0

Syndicats (3) : les conflits d’intérêts.

Suite et j’espère fin de mes réflexions à propos d’un système que près de 20 ans de responsabilités m’ont fait côtoyer (et où j’ai aussi rencontré des confrères sincères).

Il y a quelques années, le Président d’un grand syndicat me disait en privé : « si je ne signe pas, je suis obligé de licencier et de fermer la boutique ». Il y a peu encore un autre disait publiquement donc plus honnêtement qu’il était obligé de le faire pour vivre et être entendu. Aujourd’hui on ne signe plus des accords parce qu’ils sont bons pour la profession, pour permettre à celle-ci de vivre, mais pour que les signataires vivent. Avec ces règles, on est alors obligé de se plier aux désidératas de celui qui paye. « Qui paye commande » est bien le fil directeur de nos pseudos accords, d’ou la détérioration de la situation.

Il est anormal, immoral de payer ceux qui signent et pas les autres. On ne doit pas acheter une signature conventionnelle, car celle-ci devient corrompue. Le mieux est que nos syndicats ne soient financés que par les professionnels, mais si on doit passer par un financement public, il doit être le même pour tous, sans conditions, et les dépenses doivent être totalement transparentes. Les fonds devraient être distribués en fonction de leur importance dans la profession. Il devraient donner leurs recettes auxquelles un coefficient multiplicateur (x2 ou x3) donnerait le montant de la subvention. Je suis contre la cotisation obligatoire, mais ce serait déjà mieux que la situation actuelle perverse et au seul profit des autorités.

Le financement des cadres par des sociétés commerciales, des mutuelles, des partenaires des syndicats doit être formellement prohibé et condamné. Les cas sont très nombreux, je ne peux malheureusement pas les donner pour certains. Lorsque monsieur retraite d’un grand syndicat conseille à ses interlocuteurs qu’il ne faut pas étendre la couverture maladie en dessous de 90 jours, quelle est sa crédibilité quand il pointe (comme son prédécesseur) dans un satellite d’une mutuelle qui couvre ce risque ? Quand une profession signe pour le TPG et que le Président d’un syndicat signataire a des parts dans des OCT qui gèrent pour les professionnels, on peut se poser des questions. Chez les médecins, Medsyn et la Cegedim, seraient prêts à vous offrir leurs services, mais il ne faudrait pas que des cadres (ou des membres de leurs familles) soient partie prenante et y trouvent un intérêt personnel.

Il y a quelques années un autre Président à qui je demandais pourquoi il n’arrêtait pas m’a répondu : « Tu sais, pour moi c’est 80 000€ par an ». Pas uniquement du syndicat, mais syndicat + Unions + partenaires du syndicat. Et encore, c’est un petit, j’ai connu deux fois plus !

Ces conflits d’intérêts ne servent pas la profession. Tout peut être réglé par un financement et des dépenses transparents. On ne doit pas faire du syndicalisme pour vivre, mais vivre et faire du syndicalisme. La survie du syndicat doit dépendre de ses adhérents, de la profession, pas de ses “adversaires”.

 

 

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire

  1. Le SMAER est le seul syndicat de médecins qui ne vit que par ses adhérents.
    Allez voir, nous venons de créer un nouveau site pour être plus lisible : smaer.fr
    Cela n’engage que vous.
    Mais c’est aussi un hommage soutenu à notre ami et pygmalion de ce syndicat :
    Le regretté et ami, le Dr Gilles Vidal. “XAIPE”

    • J’ai toujours été gêné d’utiliser le raccourci “syndicats”, ce qui met tout le monde dans le même panier, ce qui est un tort de ma part, bien que plus lisible par les lecteurs. Dans les écrits Carmf, je parlais des “syndicats”, en fait deux. Pour des syndicats et syndicalistes comme vous, j’essaye d’utiliser un nouveau terme pour palier à cela, les “syndicats écoutés”. Ce n’est pas encore parfait pour dire qu’il y a les “syndicat écoutés”, essentiellement collabos, et ceux qui défendent la profession, mais pas écoutés. Avez vous mieux ?

  2. Bonjour,

    je tenais à vous informer que dans le cadre de notre rubrique “Le Post”, nous citerons votre blog dans un article publié ce 21 mai sur le site JIM.fr

    Cordialement.

    Aurélie Haroche

  3. Clair et limpide ! La gendarmerie a décidé de rouvrir le dossier qui sommeillait depuis trop longtemps !

  4. ci dessus ! ! ,? beau travail ! dommage pour vous de ne plus avoir eu de “petits” contacts” avec nous !…
    Se dissocier des “soins” et d’une activité proffessionelle .Bravo !
    Un bébé à peser,mesurer;simplement ! avec son sourire !…
    et celui de ses parents !… mais tellement d’autres joies ! …
    Au service de la CARMF ! … super ! Tu as perdus qqs momments !
    L’avenir de ta retraite (à la CARMF ?)
    Je te souhaite la joie et la longévité !
    eT SURTOUT LE BONHEUR !;;;;!;;;;

  5. Je n’avais pas compris pourquoi le fait d’avoir dirigé un syndicat de médecins
    méritait la légion d’honneur …Maintenant je comprend !
    Mr Maudrux avez vous été décoré de la légion d’honneur ! pour vos bons services à la CARMF ?

