0

Vive la Finlande

Bientôt 800 euros pour tous en Finlande ? Cette mesure envisagée, peu relayée, m’a fait chaud au coeur, connaissant bien ce sujet, qui était celui de mon programme lors des élections Européennes de 1997 (tête de liste folklorique). Nous l’’avions baptisée Revenu Minimum d’Existence. Un numéro de SS = une allocation (demi allocation jusqu’à 16 ans).

N’’importe quoi me direz vous ? Pas tant que cela : ce n’’est pas une allocation en plus, mais une allocation qui en remplace 25 autres ! Imaginez les économies de gestion, certains organismes supprimés ayant jusqu’à 25% de frais de fonctionnement.

Plus d’’allocations familiales, remplacées par le RME, plus d’injustice avec 1, 2 enfants. Plus d’’ASPA, plus de régime de base, de minimum vieillesse, remplacés chez les anciens par le RME. Plus d’aide au logement, toute la famille touche. Plus de bourses d’’études avec ses effets de seuils injustes, tous les jeunes touchent. Plus de cotisations ni d’allocation chômage, puisqu’il y a le RME. Plus de cumulards pouvant dépasser 20 000 euros en empilant les aides : un individu = un RME. Disparition de toutes les cotisations correspondantes et de tous les organismes collecteurs et distributeurs, le fisc gérant le tout en crédit d’impôt sans frais : un individu, une somme unique en face, aucun calcul à faire. Des économies de gestion considérables et 20% de charges en moins sur le travail, plus de délocalisations et retour à la croissance. Le tout financé par une TVA sociale, la vraie, pas les fausses TVA sociales proposées (modalités dans un blog à suivre).

Les utopies sont les réalités de demain, la Finlande a compris que cela marche, reste à savoir faire une véritable révolution, l’enjeu en vaut la chandelle.

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire

  1. Bonjour Gérard
    Si nous voulons adopter l’exemple de la Finlande , nous devons ” renverser la table ” comme disent les politiques qui ne veulent pas le faire..car il faudrait faire une réforme structurelle et non paramétrique ( qui ne fait que retarder les problèmes d’équilibre financier pour inverser le déficit..et pour réaliser cette réforme , il ne faut pas compter sur les Enarques et les technocrates , mais sur des personnalités issues de la société civile qui ont une vision pragmatique et non clientèliste comme nous le sommes .
    Je te rappelle que j’étais sur ta liste régionale pour les européennes de 1997 . j’avais donné mon accord car c’était une liste de la société civile responsable ..Je remarque que c’était la première et dernière fois que l’on pouvait se présenter sous ses propres couleurs de responsables professionnels de la société civile , et c’est dommage puisque les politiques professionnels ont accaparé la procédure électorale en éliminant les citoyens responsables.
    Nous voyons bien maintenant où ils ont entrainé l’europe des privilégiés qui se disloque…A suivre

    • L’allocation unique avec son économie d’échelle considérable et la suppression naturelle de tous les abus et inégalités est effectivement une révolution, que les gens du système ne voudront pas, car ils en vivent. Cela ne peut venir que de l’extérieur, de la société civile, et là, dans ce domaine, quelles que soient les élections, personne n’a jamais dépassé 2%. Le système des partis est bien verrouillé.
      Il suffit pourtant de peu avec le système actuel. Ne votent que les présents, et à bulletin secret. On verrait ainsi les élus voter non pour garder leur investiture, mais en fonction de leurs convictions, de leur profession, des données du terrain,… Cela les obligerait à trouver un vrai consensus non politique. Une vraie démocratie pour pas cher et sans révolution.

  2. Savez vous que si il y a une médecine étatisée c’est bien en Finlande. Comme vous le constatez avec le revenu universel, les Finlandais sont des gens très pragmatiques et fin gestionnaires de leurs finances, eh bien ils vont autoriser le remboursement des soins produits par le système libéral, actuellement le remboursement en privé c’est O%, le privé existe pour les riches afin d’être soigné rapidement ET à tout âge, là-bas bonjour les files d’attentes.

    • Ce que vous me dite m’attriste. Dommage, mais nul n’est parfait. Ce qui est intelligent, c’est de prendre ici et là ce qui est bien, on n’est pas obligé de tout prendre, et peut-être sont-ils en train de changer, puisque c’est quelque chose de nouveau pour eux.

      • Bonsoir, je suis pas certain de m’être bien fait comprendre : les Finlandais projettent d’installer un zeste de médecine libérale “à la Française” comme il disent dans leurs système. Je ne vois personnellement là rien d’attristant car c’est un facteur d’efficience pour leur systéme. Pour ce qui est de l’égalité des soins elle se joue uniquement sur le temps d’attente, les files d’attentes dans le publique pour des opérations programmées sont inimaginables en France.En France nous avons déjà les délais pour beaucoup de consultations spécialisées, là-bas c’est la norme.

        • Je ne m’intéressait qu’au financement du social, ils vont vers une solution novatrice et sans doute efficace. Pour ce qui est des dépenses, la médecine étatisée n’est pas forcément la meilleure solution, mais apparemment ils évoluent vers le privé à petites doses.