pas par solidarité, par charité, par philanthropie, mais tout simplement par esprit pratique et d’utilité publique : pour éviter qu’ils ne s’adonnent à la piraterie une fois non aptes à être enrôlés dans les équipages.

Sans révolution la France ne s’en sortira pas. Le revenu ou allocation universelle en est une, et des plus douces. Ce nouveau contrat social peut aussi être l’occasion de ne plus faire porter la charge du social sur le travail. Avec cette allocation, outre le fait que l’on peut simplifier les fiches de paye en supprimant la moitié des lignes, si on peut baisser ces charges de 15 à 20%, on peut se retrouver avec 10 ou 20 glorieuses, si ce n’est les 30 ! Ce financement sera l’objet de la troisième partie.

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire

  1. Monsieur,
    J’admire votre optimisme mais je déplore que l’on puisse ainsi escroquer les travailleurs qui ont cotisé mois après mois durant des décennies un système social qui a permis à de nombreux demandeurs d’emploi de s’en sortir. Pour votre parfaite information, j’ai 62 ans et suite à la restructuration de mon entreprise je risque fort de me retrouver, POUR LA PREMIERE FOIS, au chômage. A quel titre serais-je privé d’un droit que j’ai finalement alimenté, à mon niveau, durant trente ans ? Va-t-on me restituer les sommes correspondant à mes cotisations ? Quelle sera le montant de cette allocation universelle sensée remplacer toutes les autres ?
    M. Macron ne mesure pas la gravité de cette réforme et des implications qu’elle peut avoir pour certains. J’en fais partie. Pour ma part, je n’ai bénéficier de la moindre allocation sur les trente-trois que compte notre pays. Il n’en demeure pas moins que 700€ sont chaque mois retiré de mon salaire pour les financer. M. Macron devrait prendre la mesure de ce qu’il entend entreprendre. Au moins faire la distinction entre ceux qui abusent d’un système et ceux qui en sont victimes à un moment donné de leur existence.
    Pour ce qui me concerne, je serais chômeur à la suite de mon congé de reclassement. Je vais entamer une formation de paysagiste avec pour objectif de créer une EIRL. Comment fonctionnera l’ACRE et l’ARCE après cette réforme ? Et si cette entreprise ne fonctionnait pas comment pourrais-je atteindre ma retraite à taux plein sachant que l’augmentation du nombre de trimestres requis m’a déjà été défavorable ? Pourrons-nous encore valider des trimestres en tant que demandeurs d’emploi ?
    Vous prétendez que cette réforme permettra de ne plus faire porter la charge sociale sur le travail. Il se trouve que pour de nombreux travailleurs c’est chose faîte. Où est l’égalité dans tout cela ? M. Macron entend mettre la France au travail, très bien. Je n’ai rien contre. En revanche, les séniors qui ne l’ont pas attendu pour travailler ne doivent pas subir les conséquences d’une politique qui vise aujourd’hui à alléger les charges patronales, voire, à les supprimer.
    La véritable égalité ne consiste pas à donner à tous, sans distinction, à peine de quoi survivre. La véritable égalité ne consiste pas à consentir un SMIC augmenté du 13ème mois pour la simple raison que nous ne sommes pas tous au SMIC. Cette réforme relève de la plus haute incohérence et elle risque fort, pour peu que l’expliquions aux électeurs, d’anéantir le rêve de M. Macron. Il faut impérativement que ce Monsieur revoit sa copie en intégrant dans son dispositif une forme d’égalité rationnelle et juste. Car aujourd’hui seuls seront sanctionnés ceux qui finalement auront travaillé toute leur vie avant d’être victimes des restructurations que notre cher patronat affectionne tout particulièrement.
    Je ne suis donc pas d’accord avec vous. M. Macron élude une certaine réalité.

    Cordialement

    • Bonjour
      L’allocation chômage (comme toutes les autres) n’est pas supprimée, elle est remplacée par le revenu universel, la collectivité vous donnant de quoi vivre quoi qu’il arrive. Combien ? Le chiffre exact est donné en additionnant toutes les allocations et prestations existantes remplacées par le revenu universel et en divisant par le nombre de français (1/2 allocation par enfant). Ceci montre, contrairement à ce que disent les détracteurs, qu’elle est financée. Ce revenu étant un revenu, CSG et Impôt sur le revenu. Ce chiffre précédemment obtenu peut être augmenté de la CSG et impôts récupérés, ainsi que des 5 à 7% de frais de fonctionnement de tous nos organismes qui sont supprimés.
      Si elle permet d’alléger les charges sociales, plus de compétitivité, produits et services moins chers et donc plus de travail et moins de chômage. De plus votre revenu universel + celui de votre conjoint et éventuellement enfants est sans doute supérieur à votre allocation chômage actuelle, et durable dans le temps.
      Hamon (et non Macron, l’explique très mal, distribue tout en gardant beaucoup d’autres prestations. Cela devient une prestation supplémentaire, non financée ou trop faible.