      • pas totalement vrai, ça: on a proposé la Légion d’honneur à GM et il l’a refusée pour ne pas tomber dans le lot des syndical-politiques. J’en suis témoin.

  6. Ne tirez pas sur tous les syndicalistes! Si nous percevons une indemnité pour notre perte d’activité clinique lorsque nous allons défendre la profession, toutes les heures passées à “éplucher” les textes officiels, décrets, rapports des différents organismes (IGAS, etc…), à consulter les programmes des différents politiques sr la santé, les textes européens qui nous concernent ou peuvent nous concerner, les mails des confrères qui ont besoin de conseils ou d’aide sont de l’ordre du pur bénévolat!Et nous avons réformé notre syndicat pour éviter toute signature de convenance

    • J’ai écrit (2è ligne) qu’il y en a de sincères. J’ai aussi fait des propositions pour que tous puissent être financièrement indépendants.

  7. Monsieur Gérard Maudrux !
    Chère confrère et j’ai envie de dire ami…
    (comme cela est encore un peu la tradition dans notre “corporation”)
    Merci ! tout simplement !
    Vos commentaires “sympas” accompagnants les appels de cotisationsss!
    3 mois de “carence” ! et, surtout ne pas avoir oublié dès le premier jour d’avoir déclaré qu’on est presque mourrant ! …
    presque que 40 ans de cotisations “solidaires”…un accueil …très “?” ?
    Nos amies femmes médecins qui attendent un BB !?
    Accoucher en consultant !?
    Vous saisissez mon amertume !…
    Ces PBs de financements !…
    Les “liaisons” avec leurs financeurs qqs qu’ils soient !
    M’emm..peut être comme vous !…
    amicalement !

    • Normal, vous confondez caisse de retraite avec caisse maladie. Pourquoi nos syndicats n’ont jamais demandé aux caisses maladie la chose ? Moi en arrivant à la caisse maladie des PL, je l’ai lançé, c’est en train de se mettre en place. Mais comme la plupart des confrères sont à la CNAMTS grâce à ces syndicats…

  8. Ne reste plus qu à lancer une opération mains propres et, virer tous ceux qui de prêt ou de loin ont accepter de salir la profession en acceptant de l’argent contre signature . Virons les , changeons les eux et les regles du jeu

  9. Le Bloc ( Seul syndicat représentatif qui n’a pas signé une convention qui ne lui convient pas et ne touche rien de l’assurance maladie) a dénoncé lors de la dernière campagne pour les élections aux URPS ce conflit d’intérêt majeur qui emprisonne tous ceux qui ont signé et qui vivent de cette signature. il a redemandé lors de l’ouverture des négociations que cet aspect soit réformé. Aucun des signataires n’a appuyé officiellement cette demande.

    • C’est l’omerta de la part de ceux qui en profitent. La profession a tout à gagner à demander la transparence. On saura alors qui finance réellement les syndicats : les professionnels qu’ils sont censés défendre ou les autorités par des mécanisme divers et des lois détournées.
      En ce qui concerne les détournements des fonds de la formation, cela dépend de la DGEFP. Un ami est allé voir la directrice (IGAS – ENA) pour demander un peu plus de transparence dans la gestion de ces fonds chez les PL, sans avoir été entendu. Madame Chevrier-Fatome est la femme de Mr Thomas Fatome, patron de la Direction de la Sécurité Sociale (nommé par Sarkozy), auteur du décret qui m’a viré et qui continue à s’acharner sur la Carmf. C’est aussi la soeur d’un autre énarque, qui s’occupait des régimes complémentaires à la DSS dans les années 2000 et qui a bloqué des années toutes les modifications statutaires de la Carmf (nommé par Douste-Blazy)….. à vomir.

  10. les syndicats médicaux ( sauf semble-t-il le SML ) ont les mêmes travers que les syndicats généraux et les politiques. Une constatation :dans un departement donné on retrouve les mêmes noms dans toutes les instances professionnelles .Les seuls à faire preuve de devouement et de grandeur d’âme ?

    • …. et oui, malheureusement les bonnes volontés manquent pour aller passer des 1/2 journée dans la ville préfecture. Alors on retrouve les même noms … Et, toi, tu es adhérents à l’un des syndicats ? tu donnes combien de soirées ou 1/2 journées par an pour défendre ta position pour la profession ?

      • Oui j’ai beaucoup donné pour faire bouger les choses. Beaucoup de soirées et journées, sans compter celles de la Carmf. Quelques années au SML (et Vice Président) jusqu’à ce qu’il signe pour la fermeture du S2 qui m’a fait démissionner. Une année à la CSMF pour aller porter la bonne parole du département à l’AG à Paris. Quelques années à la FMF, à Action Santé, à l’UFML,… J’ai créé le syndicat unifié des chirurgiens pour regrouper une dizaine de syndicats éparpillés et en ai assumé le poste de secrétaire général,… Oui je sais de quoi je parle.

  11. Le Dr Maudrux a raison: les syndicats signent n’importe quoi pour assurer leur survie et n’ont aucune vision à long terme de l’avenir de la médecine libérale qui, les technologies et les mentalités ayant évolué, ne pourra pas s’exercer au XXIème siècle comme au précédant.

  12. Je comprends bien l’analyse de Gerard Maudrux qui ne reflette helas qu’une realité.A la tete de la Federation des Medecins de France, durant tout mon mandat, je n’ai pas signé de convention liant les medecins aux Caisses,ne cedant pas ainsi a un pragmatisme opportuniste,precisement pour ne pas perdre l’independance de mon syndicat et pour stigmatiser ainsi le systeme.
    J’ai proposé en son temps un financement pour tous les syndicats representatifs, tranparent, avec une modulation en fonction des resultats aux Unins professionnelles. Sans succes

  13. maudrux a raison
    si tous les confrères acceptaient de payer une cotisation obligatoire ( C’est la règle pour l’ORDRE ) ces conflits d’intérêt n’auraient pas lieu d’être

    • La cotisation obligatoire peut être choquante par certains côtés, mais le gros avantage est que on ne verrait plus de syndicat signer pour de l’argent sous peine de disparaître. Et puis quand on donne un nom avec sa cotisation obligatoire, cela obligerait tous les abstentionnistes à s’exprimer, et là on aurait peut-être des (bonnes ?) surprises. Il faut que cette cotisation soit obligatoire, mais que la répartition entre syndicats ne se fasse pas entre eux, mais par celui qui paye. “Qui paye commande”, et cette fois celui qui commande les syndicats serait la base et non les caisses ou l’argent. Pour une fois une obligation saine.

    • La vraie question c’est pourquoi un syndicat leur inutilité a fait ses preuves ses dernières années, le système est moribond il doit disparaitre

  14. Peut on seulement être sur de l’absence de conflit d’intérêt par celui qui écharpe tout ce qui bouge de syndical . Pas si sûr . Quant à la dépendance financières de syndicats vis à vis de l’état, cela est mieux que par rapport à des intérêts privés me semble t’il ? Le syndicaliste avant de percevoir des rémunérations passe une bonne partie de son temps libre et de ses loisirs à aider la profession, comme d’ailleurs le font les conseillers ordinaux . Tout ce monde est facile à décrier par ceux qui ne font rien, ou n’ont pas réussi à imposer leur propre point de vue comme le Dr Maudrux quand il était à la présidence de la Carmf et devait être également (peu) rémunéré pour cette tâche certainement aussi ingrate

    • Je ne suis pas contre la rémunération de celui qui consacre son temps pour les confrères, mais ce que je demande c’est la transparence, et j’ai donné l’exemple ( http://www.carmf.fr/page.php?page=doc/publications/lettrecarmf/lettre39/dossier.htm , chiffres contrôlés par l’IGAS et la Cour des Comptes).
      J’ai par ailleurs toujours défendu le principe selon lequel quand on est à la Carmf, à l’Ordre, à la CNAM, on ne doit pas perdre de l’argent, mais on ne doit pas non plus gagner plus que les confrères. J’ai obtenu depuis 4 ans par voie de justice que les administrateurs des caisses de retraites de PL gagnent par 1/2 journée consacrée à ces tâches le revenu moyen de leur profession, et j’ai toujours refusé des rémunérations fixes de fonction, seul le temps passé devant être indemnisé, ni plus ni moins que les confrères. Quand je vois des confrère gagner le double du revenu moyen pour ces activités, je ne suis pas d’accord, surtout s’ils le cachent et s’il n’y a pas de résultat en face.

  15. Merci pour ces 3 analyses ou tout est (quasiment) dit et bien synthétisé.
    MAIS apres, comment fait on pour REFORMER??
    En fait c est toute la “syndicalie” française qui fonctionne ainsi à la grande joie de la technocratie de ce pays,qui régale(avec l argent des contribuables) et maintient ainsi les privilèges.de la fonction publique..et de la classe politique complice.
    Je vois en tout état de cause qu une révolution pour faire cesser tout cela!! Le verrai je de mon vivant???