0

La saison des bêtisiers

En cette période de bêtisiers à toutes les sauces, l’Etat n’est pas en reste avec la nouvelle promotion de la légion d’honneur. Vanessa Paradis ! Un petit plaisir présidentiel de plus parmi d’’autres. Brigitte Bardot elle avait refusé.

Lors de sa création en 1802, après que la révolution française eut aboli toutes les décorations, le ministre de la guerre Berthier considérait les décorations comme des hochets de la monarchie. Bonaparte lui avait répondu : « Vous les appelez les hochets, eh bien c’est avec des hochets que l’on mène les hommes. »

Ces hochets devaient « récompenser les citoyens pour leurs mérites éminents au service de la nation ». Nous nous en éloignons. Maintenant pour des raisons médiatiques, on ne distribue plus à des héros mais à des victimes. En quoi avoir la malchance d’être au mauvais endroit, au mauvais moment ouvre le droit à la plus haute distinction. Et puis il y a des discriminations injustes : Villejuif, le Bataclan, et tous ces malheureux dont on ne parle pas, tous les jours victimes de faits inexcusables, qui étaient aussi là où il ne fallait pas, le mauvais jour et la mauvaise heure. Sans doute moins intéressants politiquement.

Cela me rappelle les auto distributions au siège de la CSMF et il y a peu ce confrère nouvellement promu représentant à l’’UNAPL, et qui avait été impressionné à la première réunion par le nombre de rosettes et qui se sentait étranger dans un club où il n’avait pas sa place.

J’ai refusé à deux reprises que l’on me présente, je ne suis ni victime, ni héros, cela tombe bien. Maintenant on voit des gens refuser comme cet économiste qui disait que l’« on ferait mieux de se consacrer à la relance plutôt que de distribuer des médailles », ou cet ancien ministre, sénateur et Président de Conseil Général, car « on a bafoué cette haute distinction en nommant n’importe qui ».

Parmi les 93 000 bénéficiaires de 2016, combien de vrais héros ? Combien de « méritants » au sens voulu par son créateur ? A chacun de juger selon ses critères.

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire

  1. un de mes vieux patients 94 ans, resistant (vrai) de la seconde guerre, qui va encore dans les collèges et aux commémorations se l’est vue refusée pendant ces quinzes dernieres années…il l ‘a eu cette année, suite à l’insistance du député, qui a reussi à convaincre le ministère que si on attendait encore, ce serait à titre posthume…le patient souhaitait cette reconnaissance et souffrait de voir ces acteurs et chanteurs l obtenir…il avait quand meme attaqué une citadelle et libéré des résistants avec ses copains du maquis de bayons…c’est vrai que comparativement à JOE LE TAXI, ce n’est pas grand chose.

    • En 1963, afin de ne pas dévoyer la Légion d’Honneur, De Gaulle avait créé l’ordre du mérite, avec 5 grades de Chevalier à Grand Maître. Pour Joe le taxi, en 1953 a été créé l’Ordre des arts et des lettres, avec ses 3 grades, Chevalier, Officier et Commandeur pour « récompenser les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire, ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des Arts et des Lettres en France et dans le monde ». Il existe une vingtaine d’Ordres de ce type, parfaitement adaptés, mais maintenant on a la Légion d’Honneur parce qu’on a exercé, bien ou mal, des fonctions ou un métier un certain temps, ce qui me semble être le cas de la plupart de nos concitoyens.

  2. Dans mon syndicat, le président n’a reglementairement pas le droit d’accepter la légion d’honneur…
    Devinez lequel c’est…