0

Négociations et secteur 2

Je ne sais pas si je dois être heureux ou inquiet concernant cette demande unanime à propos de la réouverture du secteur 2.

Heureux de voir qu’après 30 ans de critiques, souvent féroces contre la possibilité de moduler les tarifs en fonction de la durée, de l’importance, et des possibilités du patient, tout le monde le reconnaît enfin. On ne peut qu’applaudir.

Inquiet, car je ne comprends pas comment ceux qui depuis 25 ans (1993 il me semble) ont fustigé ceux qui le défendaient, qui encore il y a peu faisaient tout pour le faire disparaître, puissent faire ce virage non à 180°, mais à 540°. Soit ils ont mis 25 ans pour comprendre, il serait alors temps qu’ils fassent autre chose, soit ils n’ont pas changé, et cela cache autre chose.

Maintenant, faire semblant pour faire croire, ils savent faire, cela ne leur coûte rien et ils en espèrent sans doute quelques adhérents toujours sensibles aux promesses jamais tenues.

Ceci dit, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier, et sur tous les négociateurs, 50% sont convaincus et sincères. Avec 50% autres qui ne pensent pas ce qu’ils disent, qui va l’emporter ?

Je n’y crois pas, mais j’espère sincèrement avoir tort.

J’aimerai enfin rappeler aux fervents défenseurs du S1 ce que je dis depuis 35 ans : le S2 n’est pas votre ennemi, contrairement à ce que vous explique un syndicat depuis ce temps, c’est un ami. En effet, si les autorités veulent que vous restiez en S1 et que vous ne passiez pas en S2, une solution simple : revaloriser. C’est ce qui se passait avant 1993, date à laquelle 3 syndicats ont signé pour fermer l’option. Depuis cette date, point besoin de revaloriser pour que vous restiez, puisque vous n’avez plus le choix.

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